EURTRY:

Accueil > Nos rubriques > Actualité > La Turquie rejette toute suggestion d’aide du (...)

La Turquie rejette toute suggestion d’aide du FMI


Ecrit par Hakan, 2020-04-13 08:26:00


La Turquie a repoussé la proposition selon laquelle elle pourrait s’adresser au FMI pour l’aider pour surmonter la crise qui a frappé son économie.

Un porte-parole du président Recep Tayyip Erdogan a déclaré que la conclusion d’un accord avec le FMI n’était « pas à notre ordre du jour ».

La Turquie n’avait "pas besoin" d’un accord de réserve, a déclaré Ibrahim Kalin sur la chaine CNN Turk.

M. Erdogan a hérité d’un programme du FMI lorsqu’il est arrivé au pouvoir en 2002 à la suite d’une grave crise financière et a longtemps insisté pour que la Turquie ne se tourne plus jamais vers le fonds sous sa surveillance. Pas plus tard que l’année dernière, il a déclaré : « La Turquie a fermé le livre du FMI et il ne sera pas rouvert. »

Mais la crise du coronavirus a incité le marché à spéculer sur le fait que M. Erdogan, dont le pays a des réserves limitées de devises étrangères et un important besoin de financement extérieur et pourrait devoir renoncer à cet engagement.

Reflétant l’inquiétude des investisseurs, la livre a gagné jusqu’à 2% par rapport au dollar jeudi après que Kristalina Georgieva, directrice générale du FMI, a déclaré que le fonds avait "un engagement très constructif avec l’ensemble des membres, y compris avec la Turquie".

Même avant la crise des coronavirus, l’économie turque se remettait encore des séquelles d’une crise monétaire de 2018, suivie d’une récession et d’une flambée du chômage.

Maintenant, le pays doit se confronter à un Covid-19 de épidémie - avec plus de 5.100 nouveaux cas confirmés le samedi - ainsi que l’impact d’une récession mondiale et une ruée vers la sécurité par les investisseurs internationaux, qui ont tiré des dizaines de milliards de dollars sur des marchés émergents.

Les réserves de la Turquie, qui étaient déjà jugées insuffisantes avant la crise, ont encore diminué ces dernières semaines. Les réserves brutes de devises, y compris l’or, s’établissaient à 89,6 milliards de dollars début avril. Cela se compare à 172 milliards de dollars de paiements de dette arrivant à échéance au cours des 12 prochains mois.

Les statistiques officielles des réserves nettes, y compris les dépôts du secteur public détenus à la banque centrale, se sont élevés à 27,5 milliards de dollars au cours de la première semaine d’avril. Mais ce chiffre comprenait des milliards de dollars d’ emprunt obtenus par la banque centrale dans le cadre d’accords de swap avec des banques commerciales turques.

La Turquie a eu des discussions avec d’autres pays du G20 - y compris les États-Unis - sur la sécurisation des lignes de swap afin de reconstituer ses stocks de devises fortes, selon des informations confirmées par un responsable turc. Mais, jusqu’à présent, aucun accord n’a été conclu.

En fin de compte, a-t-il dit, le pays avait besoin d’un programme du FMI pour apporter des financements à plus long terme en devises et pour s’assurer que le pays adopte les réformes économiques indispensables. "Ce sera douloureux mais cela doit être fait, le plus tôt possible", a-t-il dit.

Mot-clé :
Économie Fonds Monétaire International (FMI)
Plan du site | RSS 2.0 | Copyright Turquie News 2006-2019 | Mentions légales PageRank