EURTRY:

Accueil > Nos rubriques > Editos & Tribune libre > Le Parlement a été essentiel pour Atatürk sur (...)

Le Parlement a été essentiel pour Atatürk sur la route de la République


Ecrit par Hakan, 2020-04-20 11:51:55


Selon le professeur Tülay Alim Baran, la décision du fondateur de la Turquie moderne d’ouvrir la première législature malgré la guerre d’indépendance en cours a été cruciale pour mettre le pays sur la voie de la république.

"Bien que préoccupée d’une part par les questions liées à la guerre, le Parlement a créé une structure pour gouverner le pays", a-t-elle récemment déclaré au Hürriyet Daily News concernant le centenaire de la Grande Assemblée nationale de Turquie, qui a ouvert ses portes le 23 avril 1920. .

« C’était comme s’ils avaient terminé la guerre dans leur tête et parlaient de la période républicaine d’après-guerre. Avec des structures législatives et exécutives, le Parlement a commencé à donner naissance à la République turque. »

Pouvez-vous nous parler des circonstances dans lesquelles la Turquie s’est retrouvée à l’ouverture du Parlement ?

L’Anatolie subit les conséquences désastreuses de sa défaite de la Première Guerre mondiale. À commencer par Istanbul, de nombreuses régions du pays étaient sous occupation par 200 000 forces étrangères. La main-d’œuvre masculine s’est érodée et la société souffre de plusieurs maladies comme le paludisme. Comme les gens étaient épuisés par de nombreuses années de guerre, l’objection de l’administration basée à Istanbul pour une résistance armée rendait difficile la motivation des masses pour une nouvelle guerre. En 1918, le nombre de déserteurs de l’armée avait atteint 300 000.

Mustafa Kemal a commencé la lutte nationale après avoir quitté Istanbul, mais la contrebande d’armes des terres occupées vers l’Anatolie s’est avérée difficile, car les chemins de fer étaient sous le contrôle des forces d’occupation.

En plus des difficultés économiques, Mustafa Kemal a dû lutter contre la propagande d’Istanbul et les forces d’occupation, qui décrivaient sa résistance comme un mouvement de rebelles contre le sultan.

La situation globale était donc extrêmement désastreuse, et c’est pourquoi le succès qui a suivi a été miraculeux.

Pourquoi Mustafa Kemal Atatürk a-t-il ressenti le besoin de créer un parlement à ce stade ?

Mustafa Kemal était un vrai partisan de la démocratie. À partir de ses années d’étudiant, il était très impliqué dans la situation de l’État, et il a vu très tôt que l’empire vivait ses derniers jours. L’armistice de Mudros [un traité de 1918 qui a mis fin à la guerre au Moyen-Orient entre les Ottomans et les Alliés] l’a confirmé. Le gouvernement d’Istanbul ne pensait pas que cela conduirait à l’occupation et était donc contre la résistance armée.

Atatürk considérait l’indépendance comme la seule issue, et il était contre la souveraineté d’un individu. Comme il s’était rendu compte bien avant que l’État ne pouvait pas continuer comme empire, il avait décidé du modèle du régime, et le Parlement était la branche la plus importante de la république qu’il avait en tête.

Lorsqu’il a quitté Istanbul et est arrivé à Samsun en mai 1919, il a commencé à mettre en œuvre le modèle d’État qu’il avait en tête. Alors qu’il a commencé la lutte nationale, il n’a pas seulement ouvert la voie à la guerre d’indépendance, il a également ouvert la voie au modèle dans lequel la souveraineté appartenait au peuple. Le nom du journal qu’il a commencé à publier en Anatolie s’appelait par exemple « La volonté de la nation ». Il a appelé [les milices au début] les forces nationales. Dès le début, il a utilisé une terminologie impliquant un modèle de gouvernance basé sur la volonté de la nation.

« La souveraineté appartient inconditionnellement à la nation » [l’expression actuellement inscrite sur le mur derrière le président du parlement à la Grande Assemblée nationale turque] est le premier article de la première constitution [de 1921].

En ouvrant le Parlement, offrant ainsi aux personnes confuses, sous occupation ou menacées d’occupation la possibilité de gouverner et de prendre des décisions ensemble, il a également rapproché le pays de la république.

