EURTRY:

Accueil > Nos rubriques > International > Arménie : sous la pression des nationalistes (...)

Arménie : sous la pression des nationalistes arméniens, la Maison Blanche retire son ambassadeur à Erevan


Ecrit par , 2007-08-21 12:02:02


Nommé ambassadeur des Etats-Unis en Arménie par la Maison Blanche il y a presque un an, Dick Hoagland n’aura jamais occupé son poste à Erevan. Le 3 août, la Maison Blanche annonçait en effet qu’elle renonçait à appuyer plus longtemps la candidature de M. Hoagland à l’ambassade de Erevan, cédant ainsi aux pressions des organisations nationalistes arméniennes des Etats-Unis qui, derrière l’Armenian National Committee of America (ANCA, principale officine de lobbying arménien aux USA) avaient déployé tous leurs efforts pour faire pression sur le gouvernement afin que le nouvel ambassadeur soit retiré. Raison de cette hystérie ? Le nouvel ambassadeur avait affirmé que les événements de 1915, aussi sanglants soient-ils, ne constituent pas un génocide au vu de la loi et de la convention des Nations Unis. Il avait également fait allusion aux massacres des Turcs par les milices arméniennes entre 1914 et 1922, s’attirant ainsi les foudres des organisations de lobbying nationalistes arméniennes.

« Nous sommes satisfaits de constater que l’administration américaine a finalement admis ce que l’ANCA avait compris depuis plus d’un an, à savoir que Dick Hoagland s’est disqualifié lui-même pour le titre de représentant des intérêts américains à l’ambassade des Etats-Unis d’Arménie », a déclaré à cette occasion le très nationaliste Aram Hamparian, responsable de l’ANCA. Il a par ailleurs exprimé sa "gratitude" au sénateur pro-arménien Menendez, pour avoir contribué à faire pression sur l’administration américaine afin qu’un diplomate qui réfute l’histoire officielle dictée par l’Arménie ne soit pas le représentant des Etats-Unis à Erevan.

Le choix de M. Hoagland s’était heurté à l’opposition des sénateurs pro-arméniens qui accueillent dans leurs circonscriptions d’importantes organisations nationalistes arméniennes très actives et chargée de maintenir la pression sur les élus afin de défendre les intérêts de l’Etat arménien aux USA.

Dans une réponse écrite aux questions qui lui avaient été posées lors de la séance de confirmation par le Congrès, M. Hoagland avait clairement affirmé que les événements de 1915 ne constituent pas un "génocide" au vu de la loi, prenant appui sur les travaux d’éminents historiens et turcologues. Une attitude fort dangeureuse compte tenu des pressions que font peser les organismes de lobbying arméniennes basées aux USA, l’ANCA en tête, toutes proches de la FRA Dashnaksoutioun, parti nationale-socialiste arménien profondément turcophobe.

Les groupes de pression arméniens s’étaient alors emparés de l’affaire et obtiennent aujourd’hui satisfaction, avec le retrait de l’ambassadeur de son poste.

Les vastes campagnes de lobbying et de propagande menées par les associations nationalistes arménienne ont finalement fait plier la Maison Blanche, qui a accepté de renoncer à M. Hoagland, laissant vacant le poste d’ambassadeur en Arménie, assumé depuis le 1er juillet par un chargé d’affaires, jusqu’à la nomination d’un diplomate que l’Arménie éspère plus en accord avec l’histoire officielle arménienne... et plus enclin à se plier aux exigences et aux menaces des nationalistes arméniens... quitte à mettre de côté la mémoire des Turcs, la vérité historique et surtout en évitant ainsi de heurter les susceptibilités des extremistes arméniens et de s’attirer leur foudre...

Les événements de 1914-1922

Des affrontements inter-ethniques et des déplacements forcés de populations en Anatolie orientale, entre 1914 et 1922, ont fait plusieurs centaines de milliers de morts parmis les Turcs et les Arméniens. L’Empire ottoman était alors engagé dans la Première Guerre Mondiale aux côtés de l’Allemagne et de l’Empire Austro-Hongrois. Dès 1914, des Arméniens ottomans ont massivement pris le parti des Russes, contre les Turcs, se livrant à des massacres de masse et à des pillages dans l’est de l’Anatolie. A la suite de ces événements, le gouvernement ottoman décida d’éloigner une partie de la population arménienne des zones de front et à risque. Ce transfert se solda par un lourd bilan humain.

La Turquie et de nombreux historiens rejettent catégoriquement la thèse controversée d’un "génocide" que le gouvernement ottoman aurait perpétré contre la population arménienne de l’Empire. Cette thèse, défendue par les nationalistes arméniens, est aujourd’hui instrumentalisée afin d’exercer des pressions politiques sur la Turquie, notamment pour entraver la perspective de son adhésion à l’Union Européenne.

Mot-clé :
Diplomatie Lobbying arménien Nationalisme Question Arménienne
Plan du site | RSS 2.0 | Copyright Turquie News 2006-2019 | Mentions légales PageRank