EURTRY:

Accueil > Nos rubriques > International > Erdogan affirme que l’ambassade des Etats-Unis (...)

Erdogan affirme que l’ambassade des Etats-Unis à Jérusalem est une "énorme erreur"


Ecrit par Hakan, 2018-05-11 08:40:00


Une semaine avant l’ouverture officielle de l’ambassade américaine à Jérusalem, le président turc Recep Tayyip Erdogan a qualifié la décision comme une "grande erreur".

S’exprimant exclusivement à CNN à Ankara mardi, M. Erdogan a déclaré qu’il n’y avait "rien à gagner" et a exhorté les Etats-Unis à annuler la décision alors qu’il était encore temps de le faire, répétant que "Jérusalem-Est est la capitale de Palestine "et abritera un jour une ambassade servant les intérêts de la Turquie dans un Etat palestinien.

Il a également déclaré que la décision avait contribué à isoler diplomatiquement les Etats-Unis. Soulignant le vote des Nations Unies en décembre, lorsque 128 pays ont condamné la décision et seulement neuf pays l’ont soutenue, Erdogan a déclaré : "Les Etats-Unis perdent de vrais amis en ce moment".

"Les Etats-Unis vont perdre à la fin"

Durant l’interview, qui a eu lieu peu de temps avant que Trump n’annonce le retrait américain de l’accord nucléaire iranien , Erdogan a également critiqué les Etats-Unis sur son approche du traité iranien, sur des allégations de "diplomatie otage" et sur des interventions en Syrie.

Faisant écho à la position de nombreux leaders mondiaux hors du Moyen-Orient, Erdogan a critiqué les Etats-Unis pour avoir abandonné l’accord avec l’Iran, insistant sur le fait que "vous devriez respecter un accord que vous avez signé".

Il a également dit que le mouvement mettrait en péril l’économie mondiale. "Les Etats-Unis pourraient obtenir une certaine positivité à cause du retrait ou de la hausse des prix du pétrole, mais beaucoup de pays pauvres seront frappés".

Lorsqu’on lui a demandé s’il craignait une guerre géopolitique, il a déclaré : « Ce n’est pas ce que nous souhaiterions voir, bien sûr. Ce n’est pas ce à quoi nous aspirons. Les Etats-Unis seraient les perdants, l’Iran ne fera jamais de compromis sur cet accord et respectera cet accord jusqu’à la fin. C’est ce que je pense, mais les Etats-Unis vont perdre à la fin."

Interrogé directement sur ce qu’il pense du président américain, M. Erdogan a déclaré seulement que "en tant que politiciens, nous devons respecter les limites du respect mutuel".

Les Etats-Unis "donnent des armes gratuitement aux terroristes"

Les remarques négatives d’Erdogan au sujet de la politique américaine parlent des tensions croissantes entre les deux nations. Tandis qu’ils conservent une alliance militaire importante, leurs relations sont devenues de plus en plus effilochées alors qu’Erdogan a consolidé le pouvoir politique et s’est aligné plus étroitement avec les ennemis américains tels que la Russie et l’Iran.

Au cours des dernières années, les alliés de l’OTAN se sont affrontés sur une série de problèmes, avec des frictions supplémentaires provenant du conflit persistant en Syrie.

En janvier, la Turquie a lancé un assaut sur Afrin , une ville du nord de la Syrie contrôlée par un groupe terroriste. du YPG, (une branche armée du PKK) syriens allié des États-Unis. Les responsables américains affirment que l’offensive militaire de la Turquie sape la lutte contre l’Etat islamique.

S’exprimant mardi, M. Erdogan a accusé les Etats-Unis de donner des armes "gratuitement" aux membres des YPG et au Parti de l’Union démocratique kurde (PYD).

Il a également critiqué directement Trump pour avoir rejeté la Turquie en tant que « partenaire stratégique » en Syrie.

"Combattez ensemble à Raqqa, c’est ce que j’ai dit personnellement au président Trump", a déclaré M. Erdogan. "Et arrêtez de soutenir le PYD et YPG Ne marchez pas main dans la main avec ces terroristes ou ce sera une erreur, mais malheureusement, les Etats-Unis ont préféré aller de l’avant avec eux et mettre de côté la Turquie."

Il a également défendu une série de réunions trilatérales impliquant la Turquie, la Russie et l’Iran sur la Syrie qui ont été largement critiquées et boycottées par un certain nombre de pays occidentaux et de groupes syriens. "Nous prenons de grands pas en avant", a déclaré Erdogan.

Source : avec CNN

Mot-clé :
Terrorisme Binali Yıldırım Coopération Diplomatie Kadir Topbas Mevlüt Çavusoglu Opinion Parti de la justice et du développement (AKP) Recep Tayyip Erdoğan [RTE] YPG/PKK
Plan du site | RSS 2.0 | Copyright Turquie News 2006-2019 | Mentions légales PageRank