EURTRY:

Accueil > Nos rubriques > Actualité > Turquie : demande d’autorisation pour une (...)

Turquie : demande d’autorisation pour une opération en Irak fin prête

La Turquie espère qu’elle ne sera pas obligée de recourir à l’action militaire, souligne Cemil Ciçek vice-Premier ministre turc


Ecrit par Behor, 2007-10-16 10:47:42


ANKARA - "Nous avons décidé d’envoyer aujourd’hui la motion au Parlement", a déclaré Cemil Ciçek vice-Premier ministre à la sortie d’un conseil des ministres, "nous espérons ne pas être contraints de recourir à l’action militaire, souligne-t-il, et qu’il n’y aura pas de raison d’utiliser cette autorisation. Nous espérons qu’il n’y aura pas besoin de cela", a-t-il dit, précisant "Le gouvernement veut obtenir du Parlement une autorisation valable un an pour une opération dans le nord de l’Irak, où le nombre de rebelles séparatistes kurdes du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) ayant trouvé refuge est évalué à 3.500, qui devrait être votée sans difficulté par les députés".

Recep Tayyip Erdogan s’est dit prêt la semaine dernière à faire face à la réprobation internationale au cas où son pays déciderait d’attaquer les bases du PKK en Irak, : "Le coût a déjà été calculé" a t-il signalé, soulignant néanmoins
D’ailleurs, le général Ergin Saygun adjoint au chef d’état-major a affirmé lundi qu’il était trop tôt pour évoquer les échéances possibles pour cette intervention avant même que le Parlement n’y donne son aval : "Nous allons tenir compte de la saison, de certaines nécessités et d’autres aspects. Mais il est trop tôt pour dire quoi que ce soit maintenant", a t-il déclaré sur la chaîne de télévision d’information CNN-Türk en réponse à une question sur la date d’une incursion.

L’armée turque a indiqué avoir bombardé des territoires irakiens jouxtant la Turquie après une attaque à la roquette et aux armes lourdes du PKK contre un poste militaire turc proche et les sources militaires irakiennes ont indiqué lundi l’arrêt des bombardements de positions du PKK dans le nord de l’Irak par l’artillerie turque.

Les Etats-Unis ont à plusieurs reprises appelé Ankara à se garder d’entrer dans une zone épargnée par les violences sectaires qui frappent ce pays qu’ils ont occupent depuis 2003.
Ankara affirme ne pas avoir d’autre option dès lors que ni Washington ni Bagdad n’agissent contre le PKK, considéré comme une organisation terroriste par les Etats-Unis et l’Union européenne et qui a multiplié depuis le début de l’année ses opérations dans le sud-est de la Turquie.

La Turquie estime aussi que les Kurdes d’Irak, administrateurs de fait du nord du pays regorgeant de pétrole, de soutenir le PKK, lui fournissant armes et explosifs.

Mot-clé :
Terrorisme Armée / Militaire PKK Politique
Plan du site | RSS 2.0 | Copyright Turquie News 2006-2019 | Mentions légales PageRank