jeudi 8 décembre 2022

Pashinyan fera tout pour ne pas signer un accord de paix

Publié le | par Engin | Nombre de visite : 209 |
Pashinyan fera tout pour ne pas signer un accord de paix

Pashinyan fera tout pour ne pas signer un accord de paix

Nigar Arpadarai : Pashinyan fera tout pour ne pas signer un accord de paix

Auteur : Député du Milli Majlis Nigar Arpadarai

Afin de comprendre pourquoi le gouvernement arménien se comporte comme il le fait dans la question de la conclusion d’un large accord de paix avec l’Azerbaïdjan, malgré la défaite militaire, il est nécessaire de prendre en compte la réalité politique arménienne des dernières décennies.

La partie arménienne évite de toutes les manières possibles le sujet suivant en matière de politique étrangère et de diplomatie. Les médiateurs du groupe de Minsk et la plupart des autres représentants de la communauté internationale impliqués dans le conflit arméno-azerbaïdjanais se sont comportés de la même manière ces dernières années, justifiant cela par la nécessité de maintenir une ambiance positive dans les négociations. À quels "résultats" trois décennies d’efforts de médiation ont conduit, il n’est peut-être pas nécessaire de le répéter.

Mais nous, Azerbaïdjanais, devons nous rappeler que les revendications territoriales de l’Arménie contre l’Azerbaïdjan sont fixées dans la Constitution arménienne de 1995, qui est toujours en vigueur aujourd’hui. Le préambule de la loi fondamentale arménienne fait référence aux "principes et objectifs nationaux inscrits dans la déclaration d’indépendance". Si vous lisez la déclaration d’indépendance de l’Arménie, elle contient une référence à la décision du Conseil suprême de la RSS d’Arménie du 1er décembre 1989 "sur la réunification de la RSS d’Arménie et du Haut-Karabakh" en tant que principe fondamental.

C’est-à-dire que l’establishment politique arménien, dans sa manière conspiratrice caractéristique, a déposé des revendications territoriales contre l’Azerbaïdjan dans la Constitution arménienne. Mais pas en texte direct, mais par une référence à la Déclaration, qui, à son tour, fait référence à la décision du Conseil suprême.

Cela vous a-t-il déjà surpris que l’Arménie n’ait pas reconnu l’indépendance de la « NKR » ? Même aux jours les plus chauds des hostilités, lorsque les dirigeants arméniens, sans hésitation, ont menti au monde entier et ont bombardé les villes azerbaïdjanaises avec des missiles balistiques ? Le Premier ministre Pashinyan a appelé tous les politiciens de son annuaire téléphonique, suppliant de reconnaître « l’Artsakh », mais en même temps, il ne l’a pas fait lui-même ?

Parce que, avec un certain nombre d’autres raisons, une telle reconnaissance, du point de vue du dirigeant de l’Arménie, deviendrait inconstitutionnelle.

Après tout, pendant de nombreuses années, le système politique arménien a existé dans des conditions où l’histoire selon laquelle "l’Artsakh est l’Arménie, point final" était vendue à l’intérieur de la société arménienne, et à l’extérieur il y avait des négociations, et du point de vue arménien, une imitation des négociations, d’un certain « statut ». Et, franchement, les médiateurs du groupe de Minsk l’ont très bien compris, même s’ils ont fait bonne figure sur un mauvais match. La culture politique arménienne est essentiellement construite sur des mensonges. À la fois pour son peuple et pour le monde extérieur.

Pashinyan n’est pas une colombe de la paix. Il l’a démontré pendant les jours de guerre, lorsqu’il a autorisé le lancement de missiles balistiques contre des villes pacifiques azerbaïdjanaises. Lorsqu’il a personnellement escorté la nouvelle génération de réservistes d’Arménie, mal équipés, pas prêts pour la guerre, sur le sol azerbaïdjanais, les transformant ainsi en occupants. Il a vu une mort certaine, tout en diffusant un mensonge pur et simple sur les succès des armes arméniennes et une victoire rapide.

