EURTRY:

Accueil > Nos rubriques > Politique > Foxman : « Nous continuerons de soutenir la (...)

Foxman : « Nous continuerons de soutenir la Turquie »


Ecrit par Ali Bal, Hakan, 2011-01-03 06:31:00


Pointant la valeur d’actions d’entraide comme « la diplomatie du feu » [1] pour dépasser la crise entre la Turquie et Israël, Abraham Foxman a ouvertement affiché le ton : « Sur la question arménienne, nous sommes aux côtés d’Ankara ».
Concernant le flot de sympathies en faveur du Premier ministre Erdoğan dans les pays du Moyen-Orient, Foxman a commenté : « La facture de cette popularité est directement endossée par Israël ».


Abraham Foxman est, depuis 1987, le président de la Ligue Anti-Diffamation (LAD) : la plus influente des organisations pro-israéliennes aux États-Unis. En 2005, la LAD avait décerné au Premier ministre turc Recep Tayyip Erdoğan l’un de ses plus prestigieux prix : « Courage to care » dans le but d’exprimer sa gratitude aux diplomates turcs qui ont sauvé de nombreux Juifs des griffes criminelles du nazisme à travers toute l’Europe.
Monsieur Foxman que le correspondant du quotidien Sabah a interviewé au siège de la LAD à New-York, a répondu à ses questions sur différents thèmes comme les attaques arméniennes, l’islamophobie ou les relations turco-israëliennes et turco-américaines.

1. Monsieur Foxman, pouvez-vous commencer par nous présenter la Ligue Anti-Diffamation (LAD) ?

La LAD se fonde sur son principe de base édicté en 1913. En premier lieu, lutter contre l’antisémitisme et les discriminations visant les Juifs. Ensuite, bien évidemment, œuvrer pour l’égalité des droits et des libertés d’une façon générale.

2. Très bien, mais quelles sont vos réalisations ?

Durant des années, nous avons mis en perspective la nécessite impérieuse de combattre les préjugés et avons réussit à transformer cette lutte en norme sociale. Cependant, il est très difficile de quantifier le succès dans de pareils sujets de société. En effet, la discrimination existe toujours et fait partie de notre vie. Tant que nous n’aurons pas découvert un antidote ou un vaccin, nous ne pourrons l’éradiquer malheureusement.

3. Que faites-vous en faveur des musulmans ?

Aux États-Unis, l’islamophobie est une réalité incontestable et les musulmans souffrent de nombreuses discriminations. Après le 11 septembre, nous avons eu à déplorer plus de 400 attaques de mosquées. La LAD dénonce systématiquement ces violences. D’ailleurs, nous avons soutenu la construction de la mosquée à New-York.

’UNE HISTOIRE INÉDITE’

4. Vous accordez une importance particulière aux relations entre la Turquie et Israël…

La Turquie et le peuple juif entretiennent une relation unique et inédite dans l’histoire de l’humanité. Lorsque les chrétiens ont chassé les juifs d’Espagne, seuls les Turcs leur ont ouvert leurs portes. Durant la seconde guerre mondiale, c’est encore la Turquie qui a secouru les universitaires juifs. A l’époque contemporaine, le partenariat stratégique entre la Turquie et Israël a été exemplaire. Sans conteste, cette relation a été la preuve manifeste qu’un État musulman et un État juif pouvaient harmonieusement s’entendre et collaborer.

5. Pourquoi alors les relations se sont-elles détériorées ?

Je ne sais pas, il est vrai que les relations sont vraiment déplorables actuellement. Jusqu’à peu, jamais je n’aurais pensé que nous aboutirions à une telle situation dans les relations entre les deux pays.

6. Comment pensez-vous que ces relations vont évoluer ?

Chaque jour, en ouvrant mon journal, je recherche des signes d’amélioration de ces relations. Indubitablement, nous avons besoin d’autres gestes de solidarité mutuelle à l’instar de celui de la lutte contre l’incendie en Israël. Il est évident qu’Israël ne souhaite plus que les tensions avec la Turquie persistent. Désormais, Israël a opté pour une attitude de réserve et attend la même chose de la Turquie. Il est crucial actuellement de tout faire pour que les relations ne s’empirent. En effet, certains pays tels la Grèce ou l’Iran n’attendent que ça et veulent profiter de ces mauvaises relations entre la Turquie et Israël. Nous ne devons pas le permettre.

7. Comment jugez-vous la popularité du Premier ministre Erdoğan au Moyen-Orient ?

La facture de cette popularité est directement endossée par Israël, c’est Israël qui en paye le prix. Plus le durcissement à l’égard d’Israël augmente, plus la popularité du Premier ministre turc croit. Pourtant, j’aurais espéré de la Turquie qui lutte, elle-même, contre le terrorisme du PKK, qu’elle fasse preuve de plus de compréhension envers Israël dans son combat contre le Hamas.

8. Que pensez-vous de ceux qui prétendent que la politique étrangère des États-Unis est dictée par les organisations pro-israéliennes ?

Si seulement c’était vrai (il rit). Dans une société aussi ouverte et éclairée qu’aux États-Unis, aucune organisation, ni pro-israélienne, ni celles en faveur d’autres pays, ne peut se prévaloir d’une telle force d’influence.

9. Et concernant les résolutions pro-arméniennes ?...

La question arménienne est un différend entre la Turquie et l’Arménie, à ce titre, elle doit être résolue entre les deux pays. Le Congrès américain fait erreur en tentant de s’immiscer dans ce sujet. Les États-Unis n’ont pas à prendre partie. Sur cette question, nous sommes aux côtés de la Turquie.

İsmihan YILMAZ pour USA Sabah
New-York, 30.12.2010


Traduction exclusive pour Turquie-News par Ali Bal.

[1La Turquie a envoyé des Canadair en Israël afin de l’aider à combattre les flammes dévastatrices de l’incendie du mont Carmel. Cette solidarité a permis aux deux pays de s’engager officiellement dans un processus de rapprochement, baptisé par les médias : « la diplomatie du feu ».

Mot-clé :
Terrorisme Censure Diplomatie FRA Dachnaktsoutioun Histoire Justice Nationalisme Politique Question Arménienne Société Turcophobie Turcs
Plan du site | RSS 2.0 | Copyright Turquie News 2006-2019 | Mentions légales PageRank