EURTRY:

Accueil > Nos rubriques > International > Les terroristes des YPG/PKK dans le nord de (...)

Les terroristes des YPG/PKK dans le nord de la Syrie intensifient la propagande noire contre la Turquie

Ecrit par Hakan, 2020-04-27 15:42:21


Les terroristes du YPG, un branche armée terroriste du PKK font de fausses déclarations selon lesquelles la Turquie a coupé l’approvisionnement en eau de la province d’Al-Hasakah pour empêcher la propagation du coronavirus dans la région, ont déclaré des sources de sécurité, demandant à ne pas être nommés par crainte de représailles.

Le groupe terroriste vise à inciter à l’hostilité contre la Turquie, ont ajouté les sources sécuritaires.

Ils ont poursuivi en disant que la Turquie avait réparé la station d’eau d’Allouk dans la région, rendue inutilisable par les YPG/PKK, mais qu’elle est hors service car le régime de Bachar Assad n’a pas fourni suffisamment d’électricité.

Au cours des pourparlers entre la Russie et la Turquie, il a été convenu que l’approvisionnement en eau serait assuré dans la région d’Al-Hasakah ainsi que dans les zones rurales de la zone de l’opération Peace Spring.

Comme le régime ne fournit pas suffisamment d’électricité des barrages de Tishreen et Tabqa à la centrale électrique de Mabruka, un centre de distribution d’électricité dans la région, l’électricité est souvent coupée dans la région.

En raison de l’insuffisance des générateurs dans les installations d’eau et des difficultés à obtenir le diesel nécessaire au fonctionnement des générateurs, l’eau n’a pas pu être fournie à la région pendant un certain temps. Cela a conduit les habitants de la région à utiliser l’eau d’un puits.

Selon des sources locales, l’épidémie est devenue incontrôlable dans les zones occupées par les YPG/PKK en Syrie. La population locale ne trouve aucun médicament ni traitement. Si les membres du groupe terroriste trouvent une opportunité de fuir en Turquie.

En outre, l’organisation terroriste fait pression sur les éléments du régime des barrages de Tishreen et Tabqa pour qu’ils fournissent une électricité insuffisante à la région de Pinar, ont indiqué des sources locales.

Le YPG/PKK a effectué un nettoyage ethnique dans les zones qu’il a capturées depuis 2012 par le biais de déplacements forcés et de pratiques arbitraires.

Selon le Réseau syrien pour les droits de l’homme (SNHR), quelque 3100 personnes languissent dans les centres de détention du groupe terroriste situés dans des zones qui relèvent de son contrôle dans le nord de la Syrie.

Depuis 2016, la Turquie a lancé quatre opérations antiterroristes réussies à travers sa frontière dans le nord de la Syrie pour empêcher la formation d’un couloir terroriste et permettre un règlement pacifique par les habitants : Euphrate Shield (2016), Olive Branch (2018), Peace Spring (2019) et Spring Shield (2020). Le pays a également lancé des opérations successives nommées « Claw » dans le nord de l’Irak à partir de juin 2019.

La Turquie est impliquée dans une Syrie déchirée par la guerre pour protéger les civils et éliminer les terroristes et faciliter le retour de centaines de milliers de civils déplacés dans leurs foyers.

Les écoles ont été rénovées et un hôpital est également en cours de construction à Azaz. La Turquie aide également les habitants à construire des installations d’huile d’olive dans la région, où l’agriculture est la principale source de revenus pour les résidents.

Le YPG, soutenu par les États-Unis sous le prétexte de la lutte contre Daech, a déjà reçu de nombreuses condamnations de la part d’organismes internationaux de défense des droits humains, dont Human Rights Watch (HRW), Amnesty International et les Nations Unies, pour ses violations des droits humains. , notamment des arrestations arbitraires, le recrutement forcé d’enfants soldats et la réinstallation forcée de la population locale.

En août, HRW a déclaré que les YPG recrutaient des enfants dans les camps de déplacés du nord-est du pays, en violation du droit international. L’année dernière, l’ONU a trouvé 224 cas de recrutement d’enfants par les YPG et ses forces féminines, près de cinq fois le nombre en 2016. Elle a déclaré que les YPG avaient enlevé les enfants de force dans au moins trois cas.

Le YPG a également kidnappé des politiciens kurdes dissidents, en particulier du Conseil national kurde syrien (ENKS) et des personnalités qui les ont critiqués pour un certain nombre de raisons, en plus de collecter des rançons auprès des entreprises.

Au cours de sa campagne terroriste de plus de 30 ans contre la Turquie, le PKK répertorié comme organisation terroriste par la Turquie, les États-Unis et l’Union européenne a été responsable de la mort de 40000 personnes, dont des femmes, des enfants et des nourrissons. Le YPG est la branche syrienne du PKK.

Mot-clé :
Terrorisme YPG/PKK
Plan du site | RSS 2.0 | Copyright Turquie News 2006-2019 | Mentions légales PageRank