EURTRY:

Accueil > Nos rubriques > Culture > [Cannes 2018] - Le poirier sauvage un maître (...)

[Cannes 2018] - Le poirier sauvage un maître turc en fin de soirée

Ecrit par Hakan, 2018-05-19 23:16:04


Le poirier sauvage est une oeuvre qui se gagne, avec sa lente mise en situation, son héros antipathique et de longues discussions d’imams sur le Coran qui nous saoulent. Mais que de beautés ! Ses cadrages, sa lumière, un baiser dans la lumière automnale, de longs plans admirables de l’hiver et du brouillard, d’une petite ville champêtre avec discussions viriles sous le chant du coq et les bêlements des moutons.

L’histoire est celle de Sinan, un jeune apprenti écrivain dur et prétentieux, qui méprise son père instituteur et joueur compulsif (formidable Murat Cemcir) pour avoir mis la famille sur la paille, quoique figure de poésie et de générosité. À Istanbul, la conversation entre Sinan et l’écrivain chevronné qu’il vient braver constitue un moment d’anthologie.

Nuri Bilge Ceylan est un dialoguiste insatiable et les sous-titreurs ont peine à suivre, mais des vérités sont dites et les profils par lui lentement et bien brossés (sauf celui de la soeur du jeune héros, si évacué). Sa maîtrise de la mise en scène constitue une prouesse sans cesse renouvelée, sur un dénouement sublime abordant la transmission père-fils qui chavire et éblouit.

Mot-clé :
Cinéma Festival (divers)
Plan du site | RSS 2.0 | Copyright Turquie News 2006-2019 | Mentions légales PageRank