EURTRY:

Accueil > Nos rubriques > Europe > L’Europe malgré tout

L’Europe malgré tout

Ecrit par Hakan, 2010-11-12 15:58:43


Devant les nombreuses critiques que l’on lit ci et là à propos de l’Union européenne, une réflexion me vient immanquablement à l’esprit. S’il est évident que l’UE n’influence qu’indirectement notre vie de citoyen lambda, peut-on pour autant réclamer que la France en sorte ? N’accuse-t-on pas à tort l’Europe de tous les maux alors que les problèmes français sont pratiquement tous dus à nos différents gouvernements qui ont pris les mauvaises décisions au mauvais moment ou qui n’ont pas saisi les opportunités lorsqu’elles se présentaient ?

Et la Turquie...

Pour ce qui est de la Turquie, je ne vais pas débattre ici du bien fondé historique ou géographique indéniable de la place de ce pays dans l’Europe — puisque non seulement la Turquie européenne existe géographiquement, mais aussi parce qu’il ne faut pas oublier que les Turcs (à travers l’empire ottoman) sont présent en Europe depuis 1347 avec la prise de Gallipoli dans les Dardanelles et faut-il rappeler qu’au XVIe siècle, ils faisaient partie de l’échiquier diplomatique européen où ils étaient les alliés traditionnels de la France — et pour cela j’ose affirmer que l’idée d’une Turquie présente au sein de l’Union européenne n’est pas mauvaise en soi.

Ceux qui sont contre l’adhésion de la Turquie l’accusent de ne pas respecter les droits de l’homme, entre autres en ce qui concerne la torture, les droits des femmes, les droits syndicaux et la liberté religieuse. À ceux-là je répondrai qu’il ne faut pas oublier que la Turquie est en pleine révolution culturelle et que, depuis 2001, Ankara a entrepris un grand nombre de réformes avec entre autres l’abolition de la peine de mort et la reconnaissance de la minorité kurde. D’ailleurs, à l’issue du Conseil européen de décembre 2004, l’UE a estimé que les conditions posées pour l’ouverture des négociations avec la Turquie étaient remplies et les négociations d’adhésion ont été lancées le 3 octobre 2005.

Évidemment, tout n’est pas encore parfait et l’adhésion est toujours sujette à débats au sein de l’hémicycle où siègent nos parlementaires européens. Jacques Chirac avait d’ailleurs prévu, dès le 29 avril 2004, que si l’adhésion turque était peu souhaitable à court terme, elle se révélait nécessaire à long terme : « La Turquie est un pays à vocation européenne, tant par son histoire que par sa participation au Traité de l’Atlantique Nord. » et il évoquait une possible intégration dans « dix à quinze ans », c’est-à-dire dans quatre à neuf ans maintenant.

Notre ancien président affirmait de plus que la présence de la Turquie au sein de l’Europe présentait trois intérêts :

1. D’un point de vue politique : « Sur le plan de la sécurité, de la stabilité, de la paix avoir avec nous ce grand ensemble, à nos portes, aujourd’hui, est tout à fait positif ».

2. D’un point de vue économique : « La Turquie représente un énorme marché et un pays puissant économiquement, que nous avons intérêt à avoir avec nous ».

3. Et enfin sur le plan international : « Face aux grands ensembles du monde, de la Chine, de l’Inde, de l’Amérique du Nord, l’Europe serait, sans aucun doute, renforcée dans sa puissance pour demain par la présence de la Turquie ».

Les derniers réticents à l’adhésion de la Turquie nous parlent de divergences religieuses ! Ils omettent le fait que notre pays est laïc et que le domaine religieux y est donc considéré comme faisant partie de la sphère privée et familiale. C’est d’ailleurs pour cette raison que la France fut le principal opposant à l’inclusion de la référence à l’« héritage chrétien » dans le préambule du Traité de Rome de 2004. Valéry Giscard d’Estaing était en effet d’avis qu’il ne pouvait être fait mention du christianisme sans mentionner les autres religions présentes en Europe ! Quant à lui, le gouvernement de Jacques Chirac a rappelé qu’il était fermement attaché à la laïcité, avec une stricte séparation entre État et culte public. Aucune référence à cet héritage religieux ne pouvait donc être mentionnée.

Donc, reprocher à la Turquie sa religion est non seulement malhonnête parce qu’en contradiction avec la laïcité à laquelle nous sommes attaché, mais fait également fi des divers pays européens possédant des systèmes confessionnels, c’est-à-dire où l’État reconnaît une religion officielle qui y jouit de diverses prérogatives. Citons parmi ces pays le Royaume-Uni, le Danemark, la Finlande, l’Irlande, la Belgique, l’Espagne, Monaco, l’Italie, Saint-Marin et la Grèce.

Ceux qui évoquent la religion pour s’opposer à l’adhésion de la Turquie oublient également que malgré que 98 % des Turcs soient de confession musulmane, la Turquie est, à ce jour, le seul pays islamique à avoir inscrit, tout comme notre pays, la laïcité dans sa Constitution. On trouve donc dans cet État un islam modéré, et si la Turquie faisait partie de l’Union, cela permettrait peut-être aux nombreuses communautés musulmanes éparpillées à travers l’UE de se sentir mieux intégrées.

De plus, l’intégration d’un pays musulman à l’Europe prouverait qu’islam et démocratie ne sont pas opposés et la Turquie pourrait ainsi devenir un exemple pour lutter contre les intégrismes religieux ! Cela démontrerait également l’ouverture culturelle de l’Europe, ce qui lui donnerait une avance considérable vis-à-vis des grands ensembles concurrents que sont l’Asie et les États-Unis.

De toute façon, on peut se demander pourquoi tant de haine vis-à-vis de la Turquie alors que l’Europe — qui se targue de lutter contre le programme nucléaire de l’Iran — entretient malgré tout avec ce pays de nombreuses relations commerciales produisant un excédent en faveur de l’Europe de 65 milliards d’euros sur les 3 dernières années dont, rien qu’en 2009, 1,46 milliard d’euros pour la seule France ?

Sincèrement, je pense que pour nos politiques le principal frein à l’adhésion de la Turquie reste économique, car c’est un pays pauvre et sa richesse par habitant ne représente que 27 % de la moyenne européenne. Ce qui est cependant supérieur à celle de la Roumanie ou de la Bulgarie pourtant membres de l’Union européenne depuis le 1er janvier 2007. D’ailleurs, le gouvernement turc a entrepris de nombreuses réformes qui non seulement ont permis à la Turquie de se relever de la faillite de son système bancaire en 2001, mais a permis également une stabilisation de sa monnaie et le redressement de son économie, engendrant en trois ans une augmentation de 25 % du niveau de vie des Turcs. Il est certain que son intégration au sein de l’UE ne pourra que renforcer cette tendance.

Source Come4news

Mot-clé :
Adhésion Intégration Opinion
Plan du site | RSS 2.0 | Copyright Turquie News 2006-2019 | Mentions légales PageRank