facebook
twitter
rss
EURTRY:
logo

Un terroriste arménien en tournée en France

Ecrit par TN-pige, 2012-12-13 05:19:37


Le site ultra-nationaliste armenews.com annonce depuis bientôt une semaine avec fierté sa complicité dans l’organisation le 8 décembre [1] à Paris et le 14 décembre [2] Marseille (dans les locaux de la Jeunesse Arménienne de France (JAF)) une conférence dont la guest-star n’est autre qu’une figure du terrorisme raciste de l’ASALA venu tout droit d’Erevan, Alec Yenikomshian.

Quoi d’étonnant lorsque l’on sait que la Jeunesse Arménienne de France est l’émanation du parti Hintchak, lequel avait soutenu l’ASALA et que le site armenews.com n’est que le pendant électronique du magazine nationaliste et communautariste arménien "Nouvelles d’Arménie Magazine".

Les "Nouvelles d’Arménie Magazine" est l’organe de propagande semi-officiel de la nébuleuse ultra-nationaliste arménienne de France (dont la FRA Dachnaktsoutioun, le parti national-socialiste arménien, extrémiste) à la tête de la quelle Ara Toranian, ancien porte-parole de l’ASALA tente tant bien que mal de se recycler au poste de "directeur de la publication".

Les élus, dont Mme Valérie Boyer, coursier de la loi de censure arménienne que lui a été tendue par l’avocat arménien Philippe Krikorian, ne vont pas manquer d’apprécier et d’apprendre que sur le territoire de la République Française, avec l’argent du contribuable, les officines nationalistes arméniennes mettent à l’honneur l’assassin Alec Yenikomshian.

Entre recyclés du terrorisme, l’entraide

Le site armenews.com dresse un portrait complaisant d’Alec Yenikomshian et ne craint pas de le présenter comme une « figure de la lutte de libération des années 75-80 », les années 75-80 dans la lutte arménienne correspondant au terrorisme raciste et aveugle qui visait les communautés turques des grandes capitales d’Europe.

Contrairement à la présentation d’armenews qui tente de donner de l’importance à ce sinistre personnage, Alec Yénikomshian ne sera pas le pionnier du terrorisme arménien puisqu’il arrive après Gourgen Yanikian dès 1973, et Max Hraïr Kinldjian, qui avait été arrêté par la police française en février 1980, sans compter Noubar Soufian, condamné en 1976, en Suisse, pour trafic de haschich et financement des CJGA.

Mais on peut tout de même lui accorder qu’avec ses actions, il est devenu, à l’instar d’Ara Toranian, une des figures de la turcophobie et du terrorisme arménien visant les Turcs.

Jusqu’alors, une opacité complète régnait sur les auteurs des attaques qui avaient visé les communautés turques dans le monde.

Alec Yénikomshian, "intellectuel" scribouillard est arrêté à Genève le 3 octobre 1980, en compagnie de Susy Maseredjian (une Arménienne d’Amérique), à la suite de l’explosion accidentelle du détonateur d’un pain de plastic qu’il destinait à la communauté turque de France. Il avait alors 24 ans. Cette opération de propagande armée lui vaut la perte de la vue, sa main gauche et trois doigts de sa main droite. Mais pas sa haine à l’égard des Turcs.

La Suisse lache et complice

Son procès, le premier des terroristes arméniens, s’appuie principalement sur un inversement des rôles de victimes et de bourreau. Jouant sur le fait qu’il est devenu aveugle et amputé, Alec Yénikomshian se lance dans une plaidoirie dans laquelle il justifie les meurtres des Turcs.

Cet événement politico-judiciaire, qui avait fait la “une“ des journaux suisses, largement reproduite partout en Europe, a été un des premiers révélateurs publics de la propagande et des moyens dont disposent les organisations ultra-nationalistes arméniennes. Les jurés suisses, complaisants pour l’assassinat de Turcs, ont condamné le terroriste à une peine symbolique qui lui a permis d’être libéré à l’issue de l’audience, après quelques mois de détention. Sa complice Suzy Maseredjian a également été relâchée au même moment.

