jeudi 8 décembre 2022

Le SCRS a persuadé la Turquie

Publié le | par Engin | Nombre de visite : 296 |
Le SCRS a persuadé la Turquie

Le SCRS a persuadé la Turquie de cacher le recrutement d’un agent qui a conduit des adolescents vers l’État islamique

Le plus haut officier du renseignement chargé des opérations secrètes au Service canadien du renseignement de sécurité s’est rendu à Ankara en mars 2015 pour persuader les autorités turques de garder le silence sur le recrutement par l’agence d’un passeur syrien qui a vendu trois adolescentes britanniques à des militants de l’État islamique. , selon trois sources.

Les sources ont déclaré que l’officier, Jeffrey Yaworski, qui était à l’époque directeur adjoint des opérations du SCRS, menait une campagne discrète mais de haut niveau pour empêcher que l’agence d’espionnage ne soit publiquement accusée d’avoir utilisé le passeur comme agent. Le Globe n’identifie pas les sources parce qu’elles n’étaient pas autorisées à discuter de questions de sécurité nationale.

L’une des sources a déclaré que la Turquie avait finalement accepté la demande de M. Yaworski, mais avait puni le Canada en limitant le nombre d’agents du SCRS opérant à l’ambassade du Canada à Ankara. Le SCRS a également promis que toute autre activité clandestine dans le pays serait menée en tant qu’opérations conjointes avec les services de renseignement turcs, a indiqué la source.

Les conservateurs demandent à Ottawa de dire si l’asile est accordé à un agent du SCRS reconnu coupable de contrebande

Le passeur, Mohammed al-Rashed, a été arrêté par les autorités turques le 28 février 2015, quelques jours après avoir aidé les filles à traverser la frontière turque vers la Syrie . Sa capture menaçait de placer le Canada au centre d’un incident international, après que les médias turcs ont rapporté qu’il avait partagé les détails du passeport des filles avec le SCRS et qu’il avait passé en contrebande d’autres ressortissants britanniques cherchant à rejoindre l’État islamique.

Au moment de son arrestation, le britannique Scotland Yard recherchait frénétiquement les filles, et la Turquie ignorait que le SCRS disposait d’un agent double de l’État islamique opérant dans le pays.

La Turquie n’a jamais confirmé publiquement l’implication du SCRS avec M. al-Rashed après les voyages de M. Yaworski à Ankara. Les sources ont déclaré qu’il s’était rendu en Turquie au moins deux fois pour rencontrer de hauts responsables turcs à la suite de l’arrestation de l’agent. L’une des sources a déclaré que M. Yaworski essayait de remettre le gâchis opérationnel "dans la boîte".

Lors de la première visite, a déclaré une autre source, M. Yaworski s’est excusé et a demandé aux Turcs de libérer M. al-Rashed, ce que la Turquie a refusé de faire en raison de l’intense publicité en Grande-Bretagne au sujet des filles disparues. La Turquie ne voulait pas non plus être blâmée pour avoir libéré un passeur d’êtres humains de l’État islamique, puisqu’Ankara avait été vivement critiquée pour ne pas avoir stoppé l’afflux de combattants étrangers vers la Syrie , a indiqué la source.

M. Yaworski a refusé de commenter son interaction avec les autorités turques, affirmant par l’intermédiaire d’un intermédiaire qu’il était lié par les dispositions relatives au secret de la loi sur la sécurité des informations.

Le SCRS a également refusé de discuter de la question. "Il y a des limites importantes à ce que le SCRS peut confirmer ou infirmer étant donné la nécessité de protéger les techniques, méthodes et sources de renseignement sensibles", a déclaré le porte-parole Eric Balsam dans un communiqué.

À peu près au moment où M. Yaworski tenait des pourparlers secrets avec les autorités turques, le SCRS a convaincu les responsables britanniques de la lutte contre le terrorisme de dissimuler le rôle de l’agence dans le traitement de M. al-Rashed. Ces discussions ont été révélées dans L’histoire secrète des cinq yeux , un nouveau livre de l’auteur Richard Kerbaj qui raconte des parties de l’histoire de M. al-Rashed.

