EURTRY:

Accueil > Nos rubriques > Editos & Tribune libre > ALİ ÇETİNKAYA OU LA 1è BALLE CONTRE L’ENNEMI

ALİ ÇETİNKAYA OU LA 1è BALLE CONTRE L’ENNEMI


Ecrit par Özcan Türk (Facebook), 2019-08-26 16:01:03


ALİ ÇETİNKAYA OU LA 1è BALLE CONTRE L’ENNEMI

Les Turcs entrent dans une semaine de festivités en raison de la célébration de la « Grande Victoire » puisque le 30 août marque la date anniversaire de la victoire finale, gagnée contre l’armée grecque, lors de la bataille de Dumlupinar en 1922 qui ponctue la Guerre d’Indépendance turque.

Dans ce cadre, je souhaite rendre hommage à l’homme qui a officiellement tiré la 1è balle contre l’ennemi. Notons qu’il est né dans la noble province d’Afyon, comme moi !😁

Il s’agit de Ali Çetinkaya.

A vrai dire, Ali Çetinkaya a tiré la 1è balle d’un front militaire turc officiel car Hasan Tahsin avait abattu le porte-drapeau hellène juste après le débarquement des militaires grecs à Izmir, le 15 mai 1919, soit 14 jours avant Ali Çetinkaya.

Ali Çetinkaya a siégé comme député turc d’Afyon durant 8 sessions puis, en 1934, il devient ministre des Travaux publics. D’ailleurs, la majorité des bâtiments publics gouvernementaux à Ankara ont été construits alors qu’il était ministre.
En 1939, il est nommé au ministère des Transports où il fera construire plus de 1200 km de chemins de fer.

Ali Çetinkaya est avant tout un soldat qui s’est battu sur tous les fronts pour son pays ! Il a guerroyé aux côtés de Mustafa Kemal lors de la « Guerre de Tripolitaine » (Trablusgarp Savaşı), guerre turco-italienne de 1911 à 1912.
Il s’illustre par son courage sur les fronts en Irak, dans le Caucase, en Macédoine, et lors de la victoire de Kut-el-Amara.

Le 29 mai 1919, lorsque l’armée grecque envahit Ayvalık dans la province de Balıkesir, il commande le 172è régiment. Il parvient, en outre, à mobiliser la population et ouvre un front de résistance contre l’envahisseur grec.
On considère que c’est de ce front, dans la commune d’Ayvalık, que la 1è balle turque contre l’ennemi a été tirée !
Aujourd’hui, la colline où se trouvait ce front à Ayvalık porte le nom : « İlk Kurşun Tepesi » –traduisez La Colline de la Première Balle- et est devenu un centre militaire de l’Armée turque.

Sachez que le quartier nommé « Ali Çetinkaya » de Ayvalık dans la province de Balıkesir, relie la commune d’Ayvalık par une chaussée à l’île qui porte aussi son nom : « Alibey » (autrefois île Cunda).
En fait, depuis 1964 et la construction d’un pont, Alibey est devenue une presqu’île qui sert de villégiature aux riches Ayvaliotes et Istanbuliotes qui y passent l’été.

En octobre 1919, Ali Çetinkaya démissionne de l’armée et siège à l’Assemblée ottomane en qualité de député d’Afyon. Après l’occupation d’Istanbul par les Britanniques, il est déporté à Malte parmi 144 autres dignitaires ottomans accusés de massacres envers les Arméniens. Ils seront tous relaxés ; le procureur britannique, après deux bonnes années d’instruction, n’ayant rien trouvé qui pût justifier de renvoyer devant un tribunal ne serait-ce qu’un seul des accusés, ce qui est exceptionnel dans la procédure anglo-saxonne, qui est accusatoire.

De retour au pays en 1921, il retrouve son siège de député d’Afyon mais, cette fois, à la 1è session de la Grande Assemblée nationale de la République turque.

Après la révolte obscurantiste de Cheikh Said qui veut abattre la République turque, Ali Çetinkaya siège en qualité de président du Tribunal d’Indépendance formé à Ankara le 7 mars 1927. La direction du tribunal est nommée « Üç Ali’ler » (Les 3 Ali) puisque ses membres sont Ali Çetinkaya, Kılıç Ali et Necip Ali. Parmi les affaires marquantes jugées par ce tribunal, citons la dissolution du premier parti d’opposition, la « Terakkiperver Cumhuriyet Fırkası », le Parti Républicain Progressiste suite à la révolte sanglante de Cheikh Said, ainsi que l’affaire de la tentative d’assassinat contre Atatürk à Izmir le 14 juin 1926.
Soulignons aussi qu’il fera partie des juges qui décidèrent la peine capitale contre l’intégriste İskilipli Mehmed Âtıf jugé pour trahison au profit de l’ennemi.

Le 21 février 1949, Ali Çetinkaya rend l’âme à Istanbul et sera enterré dans sa province natale, à Afyon.

Mot-clé :
Ali Çetinkaya Histoire
Plan du site | RSS 2.0 | Copyright Turquie News 2006-2019 | Mentions légales PageRank