dimanche 28 novembre 2021
Accueil | Nos rubriques | France

La France annonce la vente de six jets Rafale à la Grèce

lundi 13 septembre 2021 | par Hakan



La France annonce la vente de six jets Rafale à la Grèce

La France a vendu dimanche six avions de combat Rafale à l’armée de l’air grecque. La nouvelle a d’abord été annoncée par la Grèce samedi avant d’être confirmée dimanche par la ministre française de la Défense Florence Parly sur Twitter.

Les dernières acquisitions portent à 24 le nombre d’avions de combat Dassault Rafale en service grec. Le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis a déclaré qu’un accord avait été conclu avec la France pour l’achat initial de 18 avions, ajoutant qu’une décision avait été prise d’en acquérir six supplémentaires.

Au cours de la dernière année, la Grèce et la Turquie ont été en désaccord sur les revendications maritimes turques en Méditerranée orientale. Ankara revendique une large bande des eaux dans le cadre de sa zone économique exclusive dans le cadre d’un accord controversé signé avec la Libye en novembre 2019. Cet accord a été condamné comme illégitime par l’Égypte, la Grèce et Chypre, entre autres, qui l’ont considéré comme une violation flagrante de leurs propres frontières maritimes.

La France s’est imposée comme un fervent partisan de la Grèce dans sa compétition avec la Turquie. En raison de ses propres différends avec Ankara, Paris a accru son soutien diplomatique et militaire à Athènes et les forces françaises ont rejoint les forces navales grecques pour des exercices militaires. L’accord Rafale a été signé pour 6 milliards de dollars en janvier et Parly a félicité Athènes pour avoir fait un "choix européen" pour son nouvel avion de combat.

S’exprimant sur l’achat de Rafale par la Grèce cet été, le ministre turc de la Défense Hulusi Akar a accusé Athènes de "s’engager dans une course aux armements".

La Turquie et la Grèce ont pris des mesures pour désamorcer les tensions avec des visites mutuelles de responsables jusqu’au niveau des ministres des Affaires étrangères des deux pays. Le président turc Recep Tayyip Erdogan a passé et reçu plusieurs appels téléphoniques de Kyriakos ces derniers mois, notamment pour faire part de ses inquiétudes concernant le risque de fuite de réfugiés afghans vers l’Europe.

Parallèlement, la France a également vu ses tensions se réduire avec la Turquie à la suite d’une rencontre entre Erdoğan et le président Emmanuel Macron en marge d’un sommet de l’OTAN en juin.

À lire aussi