EURTRY:

Accueil > Nos rubriques > France > Quand des extrémistes racistes et turcophobes (...)

Quand des extrémistes racistes et turcophobes arméniens distillent leur haine


Ecrit par Hakan, Pakize, 2020-09-06 18:26:11


Quand des extrémistes racistes et turcophobes arméniens distillent leur haine grâce à leur position « d’élu de la République ».

On est en droit de se demander… « quelle République » ? Car c’est bel et bien en France, sur le sol Français que ces propos incitant à la haine sont tenus. République Française, état de droit, qui, de par sa Constitution, ses lois, est supposée protéger ses citoyens, quelle que puissent être leurs origines… République Française dont les principes démocratiques donnent liberté à l’expression de ses citoyens, du moment que celle-ci ne soit ni offensante, ni insultante.

En effet, plus de 400 lois et articles des Codes pénal et civil grignotent les principes posés par la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789, elle-même déjà très mesurée.

La Déclaration pose le principe de la liberté d’expression dans ses articles 10 et 11 en affirmant que « nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l’ordre public établi par la loi » (article 10) et que « la libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l’homme : tout citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre à l’abus de cette liberté dans les cas déterminés par la loi » (article 11).

Il est interdit de diffamer et d’injurier les morts et les vivants (article 29, 30, 31, 32 de la loi de 1881), « une personne ou un groupe de personnes à raison de leur origine ou de leur appartenance ou de leur non-appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une religion [...], de leur sexe, de leur orientation ou identité sexuelle ou de leur handicap » (article 32).

On peut ajouter à ces interdictions le fait d’interdire les publications pour la jeunesse « présentant sous un jour favorable le banditisme, le mensonge, le vol, la paresse, la lâcheté, la haine, la débauche ou tous actes qualifiés de crimes ou délits ou de nature à démoraliser l’enfance ou la jeunesse, ou à inspirer ou entretenir des préjugés ethniques ou sexistes » (article 2 de la loi du 16 juillet 1949).

Des principes et des valeurs que, semble-t-il, certains élus n’ont pas fait « leurs » en mettant en avant leurs propres origines, en oubliant quel peuple ils étaient supposés « représenter »… Ou bien alors, est-ce l’inverse ?

Serait-ce que ces élus se servent sciemment de leur position pour distiller la haine entre deux communautés ?

Rappelant sans cesse leurs origines arméniennes, pour pouvoir accéder à leur position grâce aux voix des membres de leur communauté, et soudainement « oublier » qu’ils sont en France, qu’ils sont supposés représenter le peuple français… ? Serait-ce qu’ils n’ont rien à faire de ce qui se passe dans leur ville, dans leur pays, tant que cela ne concerne pas exclusivement la « communauté d’origine arménienne » ?

Qu’ils soient restés bloqués au siècle dernier, faisant une fixation sur des évènements qui se sont produits à 4000km de la France et qu’ils refusent encore d’éclaircir par la voie scientifique, en quoi est ce que cela concerne les citoyens français ?

Qu’ils soient eux-mêmes rongés par la haine est une chose. Mais de là à se servir de leur fonction de représentation pour inciter à la haine à raison de l’appartenance à une ethnie est sanctionné par la loi.

Nous souhaitons donc que tout « élu de la république » soit respectueux des lois de cette République même, et que ce raciste de Didier Parakian, ancien Adjoint au Maire de Marseille et également délégué auprès de la communauté arménienne, soit sévèrement sanctionné pour les propos qu’il a employé à l’encontre des Turcs.

Mot-clé :
Communautarisme Négationniste République Turcophobie
Plan du site | RSS 2.0 | Copyright Turquie News 2006-2019 | Mentions légales PageRank