facebook
twitter
rss
EURTRY:
logo

Zaman France infiltré par la bêtise ?

Ecrit par Arif Dursun, 2012-04-02 04:10:34


En préambule, je précise que cet article n’engage que le modeste bénévole de Turquie-News que je suis.

La première fois que j’ai découvert le document intitulé : « Les ultranationalistes turcs en France », j’avais bien ri tant il était truffé de mauvaises plaisanteries, à commencer par le nom de l’auteur : « Ögun Samast », l’assassin du journaliste Hrant Dink. Dans les propriétés du fichier, on y découvre le nom : « Maxime Augin », en référence à la « bête noire » des extrémistes arméniens, l’historien français Maxime Gauin, talentueux autant que courageux.
Le document est censé être une « fuite » de la DCRI, les services de renseignement de notre pays. C’est vraiment les prendre pour de parfaits incompétents que de considérer que les services de renseignements de la France, quand bien même victimes d’une fuite, laisserait trainer un tel document pendant des semaines sur internet.
Les innombrables approximations, les erreurs grossières, les extrapolations à outrance, les commentaires subjectifs et autres errements ridicules ne laissent aucun doute quant à la volonté de malveillance de ses auteurs.

En résumé, quatre structures françaises sont attaquées par ce document fétide :
- Le Centre culturel Anatolie dirigé par le Docteur Önger
- Le site internet Turquie-News
- La radio « Made in Turkey »
- et individuellement Monsieur Maxime Gauin.
Il n’y a pas lieu de s’étonner puisque seuls ces quatre cibles osent courageusement traiter la question arménienne et font entendre la voix de l’immense majorité des Français d’origine turque, des turcophiles et des historiens spécialistes de l’Histoires turco-ottomane.
En somme, ils sont devenus à eux quatre, les « têtes de Turc » des extrémistes arméniens.

Cette grossière manipulation est devenue une affaire lorsque la presse s’en est fait l’écho en faisant fi de tous les principes de base du journalisme.
La première journaliste à tomber dans les filets du faussaire arménien a été Claire Meynial par un texte qu’elle a signé dans le numéro 2063 du Point. Plus étonnant, l’hebdomadaire franco-turc, Zaman France a lui aussi relayé cette désinformation dans un article de la plume de Emre Demir, publié samedi 31 mars à 21h39. Le rédacteur l’a intitulé sous la forme d’une interrogation : « Turquie News infiltré par la DCRI ? ».

Le fait qu’un journal franco-turc, le seul en plus, relaye un vulgaire faux, tout en écrivant : « dont l’authenticité a été confirmée par des sources anonymes » est particulièrement scandaleux et infiniment irresponsable. Les « sources anonymes » ont bon dos. Nous saurons prochainement de source officielle que ce matériau est une pure désinformation.

J’aimerais relever en 10 points des aberrations grotesques publiées par Zaman France.

1) Turquie-News, qui je le rappelle, est le seul site à traiter l’actualité des sujets sensibles relatifs à la Turquie, n’a jamais été « administré par un Français qui travaille pour les services secrets français et israéliens ». Son fondateur est un Français d’origine turque et ses rédacteurs, sont comme moi, tous des bénévoles.

2) Maxime Gauin est supposé être un « honorable correspondant » de la DCRI (renseignements intérieurs), or, comme il habite à Ankara, c’est la DGSE (services extérieurs), précisément, qui devrait l’employer. Ce seul point suffit à souligner l’énormité de l’absurdité des accusations de ce « rapport ».

3) Oui, Turquie-News est « particulièrement actif sur la question de l’opposition à la thèse arménienne du « génocide » » car il se base sur les conclusions scientifiques des historiens.

4) L’historien-chercheur, Maxime Gauin est accusé d’espionnage au profit double du Mossad et de la DGSE. Ceci est bien évidement purement inepte. Lisant régulièrement les travaux de Monsieur Gauin, je n’ai pas l’ombre d’un doute sur la parfaite intégrité morale et intellectuelle de cet homme admirable.

5) Corrigeons Zaman, Maxime Gauin n’a jamais été « stagiaire ». Après confirmation de la part de l’intéressé, je peux librement écrire que Monsieur Gauin est employé comme chercheur rémunéré à plein temps à l’USAK (International Strategic Research Organization) à Ankara.

6) Toujours après confirmation de Monsieur Gauin, celui-ci n’a jamais été contacté par Zaman avant publication de l’article en question. D’ailleurs, aucun des 4 protagonistes accusés n’ont été contacté, ni par Zaman, ni par Le Point. On appréciera le très grand degré de professionnalisme journalistique.

7) Zaman a raison d’écrire que « Maxime Gauin a par le passé gagné un procès en diffamation contre Movses Nisanyan ». D’ailleurs, Monsieur Gauin est le seul à avoir osé porter plainte contre un activiste arménien. La justice lui a donné raison. Par contre, encore pour corriger Zaman, Maxime Gauin n’a pas été « accusé d’être un collaborateur du génocide » mais d’être assimilé aux ceux dans « la milice de Pétain, c’est ceux qui envoyaient les Juifs à Auschwitz ».

8) Après confirmation reçue des responsables de la radio MIT, je peux écrire que cette radio lyonnaise n’a pas été fondée par « trois » mais par « deux » Franco-Turcs sans lien aucun, ni avec la « Fédération des Turcs de France » ni avec « les services secrets » d’un quelconque pays. La radio a publié dimanche soir son droit de réponse destiné à l’hebdomadaire Le Point.
La radio n’a pas non plus « fermé pendant plusieurs jours sa page Facebook du fait de la polémique suscitée » mais en raison des incivilités de quelques auditeurs, sans rapport aucun avec notre sujet.

9) Aucun des 4 protagonistes diffamés ne perçoit le moindre centime en guise de « soutien financier de la part de l’État turc ».

10) L’allégation : « cette opération [la manifestation, ndlr] a été organisée par les services secrets turcs sur ordre du gouvernement. » excelle dans la bévue.

Donc, que Zaman France se rassure, Turquie-News est heureux de lui faire savoir qu’il n’est ni « infiltré par la DCRI », ni par aucun groupe ou individu dont la perfidie rivaliserait avec son machiavélisme.

Je regrette tout d’abord que Zaman n’ait pas pris la peine de contacter Turquie-News pour recueillir son avis. En relayant ce document infâme, Zaman se fait, volontairement ou non, le vecteur d’une propagande malveillante anti-turque. Son manque de responsabilité vogue entre la bêtise et l’inconscience. Les groupes traditionnellement anti-turcs lui en sont grandement reconnaissants. Ils se gargarisent.

Au final, les 4 accusés peuvent se regarder dans un miroir la conscience tranquille, vierges de toute lâcheté, et fiers de leur dignité et de leur intégrité.

désinformation Faux rapport DCRI Turcophobie
Plan du site | RSS 2.0 | Copyright Turquie News 2006-2019 | Mentions légales PageRank