EURTRY:

Accueil > Nos rubriques > Sport > ISTANBUL A TREMBLÉ MAIS N’A PAS VIBRÉ.

ISTANBUL A TREMBLÉ MAIS N’A PAS VIBRÉ.


Ecrit par Engin, 2019-09-30 11:06:06


ISTANBUL A TREMBLÉ MAIS N’A PAS VIBRÉ.

Istanbul. Le Galatasaray recevait Fenerbahçe samedi soir pour ce week-end de football passionnément turc. Les deux équipes se sont neutralisées. Se quittant sur un score nul et vierge (0-0).

Galatasaray-Fenerbahçe. Affiche énorme du championnat turc qui n’a pas tenu ses promesses. Bien dommage pour un événement censé être la vitrine de la Süper Lig. Suite au séisme survenu deux jours avant, le contexte émotionnel a pu jouer. Mais il s’agit de haut niveau où faire abstraction des événements pour soulager un public fidèle. Un derby sans saveur.

Le tout début de la rencontre a été représentatif de la notion de derby en général. La toute première action dangereuse s’est produite au bout d’à peine quarante secondes de jeu. Elle a été l’œuvre du Fenerbahçe avec Gigenki. Avec côté Galatasaray un Marcao auteur d’une passe en retrait hasardeuse. Le décor d’un match âprement disputé était planté. Une première mi-temps qui a vu Belhanda (mauvaise relance aboutissant à une sortie en corner) et Lemina (faute sur Isla 6’) rendre les rouges et jaunes coupables d’approximations devant le pressing de Tolga et l’hyperactivité de l’attaquant kossovar Vedat Muriqi.
Face à la cohésion jaune et bleue, seuls Nagatomo et N’Zonzi ont varié intelligemment le jeu en l’écartant, notamment vers le flanc gauche. Ce n’est vraiment qu’au bout de vingt et une minutes de jeu que le Galatasaray a joué d’égal à égal avec Lemina par deux fois (tir obligeant Altay à détourner en corner ; tir du droit frappé entre le cou-de-pied et l’extérieur). avec une "topla oynama" évoluant irrégulièrement puis subitement vers la proportion 55/45.

En deuxième mi-temps, le même schéma tactique rigide du 4-1-4-1 prôné par le Galatasaray a vu ses joueurs régulièrement mis en difficulté par la règle du hors-jeu. En face, le Fenerbahçe a affiché une certaine cohésion (Ozan Tofan et Luiz Gustavo frôlant l’exemplarité) mais plus au ralenti, Emre Belozoglu récoltant un carton pour la statistique dans ce match haché qui ne restera pas dans les annales.

Un pale derby.Istanbul aura tremblé mais n’aura pas vibré pour ce derby sans saveur. le spectacle offert a été quelconque et l’entrée de Emre Mor bien trop tardive, dans une formation du Galatasaray qui n’aura aligné que des étrangers dans onze de départ alors que les réalités du football turc sont spécifiques, variables.

L’anomalie Alanyaspor en tète de classement n’est pas si étonnante en fait dans ce championnat en rodage. Qu’en pense notre jeune retraité des terrains Volkan Demirel ?

Gianguglielmo /Jean-Guillaume LOZATO, professeur d’italien à L’ENSG et à International Paris School of Business,chargé de cours à l’Université Paris-Est. Auteur de recherches universitaires sur le football italien en tant que phénomène de société.

Mot-clé :
Derby Fenerbahçe Galatasaray Süper Toto Lig
Plan du site | RSS 2.0 | Copyright Turquie News 2006-2019 | Mentions légales PageRank