lundi 30 janvier 2023

[Ankara-Damas] Unité du destin, points communs pour une solution

Publié le | par Engin | Nombre de visite 360
[Ankara-Damas] Unité du destin, points communs pour une solution

La question de savoir si un dialogue politique sera établi entre Ankara et Damas est à notre ordre du jour depuis longtemps.

Lorsque l’opération contre l’organisation terroriste PYD/YPG, la branche syrienne de l’organisation terroriste KCK/PKK, est venue à l’ordre du jour, la question a pris encore plus d’importance.
Parce que la question est d’une grande importance dans le contexte de la sécurité de la Turquie ainsi que de la sécurité et de l’intégrité territoriale de la Syrie.

En résumé, si une situation sécuritaire se produit en Syrie, la terreur qui menace la Turquie ne pourra pas trouver de zone d’influence.

Cependant, la situation en Syrie ne semble pas encore être à un niveau qui assurera la sécurité dans son intégralité.

Parce que la « solution politique » qui fournira cela n’est pas encore à l’horizon.

Mais c’est un fait que si une solution politique est souhaitée, le dialogue entre Ankara et Damas est nécessaire.

En résumé, il semble y avoir une unité de destin entre les deux pays. Cependant, il est possible de dire que l’histoire de l’union du destin des deux pays remonte aux années 1990, voire aux années 1980, lorsque le plan Oded Yinon a été préparé.

Parce que depuis le tout début, les deux pays ont été la cible d’une même politique et d’un même projet agressifs.

Si nous n’expliquons pas cela, il sera difficile de trouver des réponses aux questions de savoir comment rétablir un lien entre Ankara et Damas et comment unir les points de séparation.

***

À la fin de la guerre froide, les États-Unis ont affronté le monde islamique comme leur nouvel ennemi. Mais il a théorisé cette hostilité non pas en ciblant les pays où vivaient l’islam ou les peuples et nations musulmans, mais sur la base du terrorisme.

Ensuite, les talibans et les organisations d’al-Qaïda formées par des éléments de la CIA au Pakistan ont été ciblées étape par étape.

Une justification était nécessaire pour l’attaque majeure.

L’ancien secrétaire d’État américain Henry Kissinger a déclaré lors d’une réunion du Council on Foreign Relations (CFR) en 1992 : « Quand vous vous réveillez un matin et que vous voyez à Los Angeles que tous les agents de la CIA, les agents du FBI, c’est-à-dire toutes les forces de sécurité ont pris le contrôle de toute la ville, vous regardez ce mouvement avec haine et vous protestez.

Mais vous pouvez convaincre les gens des exigences des conditions mondiales et des conditions mondiales à tel point que lorsque vous vous réveillez un matin et que vous voyez la CIA, le FBI, les forces de police et les avions de guerre bourdonner dans les rues de Los Angeles, vous l’accueillerez très facilement. Et vous en seriez très heureux. (Erol Bilbilik, « American Siege », Otopsi Yayınları, première édition, août 2003, p. 63)

Le lendemain du 11 septembre, les rues américaines étaient exactement comme cette description, et personne ne parlait.

Le livre « The New Jackals : Ramzi Youssef, Oussama ben Laden and the Future of Terrorism », également publié aux États-Unis en 1999, affirmait que les terroristes prévoyaient d’utiliser une bombe nucléaire, de tuer 250 000 personnes et d’évacuer toute la ville de New York lors de leur attaque de 1993 contre le World Trade Center à New York. Dans le même livre, le terroriste Ramzi Yusuf a planifié des attaques qui ont détourné 11 avions américains et les ont abattus simultanément avec des explosifs au-dessus de l’océan Pacifique, tuant un total de 4 000 personnes.

2 ans plus tard, des avions américains ont été détournés, non pas au-dessus de l’océan, mais au World Trade Center de New York et au Pentagone à Washington.

Le nombre d’avions détournés était de 11. ( Jürgen Elsässer, « The Shadow Government - The Actions of the American Deep State from September 11 to Obama », Kaynak Publications, première édition, janvier 2014, p. 19)

La note remarquable était que Ramzi Yusuf, dont le vrai nom était Abdulbasit Karim et qui aurait planifié les attaques, était en prison aux États-Unis à l’époque.

Les États-Unis ont reçu la raison qu’ils déclareraient la guerre aux pays musulmans à court terme et aux autres pays cibles à long terme.

La première cible était l’Afghanistan. Les États-Unis ont lancé leur invasion de l’Afghanistan le 7 octobre 2001. L’article 5 du Traité de l’OTAN a été mis en œuvre pour la première fois.

Al-Qaïda était basé en Afghanistan. Mais ce n’était pas suffisant pour les néo-conservateurs qui contrôlaient l’administration Bush Jr. C’était l’une des cibles en Irak sous Saddam Hussein. Ils voulaient fermer le compte de 1991 (!). Il convient également de noter le site Debka, qui était connu pour être contrôlé par les services secrets israéliens, qui a été le premier à pointer vers l’Irak. Sur ce site, 11 jours après les attentats du 11 septembre, le « rapport » du 22 septembre indiquait que les experts américains à l’origine de l’attaque désignaient l’Irak comme un pays doté d’un service secret qui fonctionnait bien. Cependant, dans le même temps, le chef du service de renseignement militaire israélien, Amid Malka, a déclaré au journal israélien Yediot Aharanot qu’ils n’avaient identifié aucun lien irakien avec l’attaque.

Dans son discours annonçant l’offensive d’invasion du peuple américain, Bush a déclaré que « l’opération (en substance, l’attaque) peut être plus longue et plus difficile que certains ne le réalisent ». Bush a dit cela à propos de l’invasion de l’Irak, mais ils montraient des signes qu’ils ne seraient pas satisfaits de l’Irak.

L’invasion de l’Irak a ouvert une boîte de Pandore. Notre région s’est transformée en enfer. Des organisations terroristes ont été créées et celles qui existaient déjà ont été soutenues. L’un de ceux soutenus par les États-Unis était l’organisation terroriste PKK, avec laquelle ils étaient déjà en contact depuis des années.

Les cibles ne s’arrêteraient pas à l’Irak.

STRATÉGIE DES ÉTATS BANDITS
La base de la liste des pays que les États-Unis cibleront après l’Irak a été posée en 1990 par Carl E. Vuono, alors président des chefs d’état-major interarmées américains, dans le cadre de la « stratégie des États voyous ».

Puis, le 19 mars 1990, les États-Unis ont adopté la « stratégie des États voyous ».

Dick Cheney, qui devint plus tard le deuxième président de Bush Jr., développa cette stratégie en tant que secrétaire à la Défense de Bush père.

Ce que Cheney a dit dans un discours aux membres des forces armées américaines le 19 mars 1991 semblait porter des signes d’agression ultérieure.

Cheney a déclaré que les forces irakiennes sont d’une taille considérable et ne sont pas les seules forces dans cette situation, qu’il existe d’autres puissances régionales dotées de forces armées modernes et d’avions de guerre et de systèmes de défense aérienne avancés, qu’on estime qu’au moins 15 pays en développement seront en mesure de produire des missiles balistiques d’ici l’an 2000, et qu’il a analysé les « États voyous » en tant que puissances régionales dans trois catégories dans la « Stratégie des États voyous » développée :

1. États voyous : Iran, Irak, Syrie, Libye, Corée du Nord.
2. États candidats voyous : Chine, Inde, Pakistan, Corée du Sud, Égypte, Taïwan, Turquie.
3. États candidats voyous : Argentine, Brésil, Cuba, Indonésie, Israël.

En bref, il était prévu longtemps à l’avance que la Syrie et la Libye seraient impliquées et attaquées.
Lorsque les États-Unis ont lancé leur invasion de l’Irak en mars 2003, la première tension entre les États-Unis et la Syrie a été allumée. Le printemps, qui a commencé avec le soutien apporté dans le cadre de la lutte contre Al-Qaïda après le 11 septembre, a été de courte durée, et Damas a réagi fortement à l’invasion de l’Irak.

On pourrait même l’appeler le pays arabe qui a réagi le plus durement. Lorsque l’invasion a commencé, Bachar al-Assad a déclaré à la presse libanaise Al-Safir qu’il avait décrit l’invasion comme une « attaque immorale, illégale » et espérait que l’invasion échouerait.

LE PAYS ARABE QUI A RÉAGI LE PLUS FORTEMENT À L’OCCUPATION IRAKIENNE
À la suite du renversement court du régime de Saddam Hussein, Washington avait tendance à diriger des chars vers la Syrie. Mais Bush voulait contrôler la Syrie par la répression. Ils ont essayé de faire pression sur Damas en coopération avec l’Iran, le Hezbollah libanais et le Hamas. (Ali Poyraz Gürson, « The Syria Plan of the Great Powers », Crypto Books, deuxième édition, novembre 2014, p. 141-143)

Le secrétaire d’État américain de l’époque, Colin Powell, qui a ouvertement menti au monde au sujet de l’invasion de l’Irak au Conseil de sécurité des Nations Unies, s’est rendu à Damas le 3 mai 2003 et a menacé de « couper le soutien au terrorisme ».

Exactement un an plus tard, en mai 2004, le Congrès américain a adopté la loi sur la responsabilité de la Syrie et la reconstruction du Liban, imposant des sanctions économiques à la Syrie.
La loi accusait la Syrie d’être du mauvais côté de la guerre américaine contre le terrorisme et critiquait la présence de la Syrie au Liban, son soutien au Hezbollah et à certains groupes palestiniens, son implication dans la résistance en Irak et sa possession d’armes de destruction massive. (Ali Poyraz Gürson, ibid., p. 145)

Eliot Engel, le membre qui a présenté la loi à la Chambre des représentants, a ouvertement ciblé la Syrie dans une déclaration du 11 avril 2003 : « Maintenant, le régime de Saddam Hussein a été renversé. Pour les États-Unis, la Syrie est la prochaine étape. Les États-Unis ne doivent pas tolérer que la Syrie soutienne les organisations terroristes les plus dangereuses du monde, développe des armes de destruction massive ou envahisse le Liban.

En parlant d’armes de destruction massive, après la capture de Saddam Hussein, le journal Al-Quds al-Arabi et plus tard le journal égyptien al-Usbu ont rapporté que le secrétaire américain à la Défense de l’ère Bush, Donald Rumsfeld, avait rencontré Saddam Hussein emprisonné à l’aéroport de Bagdad. Selon les détails obtenus par al-Usbu auprès de l’avocat de Saddam, Saddam Hussein a fait la déclaration suivante en parlant à Rumsfeld : « Vous m’avez fait une autre offre pour expliquer que des armes de destruction massive étaient cachées en Syrie. Vous avez dit que si j’expliquais quelque chose comme ça, vous me libéreriez. J’ai refusé, et maintenant je refuse... »
Comme on peut le voir dans ce dialogue, les États-Unis avaient fait tout leur possible pour attaquer la Syrie.

LE PKK BOOMERANGI SYRIEN
Ensuite, il y a eu la question ethnique et sectaire, tout comme ils alimentaient en Irak.

J’aborderai le problème sectaire dans le prochain billet. Ils ont créé l’infrastructure de la question ethnique par le biais de l’organisation terroriste PKK.

Ils utiliseraient cette organisation dans les pays ciblés, y compris la Turquie. Cependant, la structure terroriste du KCK, la soi-disant structure étatique de l’organisation terroriste, n’avait pas encore été établie.

L’organisation terroriste PKK a fondé l’organisation terroriste PYD en 2003. L’apparition de l’organisation sur scène a eu lieu en 2004.

En mars de la même année, après un match de football dans la ville syrienne de Qamishli, des incidents majeurs ont éclaté entre Syriens d’origine kurde et arabe.

Ces événements ont été le premier signal d’un conflit ethnique dans le pays. Dans les conflits en cours, les Syriens d’origine kurde portaient des drapeaux américains et israéliens et des affiches de Bush. Le gouvernement syrien a réprimé les événements avec des mesures très dures.

En fait, la Syrie connaissait le retour du boomerang qu’elle avait pris en charge et jeté sur la Turquie à l’époque de Hafez al-Assad.

Pendant des années, la tension entre la Turquie et la Syrie a été qualifiée de soutien du pays à l’organisation terroriste PKK et de patronage de son chef dans le pays.

Cependant, l’attitude du « couteau dans l’os » de la Turquie en 1998 a abouti à l’expulsion du chef terroriste du territoire du pays. Ensuite, la communication entre la Turquie et la Syrie a commencé à se renforcer.

L’Accord d’Adana est en cours d’application. Selon un rapport de 2007, le nombre de terroristes capturés par le gouvernement syrien et remis à la Turquie était d’environ 80. Parmi ces terroristes se trouvait le chef libanais de l’organisation, Saladin Canavar. (Mehmet Faraç, « Four PKKs on the border », Cumhuriyet, 8 novembre 2007)

La Syrie prenait également des mesures très dures dans sa lutte contre le PYD. À cette époque, de nombreux militants de l’organisation, qui opérait dans des régions telles qu’Afrin, Alep, Ain al-Arab et Hasakah, ont été tués. En 2009, environ 300 militants étaient en prison.

UNE CONFÉRENCE À LAQUELLE A PARTICIPÉ LE LEADER DU PYD EN SUÈDE EN 2009
Un incident important qui a montré que la Syrie serait alimentée à l’organisation terroriste PYD étape par étape a eu lieu en Suède. Le 12 mars 2009, deux ans avant le début des événements en Syrie, une conférence intitulée « Kurdistan du Sud-Ouest et Syrie » s’est tenue à Stockholm, en Suède, ainsi qu’au Parlement suédois. Parmi les participants / invités de la conférence se trouvait Fuat Ömer, qui était le chef de l’organisation terroriste PYD à l’époque. En d’autres termes, l’histoire de la relation entre l’organisation terroriste PYD et la Suède a commencé avant la guerre civile syrienne. Ils avaient tout planifié à l’avance.

LE CHEF TERRORISTE ŞAHIN ENTRE EN SYRIE EN 2010
Tout comme (selon les informations auxquelles j’ai eu accès) la transition intensive des meneurs et des militants du PKK. Selon les informations que j’ai obtenues en 2014, le meneur Ferhat Abdi Şahin, nom de code Şahin Cilo, était entré en Syrie des mois avant le début des événements. Le chef terroriste nommé Şahin Cilo, qui se présente maintenant comme Mazlum Kobani, avait le devoir au PKK à cette époque de former les soi-disant forces spéciales de l’organisation. À la fin de 2010, il est entré en Syrie avec environ 20 autres terroristes et a commencé à y entraîner des terroristes du PYD.
Comme on peut le voir dans les événements concrets que nous avons écrits, les troubles en Syrie n’ont pas commencé en 2011 avec les interventions / attaques sévères des forces de sécurité syriennes contre le peuple. La Syrie était déjà la cible et les événements ont dégénéré en guerre civile après que Damas n’ait pas réussi à gérer le processus avec succès.
Nous allons continuer...

À lire aussi

DURSUN AKSOY

DURSUN AKSOY

14 juillet 2022