facebook
twitter
rss
EURTRY:
logo

DE VIVE ALLURE A FIERE ALLURE.

Ecrit par Engin, 2018-03-30 22:51:57


DE VIVE ALLURE A FIERE ALLURE.

Il y a des moments ou’ les gens peuvent briller par leur absence.Tant leur absence fait ressentir un manque, C’est le cas de la "Milli Takim" absente à la prochaine édition mondiale du football, les deux matchs sont là pour maintenir en respiration artificielle un sport turc encore un peu en état de coma car fortement marqué par l’élimination de la bande à Fetih Terim devenue dorénavant la bande à Mircea Lucescu.

Les deux volets contre l’Irlande puis au Monténégro se sont distingués l’un de l’autre par le score (1-0 ; 2-2), l’issue, la physionomie des rencontres, Un bilan non pas contrasté totalement, Cependant un sentiment un peu mitigé prévaut pour cette rééducation post-élimination. Nous verrons,avec du recul,que des constatations s’imposent individuellement et collectivement.

LA QUESTION DE LA MATURITE TACTIQUE.

Le premier des deux matchs, face à l’Irlande, a livré une impression satisfaisante, La victoire a été obtenue avec la manière et conclue par un mouvement décidé et décisif de Mehmet Topal. C’est une victoire méritée contre une équipe ne renonçant aucunement à l’engagement physique, Les turcs ont su contourner leurs adversaires. Quelquefois les survoler. En offrant le spectacle par l’intermédiaire d’une possession de balle à hauteur de 63% de possession de balle.
Par contre le déplacement dans les Balkans s’est soldé par un piètre match nul. Une première mi-temps quasi exemplaire a laissé la place à une deuxième mi-temps approximative.

DES ÉLÉMENTS DE LIAISON, PAS ENCORE DE TRANSITION.

L’instabilité latente est symptomatique du mal être sévissant chez le ballon rond de Turquie.

Un Mehmet Topal courageux et buteur occasionnellement encourage l’opinion générale.

Un Calhanoglu ’’ milanista’’’ doué, créateur, organisateur, pourvoyeur détient les capacités pour officier en tant que régulateur sur le terrain.
Autre élément intéressant à relever : Kaldirim, Le latéral du Fenerbahçe accomplit sa tâche honnêtement. Il a même le potentiel pour relancer l’entre-jeu par le couloir, et pourquoi pas remplir un rôle de numéro 6 ou numéro 8 étant donné son jeu collectif.
Yokuslu, auteur d’une réalisation en terre slave, contribue à l’élargissement d’un éventail expérimental.
Enfin, le jeune prodige Cengiz Under, auteur d’un but sur une reprise de volée pleine de justesse, assure une continuité importante pour l’osmose. Une association avec Cenk Tosun est à approfondir.
Et dans les buts, le patron c’est bien Volkan Babacan.

DU MARATHON AU SPRINT.

Le groupe, tout en cherchant à synchroniser la partition de chacun de ses membres, devra réguler son rythme de jeu. Pour maintenir un cap, il faut maintenir une allure. De vive allure jusqu’à la fière allure de la victoire retrouvée.

Pour cela, il faudra demeurer méthodiques.

Gianguglielmo /Jean-Guillaume LOZATO, professeur d’italien à L’ENSG et à International Paris School of Business,chargé de cours à l’Université Paris-Est. Auteur de recherches universitaires sur le football italien en tant que phénomène de société. 

Equipe nationale turque
Plan du site | RSS 2.0 | Copyright Turquie News 2006-2019 | Mentions légales PageRank