EURTRY:

Accueil > Nos rubriques > Actualité > La Turquie a commencé à expulser des djihadistes

La Turquie a commencé à expulser des djihadistes étrangers, 11 Français concernés

Ecrit par Engin, 2019-11-11 13:51:16


La Turquie a commencé à expulser des djihadistes étrangers, 11 Français concernés

La Turquie a entamé lundi son programme de renvoi des terroristes étrangers du groupe Etat islamique (EI) détenus sur son sol avec l’expulsion d’un Américain et d’un Allemand, onze Français devant suivre dans les prochains jours.

Le porte-parole du ministère turc de l’Intérieur, Ismail
Catakli, a déclaré que 25 terroristes présumés faisaient pour
l’heure l’objet d’une procédure d’expulsion, sans préciser s’ils
étaient renvoyés dans leur pays d’origine comme Ankara s’y est
engagé.
Un Américain et un Allemand ont été expulsés, a-t-il dit,
sans indiquer leur destination.
Vingt-trois suivront dans les prochains jours : un Danois
qui devait être expulsé lundi, ainsi que deux Irlandais, neuf
Allemands et onze Français.
"Les travaux d’identification des nationalités des
terroristes étrangers capturés en Syrie sont terminés, 90%
d’entre eux ont été interrogés et les pays concernés avisés", a
dit le porte-parole, cité par l’agence Anadolu.
"Le processus de rapatriement des terroristes étrangers dans
leur pays d’origine (même ceux déchus de leur nationalité-NDLR)
va se poursuivre avec détermination", a-t-il ajouté.
La chaîne de télévision publique TRT Haber rapporte que
l’Etat turc entend rapatrier quelque 2.500 terroristes, dont une
majorité vers des pays de l’Union européenne, et que 813
djihadistes présumés sont actuellement en attente d’expulsion
dans 12 centres de rétention.
Le président Recep Tayyip Erdogan a déclaré vendredi que
1.201 terroristes de l’EI étaient détenus dans les prisons
turques et que la Turquie en avait capturé 287 en Syrie lors de
son offensive militaire contre les terroristes kurdes dans le
nord-est du pays.

PROTOCOLE FRANCO-TURC

Ankara critique de longue date le refus de ses alliés
européens, dont la France, de prendre en charge leurs
ressortissants partis se battre en zone irako-syrienne.

La ministre française des Armées, Florence Parly, avait
déclaré lundi matin sur France Inter ne pas avoir connaissance
"au moment où l’on se parle d’un retour précis de terroristes de
la part de la Turquie."
"Nous avons un protocole avec la Turquie, le protocole
Cazeneuve, qui permet, lorsque des situations de ce type
surviennent, de rapatrier vers la France des terroristes",
a-t-elle rappelé.
Interrogé à ce sujet, le ministère français des Affaires
étrangères s’est refusé à tout commentaire. Le ministre de
l’Intérieur n’était pas joignable.
Une soixantaine de terroristes français de l’EI étaient
détenus dans le Nord-Est syrien, sous le contrôle des Kurdes,
avant l’offensive turque du 9 octobre, selon des sources
diplomatiques. En incluant les familles, les ressortissants
français seraient au nombre de 400 à 500, selon les mêmes
sources.

Le protocole Cazeneuve, du nom du ministre de l’Intérieur
d’alors, a été conclu en 2014 entre la France et la Turquie pour
encadrer les expulsions de djihadistes français et/ou de leurs
familles. Les autorités françaises sont averties en amont et les
personnes expulsées escortées par des policiers français à bord
de lignes régulières.

Mot-clé :
Terrorisme État Islamique /Daech
Plan du site | RSS 2.0 | Copyright Turquie News 2006-2019 | Mentions légales PageRank