jeudi 16 septembre 2021
Accueil | Nos rubriques | Société

La Turquie annule l’interdiction d’importer des déchets de plastique

mercredi 14 juillet 2021 | par Hakan


La Turquie annule l'interdiction d'importer des déchets de plastique

Peu de temps après avoir interdit l’importation de PE récupéré dans le pays, le gouvernement turc a abrogé l’interdiction et mis en place un système de licence amélioré à la place.

Un groupe turc de l’industrie des plastiques a qualifié cette décision de « étape positive pour le secteur ».

Le gouvernement turc a annoncé fin mai qu’il mettrait fin aux importations de PE récupéré, moyennant un préavis de 45 jours. Le ministre de l’Environnement du pays a déclaré que la Turquie avait pour objectif de s’approvisionner en matières premières dans le pays.

La période de 45 jours a pris fin au début du mois et l’interdiction est entrée en vigueur. Mais quelques jours plus tard, le gouvernement a abrogé le règlement.

Dans un avis en langue turque du 10 juillet publié dans le Journal officiel du pays, le ministère du Commerce a déclaré que la disposition interdisant les importations de déchets de PE avait été supprimée. Le produit a été replacé dans la catégorie des importations « contrôlées », plutôt qu’interdit.

PAGEV, une association turque de l’industrie des plastiques, a publié un communiqué décrivant les changements. L’organisation a déclaré avoir rencontré des représentants du gouvernement à plusieurs reprises et " préconisé un contrôle actif au lieu d’une interdiction totale de l’importation de déchets de polyéthylène ".

De janvier à mai de cette année, la Turquie a importé 7,3 millions de livres de PE récupéré des États-Unis, ce qui en fait le septième plus grand marché pour les exportateurs américains de ce matériau. La Turquie a importé environ 3 % de toutes les exportations américaines de déchets de polyéthylène au cours de cette période.

Parmi les règles gouvernementales mises à jour, il y a une disposition selon laquelle les entreprises seront limitées à l’importation d’un certain pourcentage de leur capacité totale d’extrusion, et le reste de leur matière première devra provenir du pays. Auparavant, les quotas d’importation étaient déterminés en fonction de la capacité de réduction de taille plutôt que de la production. Baser les quotas d’importation sur l’extrusion « nécessite un investissement plus important et constitue une étape de produit à plus forte valeur ajoutée », a écrit PAGEV.

La PAGEV a également noté que les licences d’importation de plus de 1 300 entreprises de recyclage opérant en Turquie seront « examinées en profondeur », et le groupe a indiqué que certaines entreprises ne seront probablement pas en mesure de répondre aux nouveaux critères.

« En outre, les déchets plastiques importés seront inclus dans le système mobile de suivi des déchets (MoTAT), qui est utilisé par le ministère de l’Environnement et de l’Urbanisation dans le transport des déchets dangereux pour le suivi des déchets importés », a déclaré PAGEV. « Cela garantira que les déchets importés sont suivis du port à l’usine avec un système de suivi à puce. Il sera possible de déterminer si le produit va réellement à l’usine ou dans un lieu non déclaré. Les réglementations susmentionnées visent à empêcher le fonctionnement des sociétés commerciales sur le marché, qui ne recyclent pas le produit après l’importation, et le commercialisent plutôt.

De plus, le groupe industriel a allégué que les déchets de plastique avaient fait l’objet d’une interdiction d’importer pour d’autres raisons. Les producteurs de plastiques avaient récemment augmenté l’utilisation du matériau lors d’un boycott coordonné contre les producteurs de résine vierge en raison d’augmentations de prix vierges.



A la Une

Nombre de visite 157

Sélection d'article