M. Kerbaj a interviewé Richard Walton, le chef du commandement antiterroriste de Scotland Yard, qui a déclaré que deux responsables du SCRS étaient venus le voir peu après l’arrestation de M. al-Rashed. Ils ont informé M. Walton que le SCRS était au courant du trafic des trois adolescents et ont demandé aux Britanniques de masquer le rôle de l’agence d’espionnage.

Dans son livre , M. Kerbaj a également écrit que le SCRS avait envoyé un haut responsable non identifié à Ankara pour demander pardon à la Turquie d’avoir mené une opération de contre-espionnage dans leur pays. M. Kerbaj a appris par la suite qu’il s’agissait de M. Yaworski et qu’il s’était rendu en Turquie au moins à deux reprises après l’arrestation de M. al-Rashed. En tant que directeur adjoint des opérations, M. Yaworski était responsable de toutes les missions d’infiltration, y compris le recrutement et la gestion des espions.

M. Kerbaj a fourni le nom de M. Yaworski au Globe and Mail la semaine dernière, et les trois sources ont confirmé plus tard qu’il s’était rendu à Ankara.

Le Globe a rapporté, citant une source directement au courant, que M. al-Rashed a été libéré le 5 août après avoir purgé des années dans une prison turque pour terrorisme et contrebande, notamment pour le trafic des trois filles britanniques, âgées de 15 ans et 16 à l’époque. La source a déclaré que le SCRS avait prévu de le réinstaller au Canada après sa libération. Le gouvernement ne dira pas s’il a obtenu l’asile.

Les médias turcs ont rapporté début mars 2015 que M. al-Rashed avait informé le SCRS une semaine avant son arrestation qu’il avait aidé les trois filles à entrer en Syrie. Ils ont également rapporté qu’il avait dit plus tard aux services de renseignement turcs que le SCRS lui avait promis l’asile au Canada pour avoir espionné l’État islamique.

À l’époque, le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu, avait déclaré que M. al-Rashed travaillait pour les "services de renseignement d’un pays de la coalition", contre l’État islamique. Mais il n’a jamais nommé le SCRS.

"Les Turcs étaient furieux que le SCRS ait exploité un agent dans leur propre arrière-cour à leur insu", a déclaré M. Kerbaj dans une interview. "Donc, il y a eu un accord qui a été négocié d’une manière ou d’une autre entre les autorités canadiennes et les autorités turques pour s’assurer que l’histoire disparaisse pendant que la dissimulation était en cours au Royaume-Uni pour fermer le tout."

M. Yaworski a été promu directeur par intérim du SCRS pour une courte période au printemps 2017, entre le départ à la retraite de Michel Coulombe et la nomination de l’actuel directeur David Vigneault. Il a pris sa retraite du SCRS en 2019.

M. al-Rashed a été recruté pour la première fois par le SCRS en 2013. Les adolescents britanniques qu’il a introduits clandestinement en Syrie étaient Kadiza Sultana, 16 ans, Amira Abase, 15 ans, et Shamima Begum, 15 ans.

On pense maintenant que Mme Sultana et Mme Abase sont mortes. Mme Begum a été déchue de sa nationalité britannique en 2019 et languit maintenant dans un camp de prisonniers kurde. Un tribunal britannique entendra en novembre un appel de ses avocats pour lui rendre sa citoyenneté.

Tasnime Akunjee, l’une de ses avocates, a depuis appelé le gouvernement canadien à mener une enquête sur ce qui s’est exactement passé.

L’ancien officier du renseignement du SCRS, Huda Mukbil, a déclaré que l’agence n’avait pas procédé à une évaluation appropriée des risques sur M. al-Rashed, car ils obtenaient de lui des renseignements de haute qualité sur les recrues de l’État islamique, ainsi que des cartes des camps d’entraînement du groupe en Syrie.

"Vous travaillez les sources et vous les payez, mais vous êtes également responsable de ce qu’ils font", a-t-elle déclaré. "Nous aurions pu empêcher ces trois filles de partir."

À lire aussi

Le SCRS a persuadé la Turquie

Le SCRS a persuadé la Turquie

29 septembre 2022