EURTRY:

Accueil > Nos rubriques > Histoire > Turquie/USA : Ankara met en garde Washington (...)

Turquie/USA : Ankara met en garde Washington sur une reconnaissance des allégations arméniennes de "génocide"


Ecrit par Hakan, 2010-03-02 09:53:24


Les relations entre la Turquie et les États-Unis et le rapprochement turco-arménien souffriront si le Congrès américain vote un texte reconnaissant comme "génocide" les massacres d’Arméniens commis sous l’Empire ottoman, a prévenu lundi le ministère turc des Affaires étrangères.

L’avertissement survient alors que la commission des Affaires étrangères de la Chambre des représentants américaine doit se réunir jeudi pour discuter d’une résolution sur les massacres d’Arméniens survenus de 1915 à 1917 en Anatolie.

"Nous attendons de la commission (...) qu’elle rejette le projet de résolution en question, qui va nuire aux relations entre la Turquie et les États-Unis et causer une interruption des efforts en vue d’une normalisation des relations entre la Turquie et l’Arménie", a affirmé le ministère dans un communiqué.

"Nous voulons croire que les membres de la commission sont conscients des dommages que leur projet de résolution vont causer aux efforts de paix et de stabilité dans le Caucase sud et qu’ils agiront à cet égard avec responsabilité", poursuit le document.

La question d’un génocide arménien est un champ de mines diplomatique.

L’administration américaine s’est jusque là abstenue d’employer ce qualificatif pour ne pas envenimer ses relations avec la Turquie, membre de l’Otan et alliée privilégiée de Washington au Proche Orient.

Le président américain Barack Obama, qui avait promis lors de sa campagne électorale la reconnaissance du génocide arménien, a renoncé à employer ce terme alors que les États-Unis soutiennent des efforts en cours pour une normalisation des relations entre la Turquie et l’Arménie, qui n’ont pas de relations diplomatiques et dont la frontière commune est fermée.

Les Arméniens font pression pour que soient reconnus comme un génocide les massacres et déportations qui, entre 1915 et 1917, airaient tué selon eux plus d’un million et demi d’entre eux.

La Turquie reconnaît qu’entre 300.000 et 500.000 personnes ont péri, non pas victimes d’une campagne d’extermination mais selon elle dans le chaos des dernières années de l’Empire ottoman.

Elle récuse la notion de génocide reconnue par la France, le Canada ou le Parlement européen.

Le texte du projet de résolution américaine parle ouvertement de "génocide arménien" conduit entre 1915 et 1923 par l’Empire ottoman.

Le projet de résolution, un texte qui n’a pas force de loi, appelle le président américain à "qualifier de façon précise l’extermination systématique et délibérée de 1.500.000 Arméniens, comme un génocide".

Parallèlement, Michael Hammer, le porte-parole du Conseil national de sécurité (NSC), a précisé que le président avait exprimé en 2009 "sa position sur les événements de 1915, et son point de vue n’a pas changé".

"Notre intérêt reste une reconnaissance entière, franche et juste des faits", a-t-il ajouté, avant de préciser : "Nous continuons à penser que le meilleur moyen de parvenir à ce but est que les Arméniens et les Turcs considèrent les faits du passé comme une partie de leur effort actuel de normalisation".

Les événements de 1914-1922

Des affrontements inter-ethniques et des déplacements forcés de populations en Anatolie orientale, entre 1914 et 1922, ont fait plusieurs centaines de milliers de morts parmis les Turcs et les Arméniens. L’Empire ottoman était alors engagé dans la Première Guerre Mondiale aux côtés de l’Allemagne et de l’Empire Austro-Hongrois. Dès 1914, des Arméniens ottomans ont massivement pris le parti des Russes, contre les Turcs, se livrant à des massacres de masse et à des pillages dans l’est de l’Anatolie. A la suite de ces événements, le gouvernement ottoman décida d’éloigner une partie de la population arménienne des zones de front et à risque. Ce transfert se solda par un lourd bilan humain.

La Turquie et de nombreux historiens rejettent catégoriquement la thèse controversée d’un "génocide" que le gouvernement ottoman aurait perpétré contre la population arménienne de l’Empire. Cette thèse, défendue par les nationalistes arméniens, est aujourd’hui instrumentalisée afin d’exercer des pressions politiques sur la Turquie, notamment pour entraver la perspective de son adhésion à l’Union Européenne.

Avec Le Monde

Mot-clé :
Terrorisme FRA Dachnaktsoutioun Histoire Nationalisme Politique Question Arménienne Révisionnisme Turcophobie
Plan du site | RSS 2.0 | Copyright Turquie News 2006-2019 | Mentions légales PageRank