EURTRY:

Accueil > Nos rubriques > Politique > Environ 200 militaires turcs devant la (...)

Environ 200 militaires turcs devant la justice pour tentative de coup d’Etat

Source AFP


Ecrit par Hakan, 2010-12-20 06:13:00


Le procès historique d’environ 200 militaires turcs, dont des hauts gradés, accusés d’avoir préparé un coup d’Etat pour renverser le gouvernement issu de la mouvance islamique, s’est ouvert jeudi près d’Istanbul en présence des principaux accusés.

Ce procès constitue la menace la plus directe jamais portée contre l’armée turque, gardienne de la laïcité, mais dont le rôle majeur dans la vie politique s’est considérablement réduit depuis que le Parti de la justice et du développement (AKP) du Premier ministre Recep Tayyip Erdogan est arrivé au pouvoir en 2002.

Un juge a procédé dans la matinée à la vérification des identités des 196 accusés, qui comparaissent tous libres.

Des dizaines de journalistes suivent ce procès qui promet d’être long, dans un tribunal aménagé dans un centre pénitentiaire de Silivri, près d’Istanbul.
Parmi les principaux accusés présents à l’audience figurent l’ancien général Cetin Dogan, soupçonné être le "cerveau" d’un plan de déstabilisation intitulé "Opération masse de forgeron", et les anciens chefs de la marine et de l’armée de l’air, Ozden Ornek et Ibrahim Firtina.

S’exprimant hors du tribunal, M. Dogan a affirmé que cette affaire n’avait pas de "base légitime". "Tôt ou tard, la justice l’emportera... Mais plus cela prendra de temps, plus lourdes seront les conséquences pour ceux qui ont fabriqué" des preuves, a-t-il déclaré.

Les suspects, dont des officiers supérieurs d’active, encourent 15 à 20 ans de prison pour "tentative de renversement du gouvernement ou utilisation de la force et de la violence pour l’empêcher d’accomplir ses fonctions".
L’acte d’accusation leur reproche d’avoir fomenté en 2003 une série d’actes de déstabilisation, allant d’attentats contre des mosquées au crash d’un avion de combat turc lors d’un accrochage avec la chasse grecque, pour créer un climat de chaos favorable à un putsch.

L’ex-général Dogan, qui commandait au moment des faits la Première armée basée à Istanbul, a affirmé que les documents saisis par la justice provenaient d’un séminaire et n’étaient qu’un scénario parmi d’autres, décrivant une situation fictive de tension pour évaluer les meilleures façons de réagir à une telle crise.

Une trentaine de militants de l’association islamiste Özgür Der (Association liberté) ont manifesté à l’extérieur du tribunal, avec une banderole portant l’inscription : "Les putschistes seront vaincus, les résistants vont gagner".
"Ce procès est une avancée en soi, même s’il n’aboutit pas. Avant, il était impossible d’arrêter un officier supérieur, pour lui demander des comptes", a déclaré à l’AFP Rivdan Kaya, le dirigeant de l’association, qui selon l’accusation, faisait partie des groupes visés par le complot.

Le procès suscite la polémique car il intervient alors que plusieurs centaines de personnes ont déjà été inculpées ces deux dernières années dans diverses enquêtes sur des complots supposés visant le gouvernement.
Les milieux proches de l’AKP voient dans cette procédure une avancée majeure vers la démocratisation de la Turquie et le respect de l’Etat de droit par l’armée. Celle-ci a renversé quatre gouvernements, depuis 1960.

Les cercles pro-laïcité y voient en revanche un moyen de pression du gouvernement pour réduire au silence l’opposition et pouvoir poursuivre un "agenda" caché d’islamisation rampante du pays. Ceux-ci mettent notamment en question l’authenticité de certaines preuves fournies par le ministère public.

La prochaine audience a été fixée au 28 décembre.

Mot-clé :
Binali Yıldırım Justice Kadir Topbas Mevlüt Çavusoglu Parti de la justice et du développement (AKP) Politique Recep Tayyip Erdoğan [RTE] République Société
Plan du site | RSS 2.0 | Copyright Turquie News 2006-2019 | Mentions légales PageRank