Je pense que lui-même a fourni la meilleure réponse pour expliquer pourquoi il ressentait le besoin d’ouvrir le Parlement dans ces circonstances. Cette réponse est attribuée à une conversation qu’il a eue avec -le journaliste- Yunus Nadi, qui lui a demandé s’il aurait été préférable de créer une armée puis d’ouvrir le Parlement. Sa réponse a été : Je suis de ceux qui attendent des miracles du parlement. Nous sommes arrivés à un stade où tous les actes doivent être légitimes. La légitimité dans les affaires nationales ne peut être garantie que par leur fondement dans les décisions nationales en interprétant les tendances générales de la nation.

Comment est né le premier parlement ?

Le Parlement était composé de fonctionnaires, de soldats et de représentants de différentes professions. Certains des membres du parlement dissous à Istanbul qui ont fui l’occupation se sont également joints à la réunion. Ce fut le parlement de plusieurs premières car il a changé le régime et a donné naissance à la république. Il a été créé dans des circonstances extraordinaires. Il a organisé le pays pour la guerre mais a également joué un rôle crucial dans la sécurisation de l’indépendance et de la souveraineté nationale.

Comment décririez-vous sa fonction initiale et ses réalisations ?

Il s’agit d’un parlement créé contre l’occupation étrangère et qui a réussi dans cette élan. Il était chargé de mettre en place des armées pour la lutte nationale et de pourvoir également à tous les besoins de l’armée et, par conséquent, de trouver des ressources économiques.

Pour commencer, il fallait convaincre le peuple que la guerre était nécessaire à l’indépendance. Il y avait trop de transfuges, donc dès son ouverture, il a promulgué une loi contre les transfuges.

Le succès de Mustafa Kemal à rassembler des gens dans la lutte nationale et à ouvrir le parlement a incité Istanbul et les États occupants à intensifier leurs efforts pour vilipender le mouvement. Le Parlement s’est retrouvé contre ceux qui étaient favorables à la continuation du sultanat sous la protection des États étrangers. Cela a conduit à près de 40 soulèvements internes entre 1918 et 1923.

Le Parlement a également assumé une fonction représentative dans le domaine international, en lançant des pourparlers diplomatiques et en signant des accords.

Et bien que préoccupé d’une part par les questions liées à la guerre, le Parlement a créé une structure pour gouverner le pays. Il existe un organe ministériel qui comprend, par exemple, un ministre de l’éducation. Vous pourriez penser que l’éducation n’était pas une priorité pendant la guerre.

C’était comme s’ils avaient terminé la guerre dans leur tête et parlaient de la période républicaine d’après-guerre. Avec des structures législatives et exécutives, le parlement a commencé à donner naissance à la République turque.

On pourrait penser que c’est un parlement qui a fait tout ce qu’Atatürk voulait.

Mais ce Parlement a également critiqué Atatürk ; après tout, ils se sont démoralisés de temps en temps en raison des circonstances désastreuses. Certains membres sont tombés dans le pessimisme en entendant les obus des lignes ennemies. Il y avait plusieurs groupes en son sein ; à un moment donné, il a été divisé en groupe un et groupe deux ; ce dernier était composé de parlementaires dissidents.

Lorsque vous regardez les débats lors du projet de loi sur le commandant en chef de Mustafa Kemal, le procès-verbal du parlement montre qu’il y a eu des discussions animées.

De toute évidence, Atatürk était au cœur de l’histoire républicaine. Diriez-vous que les réalisations de certaines institutions, comme le Parlement, peuvent avoir été négligées ou occultées par le succès d’Atatürk ?

Vous ne pouvez pas mener une guerre sans le soutien des autres. Mais ce qui est clair, c’est que sans Atatürk, il n’y aurait pas eu de parlement. La libération de ce pays a eu lieu grâce au peuple patriotique, mais il était le modérateur de ce mouvement. Dès le début, fonder la république était son rêve, et le parlement était l’institution la plus importante pour l’amener à la république.

Mot-clé :
Guerre d’Indépendance Kemalisme Mustafa Kemal Atatürk
Plan du site | RSS 2.0 | Copyright Turquie News 2006-2019 | Mentions légales PageRank