jeudi 8 décembre 2022

[Question Arménienne] Les massacres arméniens en Turquie ottomane : un génocide contesté, par Guenter Lewy

Critiques du Dr Edward Erickson

Publié le | par Hakan | Nombre de visite : 147 |
[Question Arménienne] Les massacres arméniens en Turquie ottomane : un génocide contesté, par Guenter Lewy

Critiques du Dr Edward Erickson pour le livre :

Les massacres arméniens en Turquie ottomane : un génocide contesté, par Guenter Lewy

***

Le dernier livre de Guenter Lewy suscitera sûrement la controverse, tout comme ses livres précédents [1]. Dans The Armenian Massacres in Turkey, Lewy, professeur émérite de sciences politiques à l’Université du Massachusetts - Amherst, tourne maintenant son attention vers l’historiographie des déportations et massacres arméniens en 1915, avec un accent particulier sur l’examen de la validité des sources originales citées par des auteurs écrivant sur ces événements.

Le travail de Lewy, publié presque simultanément avec un livre similaire de Donald Bloxham [2], met en doute l’interprétation conventionnelle du génocide arménien. En tant que tel, les massacres arméniens en Turquie sont une révision majeure de la façon dont nous devrions penser à ce qui prouve ou réfute les récits historiques de ces événements - un sujet qui est actuellement politiquement sensible.

Lewy limite son étude aux événements de 1915-16 (la période de la déportation et du massacre associé). Il n’essaie pas de répondre à la question, « était-ce un génocide ou pas ? Il ne se penche pas non plus sur les massacres ultérieurs de 1918-22. Son objectif est de "soumettre les riches preuves historiques disponibles à l’épreuve de la cohérence et de tenter de trier la validité des arguments rivaux" (p. x).

Selon Lewy, il y a deux écoles de pensée sur les événements de 1915 : La vision arménienne affirme que les Arméniens innocents et inoffensifs ont été systématiquement exterminés dans un génocide prémédité perpétré par les Jeunes Turcs. Le point de vue turc soutient qu’une rébellion arménienne (aidée par les Alliés) a forcé le régime à déporter les Arméniens de la zone de guerre du Caucase, un événement au cours duquel des milliers d’Arméniens ont été massacrés par des criminels où sont morts de faim.

Lewy soutient que les deux camps ont créé une historiographie de soutien erronée en utilisant les sources de manière sélective, en les citant hors contexte et/ou en ignorant les "faits gênants".

La première partie de ce livre, qui présente le cadre historique, est largement non controversée. Cependant, la deuxième partie, intitulée "Deux historiographies", ne peut être qualifiée que de controverser.

Dans cette partie, Lewy présente et analyse le cas arménien pour la préméditation et l’intention d’exterminer les Arméniens et le cas arménien pour la mise en œuvre secrète et parrainée par l’État de massacres génocidaires. Il reprend également le cas turc selon lequel une rébellion arménienne a nécessité leur expulsion pour des raisons de sécurité nationale. Lewy parcourt pas à pas les historiographies opposées et dissèque les citations à l’appui. Il soutient qu’il existe peu de preuves authentiques qui corroborent la préméditation ou prouvent l’existence d’un plan d’extermination des Jeunes-Turcs et qu’il n’y a aucune preuve authentique impliquant les Allemands en tant que co-auteurs.

Ces opinions contredisent la vision occidentale (et arménienne) répandue de ces événements. Il affirme par ailleurs que, bien qu’une rébellion arménienne ait eu lieu, elle menaçait à peine l’Empire ottoman et ne justifiait pas la déportation (contredisant la position turque).

Dans la troisième partie, tout aussi controversée, Lewy examine les déportations, la réinstallation, l’identité des auteurs et le nombre de victimes. Lewy soutient que le nombre d’Arméniens réellement tués, par opposition au nombre de ceux qui sont morts de faim, est bien inférieur à ce que l’on croit généralement en Occident aujourd’hui.

Dans sa conclusion, il assure hardiment qu’ "aucune preuve documentaire authentique n’existe pour prouver la culpabilité du gouvernement central de la Turquie pour les massacres de 1915-16" [3].

