jeudi 8 décembre 2022

[Question Arménienne] "La rébellion arménienne à Van", par Justin McCarthy

Critiques du Dr Edward Erickson :

Publié le | par Hakan | Nombre de visite : 151 |
[Question Arménienne] "La rébellion arménienne à Van", par Justin McCarthy

Critiques du Dr Edward Erickson :

"La rébellion arménienne à Van", par Justin McCarthy, Esat Arslan, Cemalettin Takiran et Omer Turan.
***

Ce livre opportun suit et effectue les travaux récents de Donald Bloxham [1] et Guenter Lewy [2]. Bloxham et Lewy soutiennent tous deux qu’il y a eu une véritable rébellion arménienne en 1915, qui a été encouragée et aidée par les Alliés, et qui visait à l’établissement d’un État arménien. De plus, Bloxham affirme que la collaboration active intempestive avec les Alliés par les dirigeants nationalistes arméniens a conduit leur peuple à une confrontation désastreuse avec les Ottomans.

Les auteurs commencent par trois chapitres détaillant le cadre géographique, économique et démographique de la province de Van, en s’intéressant aux origines et à la politique des comités arméniens, en particulier ceux de la Fédération révolutionnaire arménienne (FRA (Fédération des Révolutionnaires Arméniennes) ou Dashnaks). Le quatrième chapitre examine la rébellion de 1896. Le cinquième chapitre, intitulé "Développement de la révolution, 1897-1908", décrit la croissance d’un mouvement arménien armé en examinant sa direction, ses tactiques, la contrebande d’armes et ses relations avec la Russie. Le chapitre six, sur la période 1908-1912, couvre brièvement la détérioration des relations entre les Jeunes-Turcs et l’FRA, tandis que le chapitre sept couvre les événements qui ont précédé le déclenchement de la guerre. Le chapitre huit, est un examen détaillé, au niveau tactique, de ce qui s’est passé à Van fin mars et avril 1915. En utilisant des documents auparavant indisponibles des archives militaires ottomanes à Ankara, les auteurs offrent une image d’une rébellion soigneusement planifiée et exécutée, parrainée et étroitement coordonnée avec les Russes, qui ont lancé une offensive visant à s’emparer de la ville. Les deux derniers chapitres expliquent la destruction des communautés arménienne et musulmane de la province et présentent une analyse des raisons pour lesquelles les Ottomans n’ont pas réussi à réprimer les rebelles.

Alors pourquoi lire un autre livre sur les Arméniens ? Ce livre représente une révision massive de ce que l’on sait en Occident sur le soulèvement de Van. Une exposition bien développée du leadership arménien, de l’architecture organisationnelle, du professionnalisme dans la formation militaire, des tactiques innovantes et de l’armement qui est intégré dans une explication de la façon dont les batailles ont été menées est particulièrement importante. Les auteurs affirment que les rebelles n’étaient pas simplement des habitants de la ville réagissant en état de légitime défense, mais étaient plutôt bien dirigés, étroitement organisés et dangereux. Ils présentent un argument convaincant basé sur de nouvelles informations d’archives.

Ce critique a trouvé que le ton général du livre était inhabituel dans son traitement équitable des Arméniens par les universitaires turcs. Le professeur McCarthy et ses co-auteurs turcs présentent les Arméniens comme d’habiles praticiens de l’art de l’insurrection et notent que le dirigeant arménien "Aram Manukian doit être compté comme l’un des génies de la guérilla" [3]. De plus, ils concluent que les insurrections arméniennes ont contribué à paralyser la position stratégique ottomane en Anatolie, et ils renforcent également l’affirmation de Bloxham selon laquelle les Arméniens ont été gravement abandonnés par leurs alliés russes.

Malheureusement, il y a des erreurs factuelles mineures dans le texte. Par exemple, Les pertes ottomanes à Sankaml sont surestimées à 100% [4] alors que la source turque citée (Turk Harbi) donne en fait des chiffres bien inférieurs. Les auteurs donnent à tort la date d’un ordre critique d’Enver Pacha sur les précautions de sécurité au 25 septembre 1914 [5], alors que la date correcte est le 25 février 1915. Des informations incorrectes sont données sur la composition du premier corps expéditionnaire [6] qui comprend des estimations britanniques erronées de divisions bis inexistantes. Il y a aussi un manque de clarté et d’exhaustivité dans la citation des archives turques ; les auteurs détaillent rarement ce qu’est le document. Au lieu de cela, ils choisissent de répertorier uniquement son numéro d’appel d’archives.

Cependant, les spécialistes et les lecteurs intéressés comprendront et apprécieront ce livre. Il est clairement rédigé et constitue un important correctif à l’historiographie occidentale existante. Bien que cela irritera certainement le lobby arménien mondial, ce critique encouragera ceux qui recherchent une compréhension équilibrée et éclairée de ces événements à lire La rébellion arménienne à Van. Il vaut bien le prix et fortement recommandé.

Lieutenant-colonel Edward J. Erickson
États-Unis (retraité), International Research Associates, LLC


[1The Great Game of Genocide, revu dans The Middle East Journal (MEJ), Vol. 60, No. 1 (Winter 2006)

[2The Armenian Massacres in Ottoman Turkey : A Disputed Genocide, revu dans MEJ, Vol. 60, n° 2 (printemps 2006)

[3p. 258

[4p. 179

[5p. 190

[6p. 210


À lire aussi