EURTRY:

Accueil > Nos rubriques > Société > [Turquie] Une nouvelle loi cherche à forcer (...)

[Turquie] Une nouvelle loi cherche à forcer les sites Web à révéler l’identité des utilisateurs


Ecrit par Hakan, 2020-04-11 12:59:31


Le gouvernement du président turc Recep Tayyip Erdoğan a proposé un projet de loi qui vise à associer une série de mesures de censure en ligne à un ensemble d’aides économiques visant à stabiliser une économie touchée par la crise des coronavirus.

La nouvelle loi définit très largement les « plateformes de médias sociaux » comme « les personnes ou les entités juridiques qui permettent aux utilisateurs de créer, de visualiser ou de partager des données comme du texte, des images, la voix, l’emplacement en ligne à des fins d’interaction sociale », et déclare qu’elles sera tenu responsable de tout « contenu inapproprié » que ses utilisateurs publient sur leurs plateformes.

La loi s’appliquera à toute plateforme comptant plus d’un million d’utilisateurs en Turquie. La législation semble demander à tous les sites de médias sociaux d’identifier leurs utilisateurs comme s’ils entraient dans une boîte de nuit, ce qui est impossible d’un point de vue logistique et éthique.

L’un des problèmes de cette loi sera de savoir comment le gouvernement turc va forcer les sociétés de médias sociaux étrangères à ouvrir des bureaux légalement responsables en Turquie. En 2016, le gouvernement turc a demandé à PayPal de déplacer ses opérations de serveur en Turquie, mais au lieu de se conformer, PayPal a simplement abandonné le marché .

La question est maintenant de savoir si Twitter, YouTube et Facebook se conformeront à une loi qui les mettrait dans une position où ils seraient passibles de lourdes amendes et tenus d’informer sur leurs utilisateurs, ou s’ils repousseraient la législation. Ces sites nécessitent beaucoup plus de bande passante que Wikipedia, ils sont donc plus vulnérables aux pressions financières et d’accès.

Le président adjoint du groupe d’ opposition du Parti républicain du peuple ( CHP ), Özgür Özel, a déclaré que le gouvernement voulait contrôler les plateformes de médias sociaux avec ce projet de loi.

"Il semble que de nombreuses applications de communication, la plus connue étant WhatsApp, seront sous le contrôle de l’Etat", a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse le 9 avril et affirmant que l’AKP recherchait "l’opportunisme" sous prétexte de lutte contre le nouveau coronavirus.

Par ailleurs, le ministre de l’Intérieur Süleyman Soylu a déclaré que les médias sociaux étaient utilisés dans un but de « désinformation » et de « tromper le public. S’exprimant lors d’une interview télévisée fin 9 avril, Soylu a déclaré que le gouvernement avait pris des mesures contre 4 186 comptes de médias sociaux.

« Quelque 667 utilisateurs ont été identifiés et sont détenus et une grande partie d’entre eux se trouvent malheureusement à l’étranger. Le FETÖ, le DHKP-C et le PKK s’efforcent donc de créer le chaos, de saper la confiance et de susciter l’inquiétude en Turquie », a-t-il déclaré.

Mot-clé :
Censure
Plan du site | RSS 2.0 | Copyright Turquie News 2006-2019 | Mentions légales PageRank