EURTRY:

Accueil > Nos rubriques > Actualité > Erdogan : La Turquie ne s’écroulera pas sans (...)

Erdogan : La Turquie ne s’écroulera pas sans les importations russes


Ecrit par Engin, 2015-12-07 11:00:13


Erdogan : La Turquie ne s’écroulera pas sans les importations russes

Avec TRT

Le président turc a affirmé que ce n’est pas la Russie, mais la Turquie, qui a suspendu le projet de gazoduc Turkish Stream "car ses demandes n’ont pas été satisfaites"

"La Turquie ne s’écroulera pas sans lesimportations d’un milliard de dollars de la Russie", a déclaré le président de la République turque Recep Tayyip Erdogan.

Le chef de l’Etat s’exprimait durant la cérémonie de clôture de la Semaine d’Innovation de Turquie, samedi, à Istanbul.

"La Turquie n’a pas imposé de sanctions contre la Russie sur les produits alimentaires, contrairement au monde entier", a-t-il rappelé. "Nous avons tout envoyé, [...] car la Russie est notre partenaire stratégique. Nous observons maintenant que la Russie nous impose des sanctions sur le textile aussi. Ce sont des réactions impulsives. La Turquie ne s’écroulera pas sans vos importations d’un milliard de dollars. D’autres portes s’ouvriront, d’autres ressources apparaîtront. D’ailleurs, elles existent déjà", a-t-il dit.

Le président Erdogan a noté que cette crise engendre des questions d’ordre énergétique dans les esprits.

"Rien n’indique, pour l’instant, que les problèmes avec la Russie se reflèteront sur le gaz ou les projets tels que la centrale d’énergie nucléaire d’Akkuyu", a-t-il fait savoir, ajoutant que "selon certaines allégations en Turquie, c’est la Russie qui aurait mis fin au projet de gazoduc Turkish Stream. Au contraire, nous l’avions suspendu depuis un moment, pour manque de réponse à nos demandes".

Erdogan a souligné que "la Turquie n’est pas un pays riche en ressources énergétiques, au contraire, elle dépend de l’extérieur".

"Le premier souci avec l’éclatement de la crise avec la Russie, a été le gaz, car nous l’utilisons largement pour nous réchauffer et pour produire de l’électricité. Mais j’insiste, nous importons 90,5% de notre pétrole et 98,5% de notre gaz, la Russie et l’Irak sont nos sources principales, mais ne sont pas exclusives", a-t-il lancé.

Erdogan a ajouté que "l’administration turque n’approuve pas le discours et les méthodes de la Russie pour aggraver la crise et n’utilise pas le même langage avec son homologue russe. La Turquie recourt au langage diplomatique, et est patiente", a-t-il fait remarquer.

Innovation en Turquie

Le chef de l’Etat s’est aussi exprimé sur la production en Turquie, ainsi que l’innovation.

"La Turquie doit agir de manière déterminée concernant le secteur de la Recherche et Développement [R&D], dont la part escomptée dans le revenu national pour 2023 a été fixée à 3%", a-t-il avancé.

Il a, en outre, précisé que la Turquie était classée 74ème pays du monde selon l’indice mondial de l’innovation en 2012, et est passée au 58ème rang en 2015. "Cela démontre que notre pays suit un processus qui évolue de la production basée sur la productivité, à la production basée sur l’innovation", a encore relevé le président turc.

Mot-clé :
Économie
Plan du site | RSS 2.0 | Copyright Turquie News 2006-2019 | Mentions légales PageRank