EURTRY:

Accueil > Nos rubriques > France > Le consulat de Turquie à Strasbourg en (...)

Le consulat de Turquie à Strasbourg en retard


Ecrit par Hakan, 2019-02-02 07:37:00


Le nouveau complexe diplomatique turc quai Jacoutot, qui devait être mis en service en septembre, est toujours vide. Une mission turque doit visiter les lieux en février pour en autoriser l’ouverture.

Le nouveau consulat flambant neuf, dont le budget pourrait bien dépasser les 41 millions d’euros, est vide, désert.

En ce matin pluvieux, le grès rose des Vosges et le bleu turquoise d’Iznik se marient dans la grisaille de janvier.

Un différend entre le consulat et l’entreprise en charge du chantier ?

La rue Toreau a été refaite à neuf et attend ses visiteurs avec ses nouveaux parcmètres. Les lumières des dispositifs de sécurité brillent, les halls d’entrée sont éclairés. Sur la barre d’appui d’une porte flotte au vent un lambeau de plastique. Tout est presque prêt.

Le chantier, commencé en 2015, est fini depuis la fin du printemps. Son lancement avait déjà pris du retard en raison des nombreux allers-retours administratifs avec la Turquie puisque le chantier est piloté par le ministère des Affaires étrangères turc.

Les services consulaires annonçaient en mai un déménagement au sortir de l’été, une fois l’activité en lien avec les départs en vacances passée. Un déménagement à la rentrée et dans la foulée, pouvait-on imaginer, une inauguration, peut-être en présence du président turc Recep Tayyip Erdogan.

Mais en automne, il ne s’est rien passé. En hiver non plus. Jusqu’à maintenant en tout cas. Un problème d’accès au public a été avancé. La Ville, interrogée, renvoie vers les services de l’État qui gèrent le dossier du consulat car le bâtiment relève des édifices diplomatiques. Pour la préfecture également, tout est en ordre.

Il semblerait, selon nos informations, qu’un différend entre le consulat et l’entreprise en charge du chantier soit né. De source proche du consulat, il porterait sur « des lots techniques », précisément des équipements de sécurité.

« Une ambassade nécessite des aspects sécuritaires qui n’ont pas été réalisés, indique un proche du dossier. C’est en rapport avec un certain nombre d’éléments qui nécessitent certaines formes de détection ». Du point de vue de l’entreprise Demathieu et Bard, on estime que les demandes viennent en sus du marché. Consulat et entreprise ont négocié ferme ces derniers mois et semblent avoir trouvé un accord.

Un chantier de 41 millions d’euros

Les services consulaires n’ont pas répondu à nos sollicitations. Mais selon nos informations, une commission spéciale doit venir d’Ankara courant février pour examiner les aspects sécurité et informatique, avant ouverture. Le chantier a cumulé un certain nombre de mois de retard d’abord parce que l’installation des grands parements en grès rose a nécessité une autorisation spéciale obtenue difficilement (c’est une innovation) ; puis il y a eu ce différend sur les derniers lots.

Selon nos informations, l’entreprise s’attacherait en outre à organiser un transfert définitif du bâtiment très rapide dans le temps pour éviter les complications liées au fait qu’une fois officiellement livré, le site deviendra zone d’extraterritorialité avec des accès compliqués.

Le montant total du chantier s’élèverait à plus de 41 millions d’euros. En 2012, au moment de l’obtention du permis de construire, il était question d’une opération à 25 millions d’euros.

Source : DNA

Mot-clé :
Diplomatie Gouvernement Société
Plan du site | RSS 2.0 | Copyright Turquie News 2006-2019 | Mentions légales PageRank