EURTRY:

Accueil > Nos rubriques > Sport > AUX REGRETS SUCCÈDE L’ESPOIR ?

AUX REGRETS SUCCÈDE L’ESPOIR ?


Ecrit par Engin, 2018-06-07 14:13:39


AUX REGRETS SUCCÈDE L’ESPOIR ?

Les trois derniers matchs de l’équipe nationale n’ont pas été que des simples moments de préparation dispensés aux équipes adverses qualifiées pour l’imminente Coupe du Monde en terre slave.
La Turquie n’est pas seulement qu’un sparring-partner. Les joueurs se sont investis et ont produit de bonnes choses pour certains.

Retour sur Turquie-Iran,Tunisie-Turquie et Russie-Turquie.

Turquie-Iran. Le voisin iranien n’a surtout pas démérité, des gens comme Azmoun (déjà cité dans cette rubrique il y a quelques temps...), Ghoddos ou Ghoshaanedjad devraient faire parler d’eux au Mondial. La Turquie l’a emporté par deux buts à un. Le coach ayant pratiqué un turn-over constructif. Cenk Tosun y est allé de son doublé. Bien lancé par les pourvoyeurs de bons ballons que sont Y.Yazici et Mehmet Topal. A.Dejagal ayant réduit le score sur penalty,pour les visiteurs, en toute fin de match.

Tunisie-Turquie : un score de parité mouvementé, divertissant en seconde période. Un match compliqué face à un adversaire coriace qui a montré ces derniers mois qu’il ne s’était pas qualifié par hasard pour Russie 2018. Coté tunisien,il faudra compter très certainement sur W.Khazri, Ben Amor, Ben Youssef, Meriah ou encore Maaloul. Même les anglais dans leur groupe en Russie, devront se méfier. Tout comme les belges (Belgique-Tunisie 1-1 avec un superbe coup-franc de Bouzaiene à la coupe du monde 2002,tiens,tiens...) et les panaméens (ces derniers ne pouvant compter véritablement que sur Escobar et Perez,ou à la limite sur Alberto Quintero Medina qui mériterait plus de temps de jeu). D’ailleurs, ce sont les maghrébins qui ont mené au score par deux buts d’écart. Coté turc,la bravoure a été de mise à défaut de dominer (surtout en première période) pleinement. Les joueurs ottomans ont su réduire le score avec rage. Puis égaliser avec conviction. Finalement un 2-2 entre deux nations frappées du croissant et de l’étoile.

Russie-Turquie : un encourageant 1-1 à l’extérieur. Yunus Malli a égalisé d’une belle et lointaine demie-volée , tandis que Okay Yokuslu quadrillait le terrain vaillamment. Ce dernier avait déjà su faire valoir ses qualités en sollicitant ou en provoquant des changements d’ailes judicieux contre l’Iran.

Oui. La Turquie a prouvé qu’elle avait des ressources. Elle a démontré qu’elle méritait malgré tout une place à la grande réunion internationale du ballon rond prévue dès le 14 juin. Des jeunes participent à la reconstruction (C.Under, E.Akbaba). Mais la fougue reste à maitriser (cartons rouges pour Omer Bayram et Cenk Tosun ;un carton jaune évitable pour E.Akbaba...). Attention aussi à assurer une continuité dans le jeu, le replacement afin de ne pas se livrer lors de phases de déconcentration (Sercan a commis une boulette face à l’Iran)) même si les turcs sont capables de ressources morales hors du commun adéquates aux renversements les plus improbables de situation

Gianguglielmo /Jean-Guillaume LOZATO, professeur d’italien à L’ENSG et à International Paris School of Business,chargé de cours à l’Université Paris-Est. Auteur de recherches universitaires sur le football italien en tant que phénomène de société.

Mot-clé :
Equipe nationale turque
Plan du site | RSS 2.0 | Copyright Turquie News 2006-2019 | Mentions légales PageRank