EURTRY:

Accueil > Nos rubriques > Economie > Grande-Bretagne : un fonds de pension (...)

Grande-Bretagne : un fonds de pension militaire turc veut racheter British Steel


Ecrit par Hakan, 2019-08-18 15:18:25


British Steel, le géant anglais de l’acier, pourrait tomber entre les mains d’un concurrent turc. L’avenir du de l’aciérie de Saint-Saulve n’est pas compromis. L’annonce, tombée ce vendredi 16 août, pourrait permettre de sauvegarder les 4 000 emplois du numéro 2 de l’acier en Grande-Bretagne.

C’est Oyak qui devrait reprendre British Steel. Ce fonds de pension turc (il gère les retraites de l’armée turque) est entré en négociations exclusives pour l’acquisition du géant anglais de l’acier au travers de sa filiale Ataer Holding.

Oyak a deux mois pour parvenir à boucler les négociations avec British Steel, la transaction devant être effective d’ici la fin de l’année. Une fois British Steel devenu propriété du fonds, ce dernier pourra faire jouer les complémentarités avec un autre géant de la sidérurgie turque dont Oyak détient 49% du capital.

Cette opération comporte néanmoins des risques. Le fonds a en effet été accusé de corruption par une commission parlementaire turque, ainsi que de maltraitance de personnel… Néanmoins, l’acquisition devrait être possible : British Steel sera un atout majeur pour Oyak, l’entreprise pouvant produire 4,5 millions de tonnes d’acier brut chaque année. Malgré les difficultés— le groupe anglais est en faillite depuis le mois de mai —, British Steel poursuit son activité et paie ses 4 500 salariés. Ce rapprochement intéresse au premier chef les pouvoirs publics français. L’aciérie Ascoval de Saint-Saulve doit en effet passer sous pavillon britannique.

Mais le ministère de l’Économie s’est voulu rassurant : c’est en fait Olympia Steel, la maison-mère de British Steel, qui reprend le site. L’opération menée par Oyak ne devrait avoir aucun impact sur la reprise de Saint-Saulve.

Ce n’est pas la première fois qu’Oyak se tourne vers l’Europe occidentale. Une co-entreprise Oyak-Renault existe depuis 50 ans. De plus, il y a dix ans, le fonds a racheté une partie des activités du cimentier français Lafarge.

Concernant British Steel, Oyak a exprimé ce vendredi, le souhait d’un rachat d’ici la fin de l’année.

Mot-clé :
Fusion - Acquisition infrastructure
Plan du site | RSS 2.0 | Copyright Turquie News 2006-2019 | Mentions légales PageRank