Les réfugiés azerbaïdjanais jurent un "grand retour" au Karabakh - Turquie News
dimanche 2 octobre 2022

Les réfugiés azerbaïdjanais jurent un "grand retour" au Karabakh

Publié le | par Engin | Nombre de visite : 181 |
Les réfugiés azerbaïdjanais jurent un "grand retour" au Karabakh

Les réfugiés azerbaïdjanais jurent un "grand retour" au Karabakh

Ali Hasanov a regardé les ruines envahies par la végétation de sa ville natale du Haut-Karabakh et a juré de revenir et de la reconstruire.

"Peu importe le temps que cela prendra, nous retournerons à Aghdam", a déclaré Hasanov. "Nous voulons vivre ici... nous appartenons ici."

Aghdam est une ville fantôme depuis juin 1993, lorsque les forces séparatistes arméniennes l’ont prise à l’Azerbaïdjan, envoyant toute sa population de 28 000 personnes fuir pour sauver leur vie.

Le métallurgiste de 65 ans est retourné dans la région contestée pour la première fois depuis lors d’une tournée en bus du gouvernement azerbaïdjanais dans les "terres libérées", son armée a repris l’Arménie après six semaines de combats en 2020.

La dernière guerre - au cours de laquelle plus de 6 500 personnes ont été tuées - a vu Bakou, riche en énergie, reprendre une grande partie du territoire qu’elle avait perdu lors du conflit du début des années 1990 avec son ancien voisin soviétique à la suite de l’effondrement du communisme.

Quelque 30 000 personnes sont mortes dans cette guerre acharnée et des centaines de milliers ont été chassées de chez elles.

Hasanov a déclaré qu’il "ne pouvait pas dormir un clin d’œil" la nuit avant de se rendre à Aghdam, qui était la plus grande ville du Karabakh avant qu’elle ne soit rasée par les Arméniens.

Il a dit que son "âme avait hâte d’arriver à Aghdam" depuis que lui et sa famille ont fui la ville après qu’elle ait été bombardée.

"Pour moi, c’était la plus belle ville du monde", dit-il, debout au milieu d’un terrain vague qui s’étendait jusqu’aux lointaines montagnes bleutées.

Le gouvernement azerbaïdjanais a commencé les voyages réguliers en bus vers les "terres libérées" en janvier, la première fois que ses anciens habitants ont pu mettre les pieds dans l’enclave montagneuse en trois décennies.

 Le rêve devient réalité -

Avec ; RTL

C’est la première étape de ce que Bakou appelle le "Grand Retour", un plan gouvernemental ambitieux visant à repeupler le lointain Karabakh avec son ancienne population azerbaïdjanaise.

Escortés par des policiers armés de fusils automatiques, des bus à destination d’Aghdam et de la capitale culturelle reconquise du Karabakh, Shusha, partent de Bakou deux fois par semaine pour des voyages d’une journée qui ne donnent aux visiteurs que deux heures et demie pour voir leurs anciennes maisons.

Hasanov a déclaré que la visite était un rêve devenu réalité.

"Notre maison se tenait derrière cette clôture", a-t-il déclaré alors que les larmes lui montaient aux yeux.

"Il y avait là-bas une allée d’immenses platanes sous lesquels on jouait au backgammon ou aux dominos, et là-bas, un stade de foot, l’endroit préféré des mecs du quartier."

La destruction était telle qu’une autre réfugiée d’Aghdam, Gulbeniz Jafarova, n’a même pas pu retrouver les ruines de sa maison.

"Mais (l’)esprit indigène plane ici. J’ai l’impression d’avoir passé 30 ans dans une cellule de prison et d’être juste libérée", a ajouté la couturière de 55 ans.

Au cimetière d’Aghdam, elle a visité la tombe de son frère qui a été tué à l’âge de 27 ans, défendant la ville contre les forces séparatistes arméniennes qui contrôlaient la région jusqu’à la dernière guerre.

"Les derniers mots de ma mère avant sa mort ont été : ’Mon fils.’ Je lui ai promis que je visiterais sa tombe."

 ’Nous appartenons ici’ -

Le gouvernement azerbaïdjanais s’est engagé à dépenser des milliards de pétrodollars pour la reconstruction de la région, avec 1,3 milliard de dollars alloués dans le budget de l’année dernière pour des projets d’infrastructure tels que de nouvelles routes, ponts et aéroports.

Bakou s’est engagé à transformer Aghdam en l’une des plus grandes villes du pays et envisage de créer un parc industriel.

Le ministre des Affaires étrangères Jeyhun Bayramov a déclaré en janvier que "très bientôt, nous verrons les premières familles rentrer chez elles" au Karabakh.

Mais le "grand retour" des réfugiés reste une perspective lointaine, compte tenu de l’ampleur de la dévastation de villes comme Aghdam et des dangers des mines terrestres, qui ont été largement utilisées dans le conflit, qui a régulièrement éclaté au fil des décennies.

"Peu importe le temps que cela prendra, nous retournerons à Aghdam", a insisté Hasanov. "Nous voulons vivre ici. Mes fils disent que nous appartenons ici."



À lire aussi

Pelosi en Arménie

Pelosi en Arménie

19 septembre 2022