EURTRY:

Accueil > Nos rubriques > France > Message à Mme Nathalie Goulet, sénateur de (...)

Message à Mme Nathalie Goulet, sénateur de l’Orne


Ecrit par Maxime Gauin, 2010-06-29 07:04:00


Info TURQUIE NEWS - www.turquie-news.com - Nous vous proposons de découvrir une lettre adressée à Mme Nathalie GOULET. Courageuse sénateur de l’Orne (Basse-Normandie), Mme Goulet lutte pour la défense des droits du peuple Azéri dans les territoires militairement occupés par l’Arménie au Haut-Karabagh. Elle informe tout particulièrement les élus français sur les agissement des officines nationalistes arméniennes qui, sur le sol français, mènent une farouche propagande anti-azérie et qui bafouent ainsi les droits élémentaires des 1,000,000 de réfugiés civils chassés de leurs terres par les troupes d’Erevan.


Madame la sénatrice,

Je vous découvre en même temps que vos déclarations sur le Haut-Karabakh et les autres territoires azerbaïdjanais occupés par l’Arménie. Permettez-moi de vous exprimer toute ma sympathie pour la rigueur et le courage de vos interventions.

Oui, le Haut-Karabakh appartient légalement à l’Azerbaïdjan, qui en a été spolié par une agression militaire. Oui, le Haut-Karabakh, ainsi que sept districts à majorité azérie, ont été vidées de leur population turcique, par une horrible campagne de purification ethnique, qui fut souvent perpétrée avec le plus grand sadisme, notamment à Khodjaly. Au XIXe siècle, puis entre 1905 et 1921, les Turciques du Caucase avaient déjà été victimes d’expulsions et de massacres, jusqu’à Bakou, où 8 à 12 000 personnes furent massacrées en 1918 (voir, notamment, Justin McCarthy, « Death and Exile. The Ethnic Cleansing of Ottoman Muslims », Princeton, Darwin Press, 1995). Ce sont ces horreurs qui ont changé la composition ethnique du Haut-Karabakh, majoritairement azéri de la fin du Moyen Âge aux premières années du XXe siècle.

Oui, la France a un devoir d’amitié avec l’Azerbaïdjan, d’autant que le terroriste Varoujan Garbidjian (Karapetian), condamné à perpétuité le 3 mars 1985 pour l’attentat du 15 juillet 1983 à Orly (8 morts, 90 blessés, dont 60 hospitalisés, dont 12 estropiés à vie), libéré dès avril 2001, fut accueilli comme une vedette de la chanson populaire à Erevan après sa sortie de prison et son expulsion vers l’Arménie ; le Premier ministre arménien de l’époque vint lui serrer la main avec chaleur, aux côtés du maire d’Erevan, qui lui trouva un travail et un logement. D’une manière encore plus directe, le malfaiteur et terroriste Monte Melkonian, arrêté à Paris en 1985, condamné en décembre 1986 par la justice française à six ans de prison dont quatre ans ferme, libéré et expulsé en 1989, a été l’un des combattants les plus célèbres de l’agression arménienne contre l’Azerbaïdjan (il est mort au combat en 1993, et un monument a été élevé en son honneur).

Pour avoir dit la vérité, vous allez être l’objet d’attaques vipérines des ultranationalistes de la « diaspora arménienne » — souvent ceux-là même qui soutenaient les terroristes de l’ASALA et des CJGA/ARA dans les années 1970-1980 —, mais je sais qu’elles ne vous impressionneront pas, ayant appris votre remarquable résistance aux calomnies qui ont suivi la mort de votre époux. Veuillez accepter ma solidarité naturelle, car j’ai moi-même gagné un procès pour injure publique, suite à une attaque verbale abominable, en février 2008, qui tentait de me réduire au silence et de m’intimider. Le jugement, prononcé le 27 avril, est désormais définitif.

C’est toujours un plaisir de découvrir, au Parlement de son pays, des gens honnêtes, de caractère et de conviction, quand bien même ils ne seraient pas nécessairement de votre bord politique. Il faudrait plus de parlementaires comme vous, dans les différents groupes.

Je vous prie de croire, madame la sénatrice, à l’expression de ma très haute considération.

Maxime Gauin, Paris.

Mot-clé :
Haut-Karabagh Massacres Khojaly
Plan du site | RSS 2.0 | Copyright Turquie News 2006-2019 | Mentions légales PageRank