facebook
twitter
rss
EURTRY:
logo

Ali Ünlü « Nous sommes victimes deux fois »

Ecrit par Engin, 2019-04-06 11:42:41


Mort pour une place de parking : « Nous sommes victimes deux fois »

Ali Unlu a été inhumé vendredi, près de sept mois après son décès pour un motif dramatiquement futile

Ali Unlu, tué en septembre pour une place de parking, il est inhumé ce vendredi à Tours (Indre-et-Loire).

Sa famille, qui n’a pas obtenu le droit de rapatrier le corps en Turquie, se voit aujourd’hui réclamer 13 000 euros par la morgue.

Ils l’ont vu mourir sous leurs yeux, mortellement frappé le 17 septembre dernier parce qu’il avait refusé de céder une place sur le parking d’un supermarché de Saint-Pierre-des-Corps (Indre-et-Loire)… Une bagarre pour un motif futile dont les conséquences dramatiques avaient provoqué l’émoi, et la mise en examen de deux hommes pour coups mortels en réunion.

Sept mois plus tard, la famille d’Ali Unlu, 43 ans et père de trois jeunes enfants, ont inhumé ce vendredi à Tours, dans des conditions toutefois dignes d’un roman de Kafka. « Son souhait était de reposer auprès de son père en Turquie, notre pays d’origine, expose son épouse Goksin Unlu. Mais depuis tout ce temps nous n’avons jamais obtenu l’autorisation de l’enterrer ailleurs qu’en France… »

Fin septembre, la juge d’instruction en charge du dossier avait bien délivré le permis d’inhumer, mais en l’assortissant d’une interdiction pour le corps de quitter le territoire. « Nous pensions qu’elle serait levée en quelques semaines, puisque l’autopsie a clairement établi les causes de la mort et n’a fait l’objet d’aucune contestation, détaille Me Dilek Yilmaz, avocate de la famille. Mais nos demandes sont restées vaines, la juge évoquant l’éventualité de procéder à d’autres analyses. Or l’autopsie précise que les prélèvements nécessaires ont tous été effectués. Quand bien même, cela fait sept mois ! », s’indigne l’avocate qui évoque une décision de justice « humainement aberrante ».

« La justice refuse de prendre en charge ces frais »
Las, la famille Unlu, incapable de faire son deuil après cette mort brutale, a décidé de l’inhumer à Tours en attendant, dans un second temps, de pouvoir le ramener auprès des siens, en Turquie. « Nous appelons tous ceux qui veulent lui rendre hommage à une cérémonie publique à la mosquée turque de Tours ce vendredi à 14 heures, détaille Onur Unlu, son fils de 13 ans. Nous voulons préciser que contrairement à ce qui a été dit, jamais mon père n’a tenu de propos racistes ce jour-là, ni même proféré d’insultes », souligne l’adolescent.

De son côté, la morgue, elle, a adressé sa facture à la famille. Et lui réclame… 13 000 €, le coût d’une conservation en chambre froide depuis septembre. « La justice refuse de prendre en charge ces frais, considérant que c’était leur décision d’attendre. Or cette famille n’a plus rien, leur unique salaire a disparu avec la mort du père de famille ! » s’agace Me Yilmaz.

« C’est comme si l’on était victime deux fois », résume Onur Unlu, évoquant le coût d’un second enterrement en Turquie, mais aussi son impact psychologique. « Le rite musulman impose d’enterrer les morts au plus vite.

Avec cette décision incompréhensible, la justice ne respecte ni la religion, ni les dernières volontés de M. Unlu », conclut Me Yilmaz

Ali Ünlü
Plan du site | RSS 2.0 | Copyright Turquie News 2006-2019 | Mentions légales PageRank