EURTRY:

Accueil > Nos rubriques > Politique > Les Turcs se désintéressent des nouveaux partis (...)

Les Turcs se désintéressent des nouveaux partis politiques

Ecrit par Hakan, 2020-01-16 22:39:31


Les turcs perdent rapidement de l’intérêt pour les nouveaux mouvements politiques que les anciens membres dirigeants du Parti au pouvoir pour la justice et le développement (AKP) mettent en place, a écrit jeudi le chroniqueur Hürriyet Abdulkadir Selvi.

L’ancien Premier ministre Ahmet Davutoğlu et l’ancien vice-Premier ministre Ali Babacan ont fait sensation l’année dernière lorsqu’ils ont quitté l’AKP et ont promis de créer deux partis distincts qui, selon certains observateurs, pourraient tirer parti de la faible performance du parti au pouvoir lors des élections locales de mars 2019.

Mais Selvi a partagé les résultats d’une enquête réalisée par la société de sondage Optimar qui a déclaré que les turcs qui considérait les nouveaux partis comme nécessaires avait culminé juste avant ces élections à 34,6% et est depuis tombée à 14,9%.

"Ne soyez pas surpris si cela tombe en dessous de 10% au moment où Babacan forme son parti", a déclaré Selvi.

L’ancien vice-Premier ministre est réputé avoir joué un rôle majeur dans la solide performance économique de la Turquie jusqu’à ce qu’il soit mis à l’écart en 2015. Il aurait le soutien de l’ancien président Abdullah Gül, qui a aidé à fonder le parti au pouvoir, et d’autres anciens combattants de l’AKP qui ont désillusionné à la dérive du parti de ses principes fondateurs libéraux.

Babacan avait annoncé qu’il lancerait la fête d’ici la fin de l’année, mais son équipe a gardé le silence ces dernières semaines. Davutoğlu a lancé le Future Party en décembre, mais n’a jusqu’à présent eu que peu d’impact sur la scène politique turque.

Peu de gens croient que l’un ou l’autre parti commanderait suffisamment de partisans pour contester directement l’AKP lors d’une élection, mais les cercles d’opposition espèrent pouvoir éloigner suffisamment d’électeurs de la coalition au pouvoir pour lui refuser la majorité et compliquer la candidature d’Erdoğan à sa réélection à la présidence.

Mot-clé :
Politique Société
Plan du site | RSS 2.0 | Copyright Turquie News 2006-2019 | Mentions légales PageRank