facebook
twitter
rss
EURTRY:
logo

La plus haute autorité religieuse de Turquie, Diyanet, contrôle une vaste fortune en Turquie

Ecrit par Hakan Akgün, 2019-09-21 22:57:13


Selon le journal allemand Deutsche Welle (DW), la Direction des affaires religieuses, l’agence publique turque mieux connue sous le nom de Diyanet, a été active dans plusieurs secteurs, dont la construction, le conditionnement de la viande et le tourisme, en amassant des sommes considérables.

Le Diyanet dispose d’un budget de plus de 10 millions de livres en 2019, de plus de deux mille actifs immobiliers et de 450 000 animaux abattus chaque année. L’organisme public organise plus de 400 000 pèlerinages au cours des saisons Hadj et Omra, selon un rapport de TÜRSAB , Association des agences de voyages turques.

Le Diyanet organise l’abattage d’animaux sacrifiés pour la fête islamique de l’Aïd al-Adha, ou fête du sacrifice, et la distribution de leur viande aux pauvres. Les activités de conditionnement de la viande pourraient représenter à elles seules plus de 50 millions d’euros de profits annuels, selon l’écrivain Ömer Sağlam cité par DW.

« Malheureusement, au cours de mes recherches, j’ai découvert que les dépenses et les recettes ne sont pas correctement enregistrées. Le Diyanet est un organisme non contrôlé par l’état », a déclaré Sağlam à DW.

Allégements fiscaux et manque de transparence

La structuration interne de la construction de Diyanet est complexe et opaque. L’autorité propose des activités éducatives, culturelles et caritatives dans 145 pays.

En 1975, le Diyanet a créé la Fondation Turkiye Diyanet Vakfi au départ en tant que petite organisation caritative. Aujourd’hui, la fondation exploite un grand nombre d’entreprises et est devenue particulièrement rentable depuis qu’elle a bénéficié d’une exonération fiscale complète en 1977. Aujourd’hui, la fondation compte environ 1 000 succursales dans toute la Turquie.

A travers sa filiale Komas AS, la fondation est active dans le secteur de la construction. Depuis 1983, la société a construit des centaines de dortoirs et d’écoles religieuses, de mosquées, d’hôpitaux et d’hôtels.

« Le Diyanet apparaît comme une gigantesque société de portefeuille - ou même plus sinistre : comme un État dans un État », a déclaré le théologien Cemil Kılıç à DW.

Il demande à l’autorité religieuse de revenir à sa mission fondamentale : "Le Diyanet a été fondé pour attirer l’attention du public sur les vérités et la religion islamique, afin de faire comprendre la justice et la vertu."

Le maire du district de Sisli, Muammer Keskin, a critiqué le projet de démolition de la brasserie Bomonti

Située dans le quartier central de Sisli à Istanbul, la première brasserie commerciale de l’Empire ottoman - Bomonti.

Le bâtiment historique a par la suite été remis au bureau du district du Mufti et devrait être démoli pour faire place à une mosquée et à un dortoir. Mais le projet a rencontré une opposition féroce.

"La brasserie Bomonti a une importance historique. Sa démolition détruira le charme de notre district et accentuera le boom du réaménagement, ce qui n’est pas une bonne nouvelle pour nous", a déclaré le maire du district de Sisli, Muammer Keskin.

société
Plan du site | RSS 2.0 | Copyright Turquie News 2006-2019 | Mentions légales PageRank