De plus, il souligne des incohérences évidentes parfois ignorées par les historiens, par exemple, l’extermination supposée planifiée de tous les Arméniens ne cadre pas avec la survie des grandes populations arméniennes de l’ouest de l’Anatolie, qui n’ont pas été déportés. Il pense également qu’un plan délibéré d’extermination de plus d’un million de personnes ne reposerait pas sur des méthodes incohérentes comme les mener à la famine et des massacres partiels localisés.

Lewy présente un scénario alternatif plausible selon lequel la décision d’expulsion elle-même était une mission impossible, étant donné les pénuries logistiques de l’Empire ottoman ; et qu’un mouvement de masse d’Arméniens mal supervisé et mal soutenu a entraîné à la fois des massacres et des morts de faim et de maladie.

Ce sont d’importantes idées incendiaires qui contredisent nos conventions occidentales concernant ces événements. Il pense également qu’un plan délibéré d’extermination de plus d’un million de personnes ne reposerait pas sur des méthodes incohérentes comme les mener à la famine et des massacres partiels localisés.

On notera en particulier l’intérêt de Lewy pour le travail de Vahakn N. Dadrian, un sociologue américain, qui est considéré par le camp arménien comme l’un des écrivains prééminents sur le génocide arménien aujourd’hui.

À cet égard, Lewy reflète une tendance au rassemblement parmi les historiens qui cherchent à revisiter et à vérifier les citations répertoriées par les auteurs d’ouvrages historiques contestés. Les travaux soumis à un tel examen minutieux incluent ceux de SL A Marshal, Michael Bellesiles et récemment Ward Churchill. Le travail influent de Dadriandes années 1980 et 1990 est devenu le fondement intellectuel de l’affirmation arménienne moderne selon laquelle les Jeunes Turcs ont mené un "génocide" prémédité d’environ 1,5 million d’innocents.

Lewy examine systématiquement les sources citées par Dadrian et constate que ces dernières sont fréquemment déformées et mal cité les sources ou n’ont pas inclus d’informations contextuelles importantes. Lewy soutient que les implications de la malhonnêteté de Dadrian jettent un doute sur la véracité de nombre de ses affirmations concernant l’existence d’un cas historique prouvant le génocide. Il est important de noter que ses affirmations renforcent et complètent l’historien britannique Donald Bloxham et l’historien allemand Hilmar Kaiser, qui sont également parvenus à des conclusions similaires par rapport à certaines méthodologies et citations de Dadrian.

C’est un livre important parce qu’il présente un correctif bien nécessaire à la vision unilatérale que beaucoup ont des déportations et des massacres arméniens. Dadrian a déjà critiqué Lewy parce que ce dernier ne lit pas le turc et n’a pas passé sa vie à rechercher ces événements. C’est une critique valable, bien sûr. Néanmoins, Lewy a examiné suffisamment de sources d’archives allemandes, britanniques et américaines réelles qui existent aujourd’hui (dans leurs langues d’origine) pour trouver des incohérences dans l’historiographie existante.

Lewy soutient que son expertise en tant que chercheur est suffisante pour indiquer à quoi devraient ressembler des preuves et des preuves historiques authentiques - un point avec lequel cet critique est d’accord.

De plus, Lewy apporte une contribution majeure à la façon dont nous devrions penser les déportations et les massacres arméniens en soulignant que le simple fait d’avoir un grand nombre de partisans affirmant que le génocide est un fait historique ne le rend pas tel. Plus précisément, il identifie le groupe d’écrivains et d’universitaires concernés qui ont signé une lettre à cet effet publié dans le New York Times, comme un tel effort. Lewy fait le point critique que de telles tactiques "empêchent toute enquête scientifique plus approfondie sur les déportations et les massacres en imposant une nomenclature politiquement correcte" [4].

Je suis d’accord avec Lewy dans cette évaluation, et je recommande vivement ce livre à quiconque s’intéresse à la question de savoir ce qui est réellement arrivé aux Arméniens ottomans en 1915.

Edward J. Erickson
LLC Research Associates


[1par exemple, l’Amérique au Vietnam, la persécution nazie des gitans et la religion en Amérique

[2The Great Game of Genocide, revu dans le ME J, Vol. 60, No. 1, Winter 2006

[3p. 250

[4p. 267-269


À lire aussi