EURTRY:

Accueil > Nos rubriques > Actualité > Turquie/Etats-Unis/PKK : le temps de l’action (...)

Turquie/Etats-Unis/PKK : le temps de l’action ?


Ecrit par Ilker TEKIN, 2007-11-08 11:43:58


En visite aux Etats-Unis, le Premier ministre turc Recep Tayip Erdogan a été reçu ce lundi par le Président américain George W. Bush afin de discuter d’une question brûlante pour les deux pays, à savoir la lutte contre le terrorisme kurde du PKK en Irak.

Après la réunion des deux dirigeants qui a duré 1h30, une conférence de presse était organisée. L’occasion pour le Président Bush de répéter ce que sa Secrétaire d’Etat, Condoleezza Rice, avait déclaré la semaine derrière, lors de la conférence à Istanbul des pays voisins de l’Irak : « le PKK est une organisation terroriste », que cette organisation « est autant l’ennemi des Etats-Unis que de la Turquie », mais qu’« il ne faut pas que la Turquie lance des opérations en Irak qui risqueraient de déstabiliser ce pays. »

Rien de nouveau donc, à ceci près que George W Bush promettait aux autorités turques, dans la lutte contre le PKK, une aide des services de renseignement US. Cette promesse a été accueillie de diverses façons chez les commentateurs turcs. Certains affirmant que c’était là un feu vert clair des Etats-Unis à une opération turque contre les bases du PKK en Irak, pour d’autres, plus dubitatifs, les déclarations du Président Bush n’étaient pas une assurance d’un soutien concret américain dans la lutte contre les terroristes kurdes en Irak.

La situation délicate invite en effet à la prudence. Sur le terrain le gouvernement central irakien est impuissant, et c’est l’autorité autonome kurde (sous la férule de Massoud Barzani et Jalal Talabani) qui contrôle la région où le PKK s’abrite. Or les Kurdes irakiens, portés par des sentiments nationalistes, refusent une quelconque opération (interne ou externe) contre les camps, basés en Irak, des terroristes du PKK, promettant des ripostes en cas d’opérations militaires turques contre ces camps. C’est pour cette raison, et par la crainte d’une déstabilisation du Nord irakien (seule région d’Irak où l’armée américaine peut se maintenir), que les Etats-Unis s’opposent à une intervention de la Turquie. Ainsi à moins que l’autorité autonome kurde d’Irak ne se désolidarise du PKK, on voit mal comment la situation pourrait évoluer du côté des Etats-Unis – dans le sens cette fois d’un soutien à une opération turque.

Néanmoins la détermination de la Turquie à éradiquer les camps du PKK en Irak (camps depuis lesquels l’organisation terroriste prépare et lance des attentats de plus en plus sanglants sur le sol turc), pousse les Etats-Unis à ne plus fermer les yeux sur le terrorisme kurde et à agir. D’autant plus qu’en s’opposant à une intervention turque contre le PKK, les Etats-Unis s’engagent, en quelque sorte, à trouver eux-mêmes une solution au problème, et cette solution ne pourra pas être l’inaction…


Le PKK est considérée comme une organisation terroriste par la communauté internationale. Les attentats de l’organisation séparatiste ont causé la mort de plus de 37.000 personnes depuis 1984, début des attentats du groupe terroriste qui vise à instaurer un Etat indépendant kurde dans le sud-est de la Turquie.

Mot-clé :
Terrorisme Coopération PKK
Plan du site | RSS 2.0 | Copyright Turquie News 2006-2019 | Mentions légales PageRank