Pashinyan, arrivé au pouvoir en 2018, n’a pas initié de changements à la Constitution qui ramèneraient l’Arménie dans le cadre du droit international. Après tout, la Constitution de l’Arménie contredit les obligations de l’Arménie elle-même dans le cadre de l’ONU, de l’OSCE, de la CEI et d’autres organisations internationales. Au lieu de cela, il a organisé des danses ivres à Shusha.

Et aujourd’hui Pashinyan fait tout et fera tout pour ne pas signer un accord de paix. Notamment pour les raisons évoquées ci-dessus. Et aussi parce que c’est un politicien qui ne vit que pour aujourd’hui. Il a démontré les miracles de la survie politique pendant et après la guerre. Mais à quel prix ? L’Arménie, après avoir subi une défaite militaire, continue de s’affaiblir rapidement même après la fin des hostilités. L’Arménie en tant qu’État aujourd’hui n’est pas capable de prendre des décisions stratégiques et de les défendre, étant devenue un État nain classique, dont l’existence dépend entièrement d’acteurs extérieurs. Aujourd’hui, poursuivant sa rhétorique populiste, Pashinyan paie sa survie politique de l’avenir de son pays. Il s’est engagé dans cette voie et ne peut ou ne veut pas en sortir.

Dans ce contexte, notre président, le vainqueur de la guerre patriotique de libération, la guerre contre l’occupation illégale, le chef, qui a prouvé dans la pratique l’importance de la réflexion stratégique, de la planification patiente et de la cohérence de la politique étrangère, continue de récolter des dividendes politiques pour l’Etat azerbaïdjanais. Ils continueront à s’affaiblir, nous nous renforcerons. Et cela continuera tant que l’Arménie et ses dirigeants s’accrocheront au passé, fictif ou réel, sous toutes ses formes.

Si la communauté internationale, les pays respectés, les organisations internationales, les parlementaires et d’autres veulent vraiment parvenir à une paix durable dans notre région, ils doivent avant tout prêter attention à la source du conflit. Dans ce cas, ils sont le système politique de l’État arménien moderne, ses fondements constitutionnels. En effet, c’est précisément pour cette raison que tous les gouvernements de l’Arménie depuis son indépendance - de l’intellectuel Ter-Petrosyan et du bandit Kocharyan au populiste Pashinyan - sont les chefs d’orchestre de l’expansionnisme arménien, construit sur l’idéologie de la supériorité nationale des Arméniens. sur les autres peuples. Exploitant les symboles médiévaux croisés, imitant l’esthétique du Troisième Reich avec ses processions aux flambeaux et ses aigles aryens sur les armoiries.

Oui, aujourd’hui la version arménienne du nazisme est une vipère aux crocs déchirés. Mais si vous ne résolvez pas le problème à la racine, le problème reviendra. En effet, en plus du fait de l’occupation des terres azerbaïdjanaises pendant 30 ans, l’establishment politique arménien a des traditions de conduite d’activités terroristes pendant presque tout le XXe siècle. Des monuments aux terroristes sont toujours érigés en Arménie. Où est la garantie qu’après avoir perdu la guerre, le revanchisme arménien ne prendra pas à nouveau la forme de la terreur classique ? De plus, c’est un scénario très réel.

Ce qui précède n’est pas une tâche pour de nombreuses années à venir. Cela nécessitera une transformation complète du système politique arménien. Révisions de la tradition historique et idéologique et rejet de la mythologie pernicieuse. Et s’il n’y a pas de dirigeant en Arménie qui suive cette voie, tant pis pour elle.

Mais nous devons commencer par le fait que la Constitution arménienne doit être modifiée et que les revendications directes et indirectes sur les terres étrangères doivent en être supprimées. Et cela ne devrait pas être exigé par nous, Azerbaïdjanais, mais par la communauté internationale elle-même, qui est si soucieuse d’une paix à long terme entre l’Azerbaïdjan et l’Arménie



À lire aussi