EURTRY:

Accueil > Nos rubriques > Regard sur > Le kebab, une affaire qui tourne

Le kebab, une affaire qui tourne


Ecrit par Hakan, 2011-10-24 07:31:00


Le sandwich turc aiguise les appétits : du chef étoilé aux industriels de la restauration, personne ne veut en perdre une miette.

LA CHAÎNE NABAB KEBAB va-t-elle devenir le McDonald’s du döner ? Forte de quarante-huit restaurants en France et à l’étranger, l’enseigne qui a inauguré le 24 septembre son premier établissement à Paris, dans le quartier des Halles, prévoit pas moins de six nouvelles ouvertures d’ici à la fin novembre. Fondée en 2003 par Hakim Benotmane, 28 ans, tourangeau d’origine algérienne, la chaîne en ouvrira une trentaine d’autres en 2012. Avec son code couleur jaune et rouge, Nabab Kebab soigne sa visibilité et tente, tant bien que mal, de se couler dans le moule de l’alimentairement correct, en proposant le Nanab Light, servi sans frites et ne dépassant pas les 405 calories.

Le succès du "döner kebab" (littéralement "grillade tournante"), sandwich d’origine turque garni de viande de veau, de dinde ou de poulet, ne se dément pas. Le marché français pèse 1,1 milliard d’euros en France et un nombre croissant d’intervenants s’y intéresse. Le fournisseur France Kebab s’efforce de fédérer des établissements et parie sur la montée en gamme en lançant les Kebabox. Ces boîtes très soignées renferment des recettes préparées par le "maître kebabiste" de la maison, Jean-Yves Bigot, chef étoilé au Michelin et ancien conseiller du traiteur Lenôtre.

AU RAYON SURGELÉS DE LA GRANDE DISTRIBUTION, on trouve des produits prêts en deux minutes. Domino’s Pizza, un des piliers de la livraison de pizza, a même lancé la Kebaba, pizza au kebab. "Dans une société qui va toujours plus vite et où le pouvoir d’achat stagne, le kebab conjugue de nombreux atouts : accessible, rapide à consommer, chaud, nourrissant", estime Sophie Rossi, de Gira Conseil, cabinet spécialisé dans la consommation alimentaire. Les kebabophiles ont même leurs sites (kebab-frites.com, notamment) et se recrutent surtout parmi les 15-30 ans. Dans cette tranche d’âge, il y a forcément un "moment kebab". Au sortir d’un match de foot ou d’une virée nocturne, on aime se retrouver autour d’une pita garnie de salade verte, d’oignons, de tomates, de concombres et d’une sauce blanche, voire, pour les plus aventureux, d’une sauce samouraï, mayonnaise à la harissa.

Source : Le Monde

Mot-clé :
Industrie Opinion
Plan du site | RSS 2.0 | Copyright Turquie News 2006-2019 | Mentions légales PageRank