EURTRY:

Accueil > Nos rubriques > Politique > Turquie : Abdullah Gül de nouveau candidat

Turquie : Abdullah Gül de nouveau candidat


Ecrit par , 2007-08-20 10:31:35


En dépit des pressions de la société civile turque, l’AKP de Recep Tayyip Erdogan ne présentera finalement pas un candidat laïc aux élections présidentielles. L’islamiste Abdullah Gül a annoncé, le 14 août 2007, qu’il maintenait sa candidature à ce poste, après une réunion des instances exécutives du parti majoritaire et une rencontre avec le leader du parti MHP, Devlet Bahçeli. Il semblerait que le Premier Ministre ait joué d’un écran de fumée pour mieux permettre le retour de son bras droit.

Militant islamiste de la première heure, Abdullah Gül a été, aux côtés de Recep Tayyip Erdogan, l’un des artisans de l’entrée de l’islam politique en Turquie après la dissolution successive des partis « Refah » et « Fazilet ». Dès la formation de l’AKP et plus encore après la victoire de ce parti aux législatives de 2002, il est en apparu comme l’incontestable numéro deux. Cela l’a amené, au début de la précédente législature, à devenir Premier Ministre jusqu’à ce que Recep Tayyip Erdogan soit en mesure d’être élu député et de pouvoir prendre la direction du gouvernement (mars 2003). Nommé alors Ministre des Affaires étrangères, il est devenu la figure de proue de la politique européenne de l’AKP qui a abouti, en 2005, à l’ouverture des négociations d’adhésion avec l’UE.

Plus suspect qu’Erdogan lui-même aux yeux des laïcs et des républicains en raison de son étoffe intellectuelle de militant religieux et des recours entrepris par son épouse devant les justices turque et européenne pour être réintégrée à l’Université d’Istanbul dont elle avait été exclue en raison de son voile, Abdullah Gül a pourtant su maintenir les apparences en se présentant comme un diplomate plutôt "visionnaire" qu’idéologue borné.

Les principaux obstacles sur son chemin : son passé d’islamiste, ses prises de position anti-répubilcaines, le fait qu’il soit membre du dernier cercle des décideurs du parti majoritaire et pour finir le voile que porte son épouse.

Le maintien de sa candidature semble donc ramener la Turquie quatre mois en arrière lorsque la Cour constitutionnelle avait annulé le premier tour de la présidentielle à laquelle il s’était porté candidat, à cause de l’absence du quorum de présence de 367 députés requis par la Constitution.

L’AKP n’a toujours pas les 367 députés pour surmonter un éventuel boycott de l’opposition, cette dernière n’est plus composée que du seul CHP qui était parvenu à bloquer le processus électoral en avril. Celui-ci doit désormais compter avec la présence du MHP et des nationalistes kurdes et pro-PKK du DTP. Ces derniers ont tout intérêt à soutenir Abdullah Gül.

Le MHP a présenté la semaine dernière son propre candidat contre celui de l’AKP, lors de l’élection du Président de l’Assemblée, et sa position définitive quant à sa présence au premier tour de la présidentielle, fixée au 20 août prochain, mérite une confirmation et quelques éclaircissements.

Toutefois, si le MHP participe au premier tour, l’élection d’Abdullah Gül est techniquement possible, car en tout état de cause, le candidat de l’AKP aura une majorité absolue lui permettant d’être facilement élu au troisième tour.

avec OViPoT

Mot-clé :
Binali Yıldırım Élections Kadir Topbas Laïcité Mevlüt Çavusoglu Parti de la justice et du développement (AKP) Politique Recep Tayyip Erdoğan [RTE] République
Plan du site | RSS 2.0 | Copyright Turquie News 2006-2019 | Mentions légales PageRank