EURTRY:

Accueil > Nos rubriques > Actualité > La Turquie franchit un seuil majeur avec 100 (...)

La Turquie franchit un seuil majeur avec 100 000 cas de COVID-19


Ecrit par Hakan, 2020-04-23 23:22:40


La Turquie a franchi un seuil majeur alors que le nombre total de cas de COVID-19 a dépassé 100 000 jeudi, mais le gouvernement envisage un plan pour assouplir les restrictions début juin afin de protéger l’économie.

Jusqu’à présent, la Turquie a enregistré 101 790 cas de coronavirus, avec un bilan de 2 491 décès. Le pays a récemment dépassé l’Iran pour devenir le pays le plus touché par le virus au Moyen-Orient.

Malgré la croissance rapide des infections, le président turc Recep Tayyip Erdogan a montré sa confiance dans le système de santé du pays, affirmant que, contrairement aux pays occidentaux, les hôpitaux turcs ont toujours la capacité de faire face à la crise grâce à une bonne infrastructure sanitaire avec de nouveaux investissements.

Dans ce contexte, la première phase d’un nouvel hôpital spécial utilisé pour traiter les patients atteints de coronavirus a été inaugurée lundi dans la plus grande ville d’Istanbul, en Turquie, qui représente près de 60% de tous les cas à l’échelle nationale.

La Turquie produira également 5 000 ventilateurs d’ici la fin mai, tandis que deux autres hôpitaux pandémiques sont actuellement en construction à Istanbul.

S’exprimant lundi soir après une réunion du cabinet, Erdogan a décrit la performance de son pays dans la gestion de l’épidémie comme "l’une des plus réussies au monde".

Il a insisté sur le fait que malgré le nombre élevé d’infections, la Turquie a l’un des taux de mortalité les plus bas car le gouvernement a agi "rapidement pour imposer des restrictions" lorsque la première infection a été confirmée à la mi-mars.

Certains experts ont cependant fait valoir que les autorités turques ne comptaient que les cas confirmés par les résultats des tests, à l’exclusion de ceux qui avaient été diagnostiqués cliniquement comme des patients COVID-19 sans avoir reçu de tests.

Alpay Azap, virologue et membre du comité consultatif turc sur les coronavirus, a réfuté cet argument lors d’une interview télévisée, soulignant que les données officielles étaient "transparentes", notant que le diagnostic de COVID-19 peut être difficile pour certains patients.

Il a ajouté que contrairement à certains pays européens les plus durement touchés comme l’Italie, la Turquie a une population relativement jeune, ce qui entraîne un faible taux de décès.

Malgré la flambée des cas de COVID-19, la Turquie prévoit d’assouplir progressivement les restrictions début juin, car le nombre de nouveaux cas semble s’être aplati, a déclaré Erdogan.

Cependant, une recherche préliminaire, effectuée par cinq économistes turcs de l’Université de Koc et de l’Université du Maryland, a suggéré que la Turquie ferait face à une contraction économique de 17% si elle maintient son cours actuel, tandis que la contraction diminuera à 7,8% si le pays adopte un confinement complet dans tout le pays.

"Lorsque le confinement complet est retardé, il devient plus difficile de contenir la pandémie. Ainsi, il durera plus longtemps et les coûts économiques augmenteront", selon les chercheurs.

"Nous devons prendre en compte les besoins et les problèmes de chacun au cours de ce processus, si tout se passe comme prévu, nous verrions un assouplissement des restrictions, l’économie a également besoin de cette incitation pour se remettre sur la bonne voie", a déclaré à Xinhua une source proche du gouvernement. .

"Si l’économie s’arrête, tout le pays sera touché, il y a un équilibre délicat à considérer, comme dans tous les autres pays touchés par l’épidémie", a-t-il déclaré sous couvert d’anonymat.

La monnaie turque a continué de baisser, le FMI prévenant que la Turquie risquait d’entrer dans une deuxième récession en moins de deux ans avec une contraction de 5% cette année.

Mardi, la Turquie a imposé des taxes supplémentaires pouvant atteindre 45% sur une large gamme de produits industriels, des voitures aux appareils électroniques, afin de protéger les producteurs locaux de la concurrence.

La santé de l’économie turque est vitale pour Erdogan, dont le taux d’approbation est passé à 55,8% en mars contre 42,1% en février, selon une enquête menée par le sondeur turc Metropoll. Enditem.

Mot-clé :
Coronavirus Covid-19 Gouvernement Santé
Plan du site | RSS 2.0 | Copyright Turquie News 2006-2019 | Mentions légales PageRank