EURTRY:

Accueil > Nos rubriques > International > Pourquoi les bases militaires américaines en (...)

Pourquoi les bases militaires américaines en Turquie sont-elles si cruciales pour Washington ?

Ecrit par Ufuk, 2019-12-17 23:14:48


La base aérienne turque d’Incirlik est, à elle seule, un lieu militaire crucial pour les missions de Washington à l’étranger depuis les années 1950, avec au moins 50 bombes nucléaires.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a récemment signalé qu’Ankara pourrait fermer sa base aérienne d’Incirlik et sa station radar de Kurecik, qui abritent les forces américaines et des équipements militaires, y compris des têtes nucléaires. 

Dans la base aérienne d’Incirlik, les États-Unis disposent d’un important effectif de l’armée de l’air, estimé à environ 5 000 hommes. 

Pendant des décennies, la base a été directement utilisée par Washington pour ses déploiements militaires en Irak et en Afghanistan. Il a servi d’emplacement crucial pour les missions américaines à l’étranger au Moyen-Orient et en Asie centrale, servant d’arrêt de transit pour les troupes américaines qui sont déployées dans les deux sens entre différentes destinations. 

La longue histoire de la base aérienne a montré son importance pour les Etats-Unis depuis les années de la guerre froide jusqu’à la période turbulente actuelle du Moyen-Orient. 

Ankara a commencé à envisager la fermeture des bases militaires en représailles aux éventuelles sanctions de Washington et à l’adoption par le Congrès d’une résolution favorisant les allégations arméniennes sur les événements de 1915, accusant la Turquie d’un prétendu "génocide", ce qu’Ankara dément. 

"Si nécessaire, nous discuterons avec toutes nos délégations, et si nécessaire, nous pourrons fermer Incirlik [qui est situé dans la province d’Adana au sud de la Turquie] et Kurecik [qui est situé dans la province de Malatya au sud-est]", a déclaré Erdogan lors d’une interview télévisée.

Les Etats-Unis se sont également alliés au YPG, la branche syrienne du PKK, qui est reconnue comme une organisation terroriste par la Turquie, les Etats-Unis, UE et l’OTAN.

La Turquie est la deuxième plus grande armée de l’OTAN. Depuis les années 1950, ses bases ont aidé l’alliance à protéger son aile sud contre les menaces perçues de l’ex-Union soviétique et de son successeur, la Russie. 

Mais les récentes initiatives de Washington mettent en danger les relations entre les deux alliés de l’OTAN, car les turbulences de la politique intérieure américaine mettent en jeu les intérêts régionaux des deux pays.

Pourquoi la Turquie envisage-t-elle de fermer les bases ?  

L’alliance des États-Unis avec le YPG en Syrie dans la lutte contre Daesh a accru les soupçons quant aux intentions de Washington dans le pays, ce qui a conduit les décideurs politiques d’Ankara à réévaluer son utilisation par les militaires américains. 

Les États-Unis ont envoyé des tonnes de matériel militaire moderne au YPG, armant le groupe jusqu’aux dents, exacerbant les tensions avec Ankara. Alors que la Turquie menait son opération antiterroriste contre le YPG/PKK, de nombreux législateurs américains ont exprimé leur opposition aux actions militaires d’Ankara, sans tenir compte de ses graves préoccupations dans le nord du pays. 

La semaine dernière, la commission sénatoriale des affaires étrangères a adopté un ensemble de sanctions à l’encontre d’Ankara au motif que la Turquie avait mené une opération en Syrie et acheté des S-400 russes alors qu’Erdogan et Trump avaient conclu une entente commune sur ces deux questions lors d’une réunion à la Maison Blanche en novembre. 

Après cela, le ministre turc des Affaires étrangères Cavusoglu a averti ses homologues américains que les sanctions à l’encontre de la Turquie ne produiraient que des résultats "négatifs", déclenchant des représailles, qui pourraient inclure la fermeture de bases américaines dans ce pays. 

La Turquie avait précédemment limité l’utilisation par les Etats-Unis de la base d’Incirlik en représailles après que Washington eut décrété un embargo sur les armes et gelé son aide à Ankara pour punir la Turquie de son intervention militaire à Chypre pour protéger les chypriotes Turcs après un coup d’état d’inspiration grecque dans l’île en 1974. 

Malgré les importantes sanctions américaines, la Turquie n’a pas cédé aux pressions et continue de maintenir une présence militaire dans la République turque de Chypre-Nord pour protéger les Chypriotes turcs depuis 1974. 

Après la levée de l’embargo par les Etats-Unis et le rétablissement de l’aide à la Turquie en 1978, Ankara a réagi à cette bonne volonté en facilitant pleinement l’utilisation de la base aérienne Incirlik par les Américains.

Mot-clé :
Organisation du Traité de l’Atlantique nord (OTAN) PKK République Turque de Chypre du Nord S-400 YPG/PKK
Plan du site | RSS 2.0 | Copyright Turquie News 2006-2019 | Mentions légales PageRank