facebook
twitter
rss
EURTRY:
logo

Ekrem İmamoğlu : une force politique unificatrice pour prendre la ville d’Istanbul

Ecrit par Hakan Akgün, 2019-04-15 22:17:00


Ekrem İmamoğlu n’était pas un personnage bien connu de la politique turque à l’approche des élections municipale du 31 mars 2019.

Mais dans la nuit du 31 mars, la renommée du candidat du Parti républicain du peuple (CHP) au poste de la mairie d’Istanbul a pris de l’ampleur après qu’il ait livré un des défis les plus prestigieux au président Recep Tayyip Erdoğan contrôlant le pays depuis des années.

İmamoğlu n’était pas censé gagner : la plupart des sondages l’ont laissé devancé de 3 à 5 points son rival du parti Justice et développement (AKP), l’ancien premier ministre Binali Yıldırım. Mais quand Erdoğan a prononcé son premier discours de la soirée à 21h00, déclarant une victoire générale de l’AKP, les résultats du Haut Conseil électoral concernant Istanbul se sont soudainement arrêtés vers 21h et les citoyens de Turquie ont réalisé que le candidat du CHP avait pris de l’avance sur son rival.

İmamoğlu a fait ses preuves dans les heures qui ont suivi, gardant son sang-froid et refusant toute concession le long d’une soirée aux allures de marathon où les conférences de presse se sont succédées. Malgré l’annonce prématurée de la victoire de Yıldırım, İmamoğlu a adopté un ton conciliant que l’on n’entend pas souvent dans la politique turque. Lorsque le décompte a finalement repris, le candidat du CHP avait pris une avance de seulement 0,28%, avec 99,8% des bulletins comptés.

"Nous voulons commencer à travailler dès que possible pour servir notre peuple", a déclaré İmamoğlu lundi, alors que les tensions montaient dans toute la ville. "Nous voulons coopérer avec toutes les institutions de la Turquie pour répondre rapidement aux besoins de la ville d’Istanbul."

Les résultats officiels ont été reportés à la semaine suivante et l’AKP a déclaré mardi qu’il contestait les résultats dans les 39 districts d’Istanbul. Mais beaucoup de Stanbouliotes ont déjà adopté İmamoğlu comme maire.

"İmamoğlu représente tout ce qui nous manque depuis longtemps. Il a gagné le coeur des gens désespèrent un langage positif, sans exclusion et veillant à ne blesser personne manque les personnes qui ont manqué une langue positive et globale qui fait attention à ne blesser personne.

"Il est intelligent, a une excellente feuille de route et espérons le voir se porter candidat contre Erdoğan en 2023."

İmamoğlu est né à Trabzon, une ville de la mer Noire, et a étudié le commerce à l’Université d’Istanbul avant de rejoindre l’entreprise familiale de construction. Il est entré en politique locale en 2009 et est devenu maire du district de Beylikdüzü, en 2014.

Sa stratégie de campagne discrète pour les élections s’est construite sur la bonne foi, qu’il a acquise en tant que maire compétent et ouvert d’esprit lorsqu’il était maire de la ville Beylikdüzü, s’adressant ainsi aux citoyens de divers horizons politiques, religieux et ethniques polarisés d’Istanbul.

« Les médias, en particulier la télévision d’Etat, sont loin d’être équitables… mais nous avons des médias sociaux qui sont au moins un domaine vierge pour le moment », a déclaré İmamoğlu à l’Agence France-Presse pendant la campagne.

« À l’heure actuelle, ma principale arme sur le terrain est la méthode de communication verbale vieille de 1 000 ans. »

Lors d’une visite de campagne au Grand Bazar de la ville, il a remarquablement gagné un partisan plus âgé de l’AKP qui avait refusé de lui serrer la main, et les deux hommes se sont embrassés à la fin de leur rencontre. On voyait régulièrement İmamoğlu lors de réunions de quartier pour discuter de problèmes locaux, alors que Yıldırım était souvent laissé de côté pendant le combat par le président, qui attisait la ferveur nationaliste lors de grands rassemblements.

İmamoğlu a contacté Erdoğan au début de sa campagne en janvier et les deux hommes se sont rencontrés pour discuter de l’avenir d’Istanbul au palais présidentiel à Ankara. Ce geste a mérité le respect des électeurs des fiefs de l’AKP à Istanbul, qui se sont souvent sentis aliénés par le CHP laïc, et de la classe moyenne.

Gürsel Tekin, député et vice-président du CHP, a déclaré : « Je suis en tournée dans toute la ville depuis deux ans. J’ai entendu la colère de la population lorsque nous parlons de la situation économique. Les électeurs d’origines kurdes qui avaient déjà voté pour l’AKP ont également réagi à leurs menaces. »

« İmamoğlu est un homme politique qui a réussi et authentique. Le plus grand gagnant ici est la démocratie turque.  »

Bien que les critiques affirment que les pouvoirs présidentiels élargis d’Erdoğan contribuent à éroder les structures démocratiques de la Turquie, le taux de participation électorale - traditionnellement élevé dans tout le pays - était toujours de 84%.

« Je réconcilierai cette nation. Ils vont tous le voir », a-t-il déclaré à la presse avant de prendre l’avion pour rencontrer les dirigeants du parti CHP à Ankara mardi afin de discuter des prochaines étapes de la course à la mairie.

Ecrit par Bethan McKernan à Istanbul
Source : theguardian.com

élections Istanbul Mairie d’Istanbul
Plan du site | RSS 2.0 | Copyright Turquie News 2006-2019 | Mentions légales PageRank