EURTRY:

Accueil > Nos rubriques > Portail > Mediathèque > Livres > [Bibliothèque] L’Empire Ottoman et l’Europe, (...)

[Bibliothèque] L’Empire Ottoman et l’Europe, d’après les Pensées et Souvenirs d’Abdul-Hamid II


Ecrit par Abdullah, 2018-05-26 08:10:00




Auteur : Abdulhamid II (21 septembre 1842-10 février 1918) Sultan-Calife Ottoman.
Broché : 222 pages
Editeur : Publisud (1 juillet 2007)
Langue : Français
ISBN-10 : 2866009789
ISBN-13 : 978-2866009786


« L’Empire Ottoman et l’Europe, d’après les Pensées et Souvenirs d’Abdul-Hamid II » est une compilation réunie par Ali Vahbi Bey et éditée pour la première fois en 1914. Elle concerne le point de vue du Sultan sur des sujets tels que la politique intérieur et extérieur, la religion, la vie intellectuelle mais aussi sa personne. Le Sultan se livre ici à une analyse sur son règne, les lettres allant de 1876 à 1909 année de sa destitution, sur celui de ces prédécesseurs, son frère et son oncle notamment, et sur l’état du monde et l’avenir de celui-ci d’après lui.

Cet ouvrage très singulier et inédit, édité il y a plus d’un siècle tout de même, nous permet d’avoir l’avis du principal acteur d’une époque très complexe de l’histoire de l’Empire Ottoman. Elle nous permet de produire une analyse moins manichéenne sur un personnage souvent mal perçu en Occident, allant jusqu’être surnommé là-bas « Le Grand Seigneur » faisant référence à la gestion des soulèvements arméniens au sein de l’empire. On voit à travers ces pensées, un Sultan épuisé et désabusé par la trahison de ses sujets arméniens, le fatalisme de ses sujets ainsi que l’oisiveté dans laquelle ils sont empêtré laissant le Sultan seul face à une masse de travail considérable. De plus la propagation des idéaux occidentaux menaçant l’équilibre et la structure même de l’Empire. Allant jusque pervertir l’esprit des éléments musulmans, notamment en Egypte Yémen et en Arabie, mais aussi celui des jeunes turcs partis étudier en Occident et revenant la tête emplie de littérature et de philosophie européenne.

De façon plus surprenante on trouve dans ces pensées, au-delà de ce qui à été dit plus haut, un Sultan soulagé de ne plus avoir à gérer les Balkans et se tournant vers l’élément turc et vers l’Anatolie, noyau qui ne doit absolument pas tomber. On retrouve en second plan sa pensée panislamiste qui au-delà d’une union territoriale se place dans une union spirituelle sous son titre de Calife. On constate une réelle envie chez le Sultan d’homogénéiser la population sous la même foi et le même drapeau. Dans cette optique il critique les capitulations instaurées par son ancêtre le Sultan Süleyman dit le législateur qu’il veut tout simplement supprimer, en plus de combattre le système de millet qui découle de ces capitulations.

Une autre surprise dans ces pensées se trouve dans l’esprit moderniste qu’avez Abdul-Hamid. En témoigne son avis sur le changement de l’alphabet arabe en alphabet latin, sa position sur la monogamie, sur le fez qu’il voulait bannir des têtes des sujets ottomans et sur le passage au calendrier grégorien. Prônant une approche mesurée et sélective sur les progrès occidentaux il n’en reste pas moins persuadé que tout ce qui est bon même venant d’occident devrait être appliqué au sein de l’empire. On peut noter qu’un projet monopolise toute l’attention du Sultan : les lignes de chemins de fer. L’une allant jusque la Mecque, qui ne sera jamais finalisé, l’autre allant jusque Bagdad permettant de concurrencer le canal de Suez tenu par les Anglais.

La compilation se termine par quelque écrit sur l’image que les sujets et la presse ont sur lui. Il se défend d’être misanthrope et explique son caractère par une vie familiale complexe en plus d’un règne tumultueux. Il s’enorgueillit de son surnom d’avare trouvant qu’il est toujours bon d’avoir une maitrise sur ces propres finances, quitte à avoir une mauvaise réputation. Il s’exaspère des faveurs que lui font certains occidentaux, attendant en retour une rémunération à leurs zèles. En somme plein de petit sujet qui nous permettre de rentrer non pas dans la tête du Sultan mais dans celle de Abdul-Hamid fils de Abdul-Mecid.

Livre très intéressant et très complet comprenant en plus des pensées du Sultan, une notice historique, une introduction, des notes et une présentation du texte. Il reste un ouvrage essentiel mais très peu connu de ceux qui s’intéresse à cette période de l’histoire. Il faut néanmoins dire que l’édition est très moyenne, beaucoup de faute d’oublie de mot ou de lettre rendant la lecture beaucoup moins fluide. Une édition plus soignée ne serait pas de trop pour un ouvrage aussi singulier.

L’historien Turc Halil Inalcik disait que l’histoire turque avait de quoi être loué. Avec cet ouvrage on comprend la phrase de ce grand historien mais on constate aussi la fluidité et la continuité de l’histoire turque.

En vous souhaitant une bonne lecture.

Mot-clé :
Littérature
Plan du site | RSS 2.0 | Copyright Turquie News 2006-2019 | Mentions légales PageRank