EURTRY:

Accueil > Nos rubriques > International > Le PKK, allié de l’Arménie

Le PKK, allié de l’Arménie


Ecrit par TN-pige, 2009-12-31 17:54:47


Ankara - L’Azerbaïdjan, se basant sur l’assertion selon laquelle le PKK serait l’allié de l’Arménie, étudierait en ce moment un projet de loi visant à considérer le PKK comme une organisation terroriste. Parmi les sites d’information en ligne les plus importants, sur "News.az", un reportage a été réalisé avec Cemil Hasanli, un membre de l’Assemblée nationale azérie. Hasanli a élucidé la raison qui l’a motivé pour porter le sujet à l’ordre du jour de l’Assemblée. Je pense que le PKK est devenu pour la Turquie ainsi que pour une large région, une menace sérieuse. Deux députés au parlement turc ont perdu leur mandat en raison de leur soutien au PKK. Dans le même temps, nous sommes en possession de preuves suffisantes sur les liens qui unissent les organisations terroristes arméniennes au PKK. Nous avons des preuves relatives au soutien apporté par l’Arménie au PKK. D’autre part, les parlements des deux pays, et plus particulièrement les pays européens reconnaissent le PKK comme une organisation terroriste. Nous devons nous aussi entreprendre la même démarche a-t-il dit.

Le PKK a des plans concernant l’Azerbaïdjan

Selon Hasanli, le PKK qui mène des activités terroristes dans le Sud-Est de la Turquie est une organisation terroriste. "La Turquie pour nous est un pays ami et frère. Nous avons poursuivi nos relations, qui sont passées par divers stades, avec le seul pays dans le monde qui considère nos problèmes comme étant les siens. Nos recherches, du côté azéri, ont fait apparaître que le PKK avait des plans précis contre notre pays. Sous de telles conditions, je pense qu’il apparaît profitable, au nom de nos intérêts nationaux, que le PKK soit considéré comme une organisation terroriste, a-t-il dit. A la question de savoir quelle est la menace directe que représente le PKK pour l’Azerbaïdjan, Hasanli a répondu ainsi :

Le PKK est formé en Arménie, ses besoins en armement sont satisfaits là-bas

La menace directe que constitue l’organisation provient du fait qu’elle est l’alliée de l’Arménie. Pour nous, il ne peut y avoir de menace plus grande. Les membres du PKK sont formés en Arménie, leurs besoins en armes sont satisfaits par l’Arménie et des faits nous indiquent que ses membres ont été installés sur les territoires azéris occupés. N’est-ce pas une menace pour l’Azerbaïdjan ? Quant à la question de savoir quel avantage va procurer à l’Azerbaïdjan de reconnaître le PKK comme une organisation terroriste, Cemil Hasanli a répondu qu’ils devaient agir en conformité avec le droit international, et que l’Azerbaïdjan n’était pas le premier pays à reconnaître le PKK comme terroriste. "De toute façon, les Etats-Unis et un nombre important de pays européens l’ont reconnu comme tel. Une grande partie des pays qui respectent les Droits de l’Homme, la démocratie et le doit international ont agi de la même manière. Ceci est un des aspects du problème. Quant à l’autre versant de la problématique, c’est le fait que le PKK constitue une menace pour l’intégrité territoriale et l’indépendance de notre pays frère. En le reconnaissant comme terroriste, l’amitié et la fraternité turco-azéries se verront renforcées dans la pratique, a-t-il souligné. S’agissant de la question de savoir si la terreur kurde porterait préjudice ou non à l’Azerbaïdjan, Hasanli, a précisé que les Kurdes qui se trouvent en Azerbaïdjan étaient leurs concitoyens et qu’ils n’avaient pas de problème avec eux. Les Kurdes vivent en Turquie, Syrie et en Iran, par contre cela ne signifie nullement que tous les Kurdes sont des membres du PKK. Les partis kurdes d’Iran occupent même des postes importants dans l’administration du pays, a-t-il rétorqué.

Source : Cumhuriyet, le 26 décembre 2009

Mot-clé :
Terrorisme PKK
Plan du site | RSS 2.0 | Copyright Turquie News 2006-2019 | Mentions légales PageRank