samedi 28 janvier 2023

LES ARTS TURCS AU FEMININ

Publié le | par Engin, Özcan Türk (Facebook) | Nombre de visite 313
LES ARTS TURCS AU FEMININ

Ce soir, j’ai participé au vernissage de l’exposition « Les arts turcs au féminin » organisée par l’association « CHP de Lyon » à la mairie du 1è arrondissement de Lyon.

4 jeunes femmes artistes turques y étaient exposées : İdil Kemaloğlu, Ipek Defradat, Tuğçe Şimşek et Hüsniye Duman.

J’ai eu le plaisir d’échanger avec 2 d’entre elles.

La première İdil Kemaloğlu est une pétillante jeune artiste qui vit à Lyon depuis 5 ans. Après le lycée italien d’Istanbul, elle a étudié l’architecture à Milan. Elle parle d’ailleurs l’italien aussi bien que sa langue maternelle. En France, elle a poursuivi des études d’architecture. Elle enrichit son travail artistique à travers différentes techniques. Ses dessins mettent en valeur la femme à travers des nus tout à fait osés ! Très différent du ‘Danse des nus’ de l’Italien Antonio Pollaiuolo, on tombe des nues face aux nus de Mademoiselle İdil Kemaloğlu. A l’instar de son prénom İdil, ses oeuvres nous transportent dans une idylle aussi surprenante que passionnante. Ainsi, ses « Grenades » desquelles guettent des oiseaux aux gros yeux provoquent autant une troublante inspiration qu’une équivoque fascination. Ses airs juvéniles et son sourire éclatant dissimulent un véritable talent artistique.

La seconde artiste qui a fait un joli discours d’introduction en préambule du vernissage est İpek Defradat. Cette jeune Ankariote, à la voix soyeuse comme son prénom, est lyonnaise depuis qu’elle y a rencontré son époux, il y a 5 ans. Ses photographies se focalisent notamment sur la double culture. Certaines sont traversées par la bicéphalité tandis que d’autres jaillissent des sentiments plus idéologiques comme la Liberté. Cette jeune et espiègle artiste est fière de son engagement politique et artistique qui repose sur l’héritage de ses grands-parents, issus, tous deux, des fameux « Instituts de village », ces écoles populaires mises en place par Atatürk pour promouvoir la République mais aussi l’art et la culture. En effet, chaque élève était obligé de maitriser un instrument de musique ou s’intéresser à un domaine artistique comme le théâtre ou la peinture.

İdil Kemaloğlu
İdil Kemaloğlu

İdil Kemaloğlu

Toutefois, on peut regretter la faible participation de la communauté franco-turque réduite aux sympathisants du CHP ainsi qu’aux étudiants franco-turcs et turcs de Turquie. Je n’ai aperçu aucun membre d’autres associations franco-turques, ce qui est très regrettable, tant pour l’art que la place de la femme dans la société franco-turque.

Ipek Defradat
Ipek Defradat

Ipek Defradat

Au final, une jolie exposition tout en couleur qui met à l’honneur la femme et l’art, deux valeurs capitales qui sortent l’homme de sa misère et le subliment ! Messieurs, vous avez jusqu’au 17 février pour admirer des oeuvres déclinées au féminin par 4 talentueuses artistes turques. Mesdames, allez soutenir vos consoeurs car une femme a toujours besoin d’autres femmes. C’est ainsi que s’éveillent l’homme et l’art.

André Malraux disait : « L’art, c’est le plus court chemin de l’homme à l’homme », et ce chemin passe assurément par la femme ! 😊

Özcan Türk

Source ; Page Facebook d’Özcan Türk



À lire aussi