vendredi 24 septembre 2021
Accueil | Nos rubriques | Actualité

Erdogan :« Si la région n’est pas nettoyée des terroristes...

dimanche 27 octobre 2019 | par Engin


Erdogan :« Si la région n'est pas nettoyée des terroristes...

Erdogan :« Si la région n’est pas nettoyée des terroristes après les 150h, nous ferons le nécessaire »

Erdogan s’est adressé à l’Europe en précisant qu’il n’aurait d’autres choix que d’ouvrir les frontières si elle ne soutient pas les projets développés pour le retour d’une partie (entre 1 et 2 millions) des 3 millions 650 Syriens vivant en Turquie.

Le président Recep Tayyip Erdogan a affirmé que si la région n’est pas nettoyée des terroristes sous les 150 heures prévues par l’accord de Sotchi, alors « la Turquie prendra les choses en main et fera tout le nécessaire ».

Lors de la réunion du haut conseil de Fenerbahce, le président Erdogan a assuré qu’il ne serait jamais question de négocier avec des terroristes.

« Certaines choses nous attristent. Les présidents de grands Etats discutent avec les chefs terroristes, et veulent même faire la médiation entre nous et ces terroristes. Nous ne négocierons jamais avec des terroristes et n’accepterons jamais de médiation à ce sujet » a souligné Erdogan.

Le président turc a dit attendre de la communauté internationale, qu’elle respecte les préoccupations de la Turquie au sujet de sa sécurité aux frontières et soutienne les projets pour le retour des Syriens.

« Si l’organisation terroriste poursuit ses attaques de l’intérieur ou de l’extérieur de la bande des 30km, nous les pourchasseront et feront le nécessaire où qu’ils fuient. Si besoin, nous construirons des habitations, des espaces sociaux, des infrastructures et superstructures pour les réfugiés dans une zone de sécurité entre Tall Abyad et Rassoulayn, Et nous le montrerons au monde entier, voici ce qu’est capable de faire la nation turque ! » a déclaré Erdogan.

Il s’est par ailleurs adressé à l’Europe en précisant qu’il n’aurait d’autres choix que d’ouvrir les frontières si elle ne soutient pas les projets développés pour le retour d’une partie (entre 1 et 2 millions) des 3 millions 650 Syriens vivant en Turquie.

« Nous ouvrirons les frontières, qu’ils (les Syriens) aillent en Europe » a conclu Erdogan.

 



Nombre de visite 386

Sélection d'article