EURTRY:

Accueil > Nos rubriques > Actualité > Turquie : Pourquoi la Turquie a-t-elle signé (...)

Turquie : Pourquoi la Turquie a-t-elle signé un accord maritime avec la Libye ?


Ecrit par Ufuk, 2019-12-17 11:18:06


Les récentes initiatives de la Turquie en Méditerranée orientale ont fait des vagues après la signature d’un accord maritime avec le gouvernement libyen de l’Accord national (GNA) basé à Tripoli. L’accord est un signal clair aux autres États côtiers de la région que le jeu gazier ne se jouera pas sans le consentement d’Ankara.

La Grèce, l’Égypte, Israël et l’administration Chypriote grecque (GCA) ont déjà signé des accords maritimes, à l’exception de la Turquie, pour établir leurs zones économiques exclusives (ZEE) respectives dans la Méditerranée orientale et lancer leurs propres explorations gazières.

"D’autres acteurs internationaux ne peuvent mener des activités d’exploration dans les zones indiquées dans le mémorandum[turco-libyen]. Les Chypriotes grecs, l’Egypte, la Grèce et Israël ne peuvent pas établir une ligne de transport de gaz naturel sans le consentement de la Turquie", a déclaré le président turc Recep Tayyip Erdogan, faisant référence à l’accord Ankara-Tripoli.

Avant l’accord maritime turco-libyen, la Grèce, Israël et Chypre essayaient d’exclure Ankara en désignant leurs propres ZEE et en signant des accords entre eux.

En outre, les trois puissances méditerranéennes ont créé un consortium dans le cadre duquel elles ont développé le projet de gazoduc EastMed, qui vise à transporter les réserves de gaz nouvellement découvertes de la Méditerranée orientale vers l’Europe du Sud. 

Alors que le tracé de l’oléoduc passe par les ZEE turques, Ankara n’a pas été consultée sur la mise en œuvre du projet, ce qui a mis en colère l’État turc, qui a finalement élaboré son propre plan pour bloquer le projet EastMed en concluant un accord avec le gouvernement libyen de Tripoli reconnu par l’ONU.

La Turquie ne reconnaît pas les accords car Ankara estime que l’administration chypriote grecque ne représente pas tous les habitants de l’île. 

En 1974, à la suite d’un coup d’État visant l’annexion de Chypre par la Grèce, Ankara a dû intervenir comme puissance garante.

En 1983, la RTCN (République turque de Chypre du Nord) a été fondée.

Au cours des décennies qui ont suivi, plusieurs tentatives ont été faites pour régler le différend, qui se sont toutes soldées par un échec. Le dernier, qui s’est tenu avec la participation de la Turquie, de la Grèce et du Royaume-Uni, pays garants, a pris fin en 2017 en Suisse.

L’accord turco-libyen

"Grâce à cet accord, nous avons pris une mesure légitime, dans le cadre du droit international, contre les positions imposées par la Grèce et l’administration chypriote grecque, qui s’opposent aux revendications des juridictions maritimes visant à confiner notre pays dans le golfe d’Antalya ", a déclaré M. Erdogan. 

"Notre souci n’est pas de créer des ennemis, mais de nous faire des amis. S’il y a des ennemis chez nous, nous voulons leur offrir notre amitié ", a ajouté le président. 

L’accord de la Turquie avec la Libye a également des implications pour la guerre civile qui a lieu en Libye, où Ankara et son allié du Golfe, le Qatar, soutiennent le gouvernement de l’Accord national (GNA) tandis que les EAU, l’Arabie saoudite, la France et la Russie soutiennent les forces rivales basées à Tobrouk et dirigées par Khalifa Haftar, un chef de guerre âgé de 75 ans. 

L’AGN gouverne les régions occidentales du pays tandis que Haftar revendique la plupart de ses territoires orientaux. 

Sous l’assaut récent de Haftar, soutenu par des mercenaires russes, Tripoli s’est surtout appuyé sur la Turquie, qui a indiqué que si nécessaire la Turquie viendrait en aide à l’AGN.

Source : Média Internet

Mot-clé :
Énergie République Turque de Chypre du Nord République Turque de Chypre du Nord (RTCN)
Plan du site | RSS 2.0 | Copyright Turquie News 2006-2019 | Mentions légales PageRank