EURTRY:

Accueil > Nos rubriques > International > Arménie/USA : Les nationalistes arméniens se (...)

Arménie/USA : Les nationalistes arméniens se félicitent des pressions exercées sur l’administration américaine

Ecrit par , 2007-08-22 09:59:07


Un membre de la Fédération arménienne révolutionnaire (FRA-Dashnaksoutioun [1]) a qualifié de "victoire" le retrait de la nomination de Richard Hoagland de l’ambassade américaine en Arménie.

Giro Manoyan, le porte-parole du bureau de la FRA, a loué, mardi, les efforts des organisations de lobbying arméniennes aux Etats-Unis pour bloquer la confirmation par George Bush de la personne désignée à ce poste, qui avait remis en cause l’histoire officielle de l’Etat arménien.

Suite à plusieurs campagnes de lobbying menées par les officines arméniennes basées aux USA, l’administration Bush a finalement renoncé à nommer Hoagland. La nomination du diplomate Richard Hoagland a été bloquée par des sénateurs pro-arméniens dont la réelection dépend des communautés arméniennes présentes dans leurs circonscriptions.

Hoagland, avait affirmé que les événements survenus entre Turcs et Arméniens durant la Première guerre mondiale ne constituent pas un "génocide" au sens juridique du terme car pour celà il fallait que les massacres des Arméniens soient d’une nature préméditée. Ses propos sont conformes à la position des plus éminents turcologues du monde mais celà n’a pas suffi à convaincre l’administration Bush de ne pas céder aux pressions et aux menaces des ultra-nationalistes arméniens.

Selon Manoyan, la position de Hoagland ne se rapproche même pas de celle du gouvernement américain : « Pour Hoagland, ces évènements ne sont pas de nature préméditée et ne constituent donc pas un génocide. Alors que les américains n’usent pas du mot "génocide" pour décrire ces évènements, il n’en est même pas question pour lui. »

Le représentant de la FRA a pour sa part déclaré qu’il était essentiel que le futur ambassadeur ait une position reflétant celle du gouvernement américain mais surtout celle du gouvernement arménien, ce qui n’était pas le cas de Hoagland.

Il en résulte donc que la loi du silence imposée aux USA (mais également en Europe depuis plusieurs décénies) par les officines d’Erevan et les ultra-nationalistes arméniens a toujours cours et que l’étude de l’histoire a beau être chez les historiens, sur la place publique elle reste otage des ambitions de quelques politiciens plus soucieux de leur réélection que de la liberté d’expression ou du dialogue entre les peuples...

Les événements de 1914-1922

Des affrontements inter-ethniques et des déplacements forcés de populations en Anatolie orientale, entre 1914 et 1922, ont fait plusieurs centaines de milliers de morts parmis les Turcs et les Arméniens. L’Empire ottoman était alors engagé dans la Première Guerre Mondiale aux côtés de l’Allemagne et de l’Empire Austro-Hongrois. Dès 1914, des Arméniens ottomans ont massivement pris le parti des Russes, contre les Turcs, se livrant à des massacres de masse et à des pillages dans l’est de l’Anatolie. A la suite de ces événements, le gouvernement ottoman décida d’éloigner une partie de la population arménienne des zones de front et à risque. Ce transfert se solda par un lourd bilan humain pour la population arménienne.

La Turquie et de nombreux historiens rejettent catégoriquement la thèse controversée d’un "génocide" que le gouvernement ottoman aurait perpétré contre la population arménienne de l’Empire. Cette thèse, défendue par les nationalistes arméniens, est aujourd’hui instrumentalisée afin d’exercer des pressions politiques sur la Turquie, notamment pour entraver la perspective de son adhésion à l’Union Européenne.

[1FRA-Dachnaksoutioun : Parti nationale-socialiste arménien, extremiste et profondément turcophobe. Directement impliqué entre 1914 et 1922 dans les massacres de masse des Turcs d’Anatolie par les milices nationalistes arméniennes.

Mot-clé :
Lobbying arménien Question Arménienne Turcophobie
Plan du site | RSS 2.0 | Copyright Turquie News 2006-2019 | Mentions légales PageRank