Cette double décision, saluée par les ultra-nationalistes (comme on peut le lire sur armenews.com), a été le premier signal qui ouvrait la voie à l’impunité dont bénéficient encore aujourd’hui les nationalistes arméniens dans leur propagande raciste contre les Turcs d’Europe. Elle s’explique également par la stratégie dont usaient les terroristes arméniens de l’époque consistant à menacer les gouvernements de représailles dans leurs pays s’ils devenaient des obstacles aux attaques terroristes contre les Turcs.

Pour obtenir la libération d’Alec Yenikoshmian et Suzy Masseredjian l’ASALA pose, en effet, plusieurs bombes, notamment deux à l’aéroport Kloten de Zurich, le 25 décembre 1980 : une qui a détruit un radar, l’autre qui a été désamorcée par la police. Déjà, le 5 décembre 1980, la police de Marseille avait désamorcé une bombe de l’ASALA posée devant le consulat suisse.

Même technique pour obtenir la libération de Mardiros Jamgotchian, l’ASALA a aussi commis plusieurs attentats, notamment celui de la gare Cornavin, à Genève, le 22 juillet 1981, qui tue un enfant de quinze ans et fait quatre blessés[[http://www.start.umd.edu/gtd/search...].

Force est de constater que les auteurs n’ont pas été jugés par la France, qu’ils ont bénéficié d’une parodie de justice complaisante. La vie humaine a pesé bien peu dans le verdict du Tribunal suisse le jour où il a prononcé son jugement de relaxe au profit d’un criminel qui ne craint pas de se présenter aujourd’hui comme une figure œuvrant en faveur des "intérêts nationaux de l’Arménie". Et Ara Toranian et son magazine de se porter partenaires de la visite d’un criminel sur le sol français.

Il est clair qu’en matière de droits en général et de droits de l’homme en particulier les deux compères en connaissent un rayon. Trente années de combat politique de la sorte en Arménie ont fait de ce pays belliqueux du Caucase un pays de droit, de libertés, surtout de libertés de l’homme. Il suffit, pour s’en convaincre, de lire l’ensemble de la presse et notamment celle-là même de sa diaspora par la plume de sa plus belle représentante « Armenews » qui se fait le relai de la propagande de l’Etat arménien et ne manque pas de s’enorgueillir tous les jours sur l’état des lieux et la politique menée par l’Arménie.

A côté de cela, on passe à tabac dans toutes les pages l’ennemi juré, le Turc. Mais on voit mieux la paille dans l’œil du voisin que la poutre dans le sien.

Et puis, toute cette activité nauséabonde permet, en autre, d’occulter les atrocités perpétrées par les milices arméniennes en Anatolie contre les civils turcs ou les exactions et crimes des troupes d’Erevan au Haut-Karabah.

On veut balader la société française, on tente de nous faire prendre des vessies pour des lanternes et tant que les citoyens resteront dans l’ignorance l’entreprise de haine ne connaît pas la crise. Mais pour combien de temps encore ?

Cette tournée orchestrée sous l’égide des "Nouvelles d’Arménie Magazine" et, de fait, par Ara Toranian, prouve une nouvelle fois l’embrigadement dans lequel la frange nationaliste tente, de toutes ses forces, de maintenir l’ensemble de la communauté arménienne de France.

Cette parade de l’internationale terroriste sur le sol de la République est une menace à peine voilée dirigée contre les citoyens Français d’origine turque qui n’oublieront jamais les horreurs et la peur que les nationalistes arméniens leur ont offert.

Cette fanfaronade de terroristes recyclés, qui ne saurait trouver sa place sur le sol d’un Etat de droit, montre une nouvelle fois le danger que les officines nationalistes arméniennes de France représentent pour la communauté turque et, de manière plus générale, pour la paix sociale. Une nouvelle fois, preuve est donnée que le terrorisme arménien et son corollaire, le racisme anti-turc, sont toujours présents et influants dans le paysage "associatif" arménien de France.

Lire également :
- Les organisations arméniennes d’Amérique célèbrent l’anniversaire du terroriste Monte Melkonian

[1http://www.armenews.com/article.php3?id_article=84921

[2http://www.armenews.com/article.php3?id_article=85285

#NAM Jean-Marc Ara Toranian nationalisme Question Arménienne Terrorisme arménien Turcophobie
Plan du site | RSS 2.0 | Copyright Turquie News 2006-2019 | Mentions légales PageRank