facebook
twitter
rss
EURTRY:
logo

Accueil > Nos rubriques > Actualité > Coronavirus : en cas de « confinement obligatoire

Coronavirus : en cas de « confinement obligatoire », ce qui est autorisé et ce qui ne l’est pas

Ecrit par Engin, 2020-03-16 20:44:09


Coronavirus : en cas de « confinement obligatoire », ce qui est autorisé et ce qui ne l’est pas

En se fondant sur l’exemple de l’Italie, voici à quoi pourrait ressembler un confinement en France. Les 60 millions d’Italiens sont en effet soumis depuis mardi 10 mars à de sévères restrictions qui bousculent leur quotidien.

Ce lundi soir, Emmanuel Macron s’adresse de nouveau aux Français ce lundi à 20 heures après avoir réuni un nouveau conseil de Défense face à l’accélération de l’épidémie de coronavirus, qui alarme les médecins et alimente les spéculations sur un confinement total du pays. À partir de la situation en Italie, voilà les dispositions que pourrait retenir le gouvernement selon Le Courrier Picard :

Justifier ses déplacements

► Sortir pour le travail, pour des soins de santé ou acheter de la nourriture . Les Italiens doivent aussi justifier leurs déplacements en brandissant une déclaration sur l’honneur, susceptible d’être vérifiée par la police. Une amende de 206 euros et une peine de 3 mois d’emprisonnement sont prévues pour les contrevenants.

► Des contrôles de police . Il n’y a pas de postes fixes pour bloquer les mouvements des personnes, mais des contrôles de police pour veiller au respect des règles. Par exemple en Italie, un homme de 40 ans a été verbalisé après avoir été intercepté en pleine nuit par des carabiniers alors qu’il allait en voiture acheter des cigarettes en dehors de sa commune de résidence.

► Transports et déclaration sur l’honneur . En Italie, les transports en commun et les taxis ne sont pas soumis à des restrictions. Les gares sont plus vides que d’habitude et de nombreux trains sont annulés. Par haut-parleurs, les voyageurs italiens sont prévenus qu’ils doivent remplir la déclaration sur l’honneur.

► Faire du sport en extérieur . Les Italiens ont le droit de faire de l’exercice dehors, mais seul, pas en groupe.

Travail et services publics

► Télétravail et congés. Les Italiens, comme les Français, sont invités à rester chez eux. Dans ce cadre, le télétravail est conseillé, tout comme la prise de jours de congé.

► Fonctionnement de l’industrie. Les usines et les artisans continuent à produire normalement, « à condition de prendre les mesures de sécurité idoines » (précautions d’hygiène strictes, contacts limités entre collègues, etc.) selon les consignes du Premier ministre italien Giuseppe Conte.

► Services publics. Les services administratifs publics restent ouverts, mais le gouvernement conseille d’utiliser les services en ligne.

► Tout comme en France, les écoles et universités sont fermées et sont incitées à proposer un enseignement à distance.

Commerces et loisirs

► Fermeture des commerces non-indispensables. Tout comme dans l’Hexagone, seuls restent ouverts les commerces proposant de l’alimentation, dont les supermarchés ou épiceries, et des produits de santé, dont les pharmacies. Toutes les autres boutiques sont fermées. Bars, pubs et restaurants ont aussi baissé le rideau.

► Les lieux de culte restent ouverts, à condition de respecter la sacro-sainte distance d’un mètre. Mais les cérémonies religieuses (mariage, baptême, funérailles, prières musulmanes du vendredi) sont interdites. Des participants à un cortège funéraire en Sicile ont reçu une amende.

Voyage et visite à la famille

► Les voyages de tourisme sont « absolument à éviter ». Les vacanciers italiens ou étrangers déjà dans le pays doivent limiter leurs déplacements à ce qui est nécessaire pour rentrer chez eux.

► Manger chez ses parents n’est pas considéré comme un déplacement nécessaire : c’est donc en théorie interdit. En revanche, les parents divorcés peuvent se déplacer pour voir leurs enfants s’ils sont mineurs. S’occuper de personnes âgées est autorisé, tout en évitant le plus possible les contacts.

Coronavirus : ce qu’il faut savoir sur le Covid-19

> C’est quoi le Covid-19 ?
Le Covid-19 est un coronavirus. Observé au microscope, il a une sorte de « couronne ». Selon l’Institut national de recherche et de sécurité (INRS), le Covid-19 se manifeste par une infection respiratoire plus ou moins aiguë (fatigue, fièvre, toux difficultés respiratoires…) avec des anomalies pulmonaires radiologiques (infiltrats bilatéraux étendus). Ces symptômes sont comparables à ceux de la grippe ou d’un rhume. En cas de doute, il est nécessaire d’appeler le 15 (Samu) pour se faire dépister.

> Comment se transmet-il ?
Le virus se transmet par contact direct avec les gouttelettes respiratoires produites par une personne infectée (lorsqu’elle tousse ou éternue) et au contact de surfaces contaminées par le virus. Il peut survivre sur une surface pendant plusieurs heures. La période d’incubation serait de 14 jours et le malade serait contagieux pendant trois à quatre jours.

> Comment s’en protéger ?
L’institut Pasteur de Lille recommande de « se couvrir la bouche et le nez avec le pli du coude ou avec un mouchoir en cas de toux ou d’éternuement, et jeter le mouchoir immédiatement après dans une poubelle fermée, (…) se laver les mains régulièrement avec une solution hydroalcoolique ou à l’eau et au savon ».

> Dois-je m’inquiéter ?
La grippe saisonnière tue en moyenne 10 000 personnes par an en France. Pour autant, il ne faut pas sous-estimer le Covid-19 car son taux de létalité (le rapport entre le nombre de personnes décédées et celui des cas détectés) est encore incertain. Après, il faut se rappeler que cette pneumonie s’avère bénigne dans quatre cas sur cinq et mortelle dans seulement 2,3 % des cas. Les personnes âgées de plus de 80 ans sont les plus à risque, avec un taux de mortalité de 14,8 %. Les patients déjà atteints de maladies cardiovasculaires sont les plus menacés par une issue fatale, devant les diabétiques ou les personnes souffrant de maladies respiratoires chroniques ou d’hypertension.

> Est-ce que je peux être remboursé si j’annule mon voyage ?
Les touristes qui avaient prévu de séjourner dans une zone touchée par l’épidémie de coronavirus peuvent reporter ou annuler sans frais s’ils sont passés par un voyagiste. Mais s’ils ont acheté leur billet ou leur voyage en direct, il leur faudra négocier… ou payer des frais.

> Est-ce que je suis payé si je suis placé en quatorzaine ?
Les personnes placées en isolement par précaution pour éviter un risque de propagation du nouveau coronavirus en France bénéficient « d’un arrêt de travail et d’indemnités journalières » pouvant aller jusqu’à 20 jours.

> Quid des enfants placés à l’isolement ?
Selon les recommandations gouvernementales, les enfants de retour de régions à risque (Chine continentale, Hong Kong, Macao, Singapour, Corée du Sud, Lombardie, Vénétie) « ne doivent pas être envoyés à la crèche, à l’école, au collège ou au lycée », les 14 jours suivant le retour (durée jugée suffisante pour couvrir la période d’incubation du virus).

Jean-Michel Blanquer a assuré que l’État sera en capacité « de déclencher de l’enseignement à distance massif ». Cet enseignement s’effectue en France via le Centre national d’enseignement à distance (Cned).

> Qui appeler si j’ai une question ?
Des agents répondent aux questions au 03 20 30 58 00.

> Gare aux faux traitements qui circulent sur les réseaux sociaux

L’urine des enfants, l’ail, la cocaïne, la neige, ou encore l’huile de sésame : faites attention aux fausses bonnes idées qui circulent sur internet pour lutter contre le Covid-19.

> S’abonner au groupe Facebook Coronavirus : entraidons-nous dans le #NPDC !

Aide aux devoirs à distance, courses pour les personnes confinées... Postez vos annonces et vos questions sur cette page, les lecteurs (ou la rédaction de La Voix du Nord) vous répondront !

Mot-clé :
Coronavirus
Plan du site | RSS 2.0 | Copyright Turquie News 2006-2019 | Mentions légales PageRank