EURTRY:

Accueil > Nos rubriques > Actualité > Haut-Karabakh , la lettre du front du (...)

Haut-Karabakh , la lettre du front du photographe Reza


Ecrit par Engin, 2020-11-29 14:52:10


Haut-Karabakh , la lettre du front du photographe Reza

Le Monde Moderne a pu s’entretenir avec le photographe Reza, lorsqu’il était au front, au Haut-Karabakh.

Le Haut-Karabakh, région montagneuse du Caucase, est un territoire de 4 400 kilomètres carrés peuplé essentiellement d’Arméniens (le recensement soviétique de 1989 montrait que sur une population de 200 000 habitants, la proportion d’Arméniens avait baissé à 75% tandis que celle des Azéris était de 23%) .

En 1991, le Haut-Karabakh décrète son indépendance avec l’aide de l’armée arménienne, l’appui de la Russie ainsi que celui de la République Islamique d’Iran. Sept provinces avoisinantes (à 100% des territoires Azerbaijanis) ont été annexées, forçant à l’exil plus d’un million d’Azéris.

Cette indépendance n’est pas reconnue par la communauté internationale. Pour mettre fin à des conflits permanents, un cessez-le-feu est conclu en 1994 sous la médiation de trois pays : les États-Unis, la France et la Russie – baptisé « groupe de Minsk ». Il instaure entre cette république autoproclamée et l’Azerbaïdjan une relative période de paix.

Relative, car des deux côtés, on se surveille. On se tire dessus de temps en temps.

Le 27 septembre 2020, de nouveaux combats opposent Azerbaïdjanais et séparatistes du Haut-Karabakh. L’Arménie, pauvre et chrétienne, a noué une alliance militaire avec la Russie. L’Azerbaïdjan, riche de ses hydrocarbures, chiite et turcophone, fait alliance avec la Turquie.

Au milieu, deux populations qui souffrent.

Dans la nuit du 10 au 11 novembre 2020, un accord de cessez-le-feu total a été signé par le Président de l’Azerbaïdjan, le Premier Ministre arménien et le Président russe, pour mettre fin aux combats.

Loin des ingérences étrangères, chacun tirant sur sa couverture, le photographe Reza, de renommée mondiale et d’origine iranienne, lauréat de nombreux prix (dont le World Press Photo, l’Infinity Award), chevalier de l’Ordre national du Mérite, a appelé à la paix.

Le Monde Moderne a pu s’entretenir avec lui lorsqu’il était au front.

« Je vous écris depuis une voiture qui avance sur des routes défoncées par trente ans de guerre. Durant une dizaine de jours, je me suis trouvé dans les zones libérées ainsi que dans des villes qui n’étaient pas en zone de conflit. Le conflit se passait très à l’intérieur de territoires occupés. J’ai couvert des bombardements massifs sur des zone où les habitants ont été pris comme cibles avec des bombes SMERSH, des missiles balistiques ou des Cluster. Mes photographies on pu témoigner de ces actes contre la population vivant dans les villes comme Ganja ou Barda, très loin des zones de conflits. J’ai été le premier journaliste autorisé à me rendre dans les zones libérées le long de la rivière Aras et de la frontière avec l’Iran. Sans oublier le pont historique de Khudafarin. Ce sont des zones que j’avais couvert en 1992, lors de la première guerre de Karabakh. J’ai été témoin du massacre des populations Azerbaijanais, surtout dans le village de Khojali, où les forces arméniennes avaient massacré en une nuit 603 civils et plus de mille blessés – essentiellement des femmes et des enfants .

En 1992, l’Azerbaidjan n’avait ni armée, ni armements. À contrario, les Arméniens avaient comme alliés historiques les Russes, donc l’appui de de l’armée russe et celui de la République Islamique d’Iran. Sans l’aide de Téhéran, en pétrole, en gaz et surtout en informations militaires fournies par les Gardiens de la Révolution qui venaient en Azerbaijan sous le prétexte de « l’aide au pays frère ». Ils visitaient les fronts avant d’envoyer les infos aux Arméniens. Et puis il y a eu la tragédie de presque un million de réfugiés, déplacés, chassées de leurs maisons en Arménie. Ils sont partis les mains vides. Le coût total en termes de vies humaines lors de cette première guerre ? 30 000 personnes.

pour lire la totalité de l’article ; https://www.lemondemoderne.media/reza/

Mot-clé :
Haut-Karabagh Reza
Plan du site | RSS 2.0 | Copyright Turquie News 2006-2019 | Mentions légales PageRank