100e anniverssaire de la république de Turquie

Des réfugiés et de nouvelles tombes confirment le massacre par les Arméniens


Presse

[Presse] Azéris traqués et fusillés dans la forêt

Publié le | par Hakan | Nombre de visite 26
[Presse] Azéris traqués et fusillés dans la forêt

Traduction
Des réfugiés et de nouvelles tombes confirment le massacre par les Arméniens

Azéris traqués et fusillés dans la forêt

Le nombre EXACT de victimes n’est toujours pas clair, mais il ne fait guère de doute que des civils azéris ont été massacrés par des combattants arméniens dans la montagne enneigée du Haut-Karabakh la semaine dernière.

Les réfugiés de la ville enclavée de Khojaly, réfugiés dans la ville frontalière azérie d’Agdam, donnent des récits largement cohérents de la façon dont leurs ennemis ont attaqué leurs maisons dans la nuit du 25 février, chassé ceux qui ont fui et les ont abattus dans les forêts environnantes. Hier, j’ai vu 75 tombes fraîchement creusées dans un cimetière, en plus des quatre cadavres mutilés qui nous ont été montrés dans la mosquée lorsque nous sommes arrivés à Agdam mardi soir. J’ai aussi vu des femmes et des enfants blessés par balle, dans un hôpital de fortune, dans une file de wagons à la gare.

Khojaly, une colonie azérie dans l’enclave principalement peuplée d’Arméniens, comptait environ 6 000 habitants. Rashid Mamedov, commandant de la police d’Agdam, a déclaré qu’approximativement 500 personnes seulement se sont échappées vers sa ville. « Alors, où sont les autres ?

Certains ont peut-être été faits prisonniers, dit-il, ou ont trouvé refuge ailleurs. De nombreux corps gisaient encore dans les montagnes, car les Azéris manquaient d’hélicoptères pour les récupérer. Il pensait que plus de 1 000 avaient péri, certains de froid, à des températures aussi basses que -10C.

Debout devant la mosquée Khojaly, où les femmes se frappaient la poitrine dans l’angoisse, un réfugié, Rami Nasiru, a décrit comment les habitants ont d’abord pensé que l’attaque n’était rien de plus qu’une fusillade de routine à laquelle ils s’étaient habitués en quatre ans de conflit. Mais lorsqu’ils virent les Arméniens avec un convoi de véhicules de transport de troupes armés, ils comprirent qu’ils ne pouvaient espérer se défendre avec des mitrailleuses et des grenades et s’enfuit dans les forêts. Au petit matin, le massacre a commencé.

De Helen Womack à Agdam, Azerbaïdjan M. Nasiru, qui croit que sa femme et ses deux enfants ont été faits prisonniers, a répété ce que de nombreux autres réfugiés ont dit que les troupes de l’ex-URSS sont parties de leur propre côté. L’armée a aidé les Arméniens à attaquer Khojaly.

"Ce n’est pas seulement mon opinion, je l’ai vu de mes propres yeux." il a dit.

Les habitants d’Agdam sont tellement en colère qu’il pourrait être très risqué pour les forces du Commonwealth qui doivent se retirer de la capitale de l’enclave de Stepanakert de traverser cette ville, comme elles doivent le faire pour atteindre la Russie. Hier, le 366th Motorized Infantry Regiment semblait avoir reporté son retrait prévu. Les forces du Commonwealth se disent neutres dans le conflit. Les Arméniens disent qu’ils ont dû attaquer Khojaly parce qu’il a été utilisé comme base pour attaquer Stepanakert.

Les femmes, dont beaucoup avaient suivi la tradition azérie et gratté leurs joues pour donner l’impression de larmes de sang, s’agenouillaient devant les tombes, produisant un gémissement rituel aigu. Les tombes décorées de poupées étaient celles de jeunes hommes qui devaient se marier. Un homme d’âge moyen se tenait devant la tombe de son neveu, Abulfat Aliev : né en 1963, mort en combattants hommes en février 1992.

« Il est retourné deux fois dans la forêt pour sauver des femmes et des enfants. La troisième fois, il s’est fait tuer. Écrivez la vérité », a déclaré l’homme, exprimant une opinion commune selon laquelle la presse occidentale a favorisé l’Arménie chrétienne et a été injuste envers l’Azerbaïdjan musulman.

La mosquée et le cimetière étaient assez harassés, mais pires étaient les wagons de chemin de fer avec les blessés. Le Dr Eldar Sirajev, de Bakou, a déclaré que 256 personnes avaient été soignées depuis le 26 février.

Nubar Duniamalieva était allongée sur le ventre avec des blessures d’entrée et de sortie de balle dans le dos. Elle avait été dans la forêt avec ses quatre enfants et sa mère âgée. Deux enfants avaient disparu, mais les trois autres se sont enfuis avec elle. Ils ont eu de la chance en ce sens qu’ils ont été abattus près du territoire de la ceinture azérie et ont réussi à ramper jusqu’au sol Un autre chirurgien, Satar Jagoubov de l’Université de Bakou, a lancé un appel pour des antibiotiques. Avant Khojaly, il avait cru en la possibilité de la paix, mais maintenant la seule solution était de débarrasser le Haut-Karabakh des Arméniens, a-t-il dit. "Je ne peux plus supporter de voir un Arménien".

Le besoin de vengeance, même chez des gens aussi civilisés que le Dr Jagoubov, augure mal des chances de régler ce conflit.

Sur le chemin du retour, les combattants ont apparemment décidé de nous énerver en nous conduisant dans un cimetière d’où ils recherchaient des tireurs embusqués arméniens dans les champs voisins. Voyantma peur, l’un d’eux a dit : " As-tu peur ?"

Une équipe envoyée dans la région par l’organisation d’aide médicale Médecins sans
Frontières a déclaré hier que jusqu’à 35 000 civils azéris se dirigeaient vers les quartiers de la capitale azerbaïdjanaise, Bakou, pour échapper au cap Agdam, qui est sous le feu des Arméniens.

À Bakou, la puissante opposition du Front populaire a appelé hier à la démission du président Ayaz Mutalibov après le massacre.

Le parlement azerbaïdjanais ouvre aujourd’hui une session d’urgence, où le président Mutalibov devrait faire face à une pression accrue pour démissionner.

Dans la capitale arménienne, Erevan, des survivants d’un hélicoptère arménien abattu en Azerbaïdjan ont déclaré qu’il avait essuyé des tirs avant de plonger au sol dans les flammes, tuant au moins 14 personnes.

Guerre séculaire, page 10

***

Un extrait de l'article intitulé "Azéris traqués et fusillés dans la forêt"
Azéris traqués et fusillés dans la forêt par les arméniens
Des réfugiés et de nouvelles tombes confirment le massacre par les Arméniens